Tagesschau: Nouvelle ère glaciaire entre le Maroc et l’Algérie

Maroc, Sahara Occidental, Algérie, #Maroc, #Algérie, #SaharaOccidental

Rupture des relations : Nouvelle ère glaciaire entre le Maroc et l’Algérie

L’Algérie a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc voisin. L’accusation contre le royaume : espionnage et financement du terrorisme. Il y a des conflits entre les pays depuis longtemps.

Par Dunja Sadaqi

Une nouvelle ère glaciaire a commencé entre les voisins nord-africains, l’Algérie et le Maroc. Pourtant, il y a quelques semaines, le roi du Maroc Mohammed VI avait appelé à de meilleures relations dans un discours du trône.

« Nous renouvelons notre invitation sincère à nos frères d’Algérie à œuvrer ensemble, sans conditions, à l’établissement de relations bilatérales fondées sur la confiance, le dialogue et le bon voisinage », a-t-il déclaré.

En effet, l’état actuel de ces relations ne nous satisfait guère car il ne sert pas les intérêts respectifs de nos deux peuples. À cet égard, je rassure nos frères d’Algérie : Ils n’auront jamais à craindre la malveillance du Maroc, qui ne représente en aucun cas un danger ou une menace pour eux.

Rien n’en sortira pour l’instant. Le 24 août, le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a annoncé : « Il est historiquement et objectivement prouvé que depuis l’indépendance de l’Algérie, le Royaume du Maroc n’a jamais cessé de mener des actions hostiles contre notre pays. Pour cette raison, l’Algérie a décidé de rompre ses relations diplomatiques avec le Royaume du Maroc avec effet immédiat. « 

Graves accusations contre le Maroc

La liste des accusations contre le Maroc est longue : l’Algérie accuse le Royaume d’espionnage et de financement d’organisations terroristes en Algérie – mais aussi d’être impliqué dans les incendies de forêt meurtriers dans le nord du pays. Les incendies dévastateurs qui ont ravagé la région de Kabylie, densément boisée et peuplée, ont tué au moins 90 personnes, dont de nombreux membres des forces de sécurité. L’Algérie et le Maroc s’accusent mutuellement de soutenir les séparatistes de l’autre pays.

La querelle entre les deux États du Maghreb est historique. Les frontières communes sont scellées depuis 1994. Le conflit sur le Sahara occidental et la compétition pour l’équilibre du pouvoir dans la région font obstacle à des relations pacifiques, déclare Abdelfattah Belamchi, professeur de politique à l’université Cadi Ayyad de Marrakech. L’Algérie soutient le Polisario, qui se bat pour son propre État. Le Maroc, quant à lui, contrôle la majeure partie du Sahara occidental et le considère comme un territoire historique.

De nombreuses zones de conflit

« Cette récente escalade de l’Algérie vers le Maroc nous montre la vraie raison et le problème essentiel des relations bilatérales entre le Maroc et l’Algérie : le Sahara », dit Belamchi. « Mais il y a aussi une compétition régionale entre les deux États, par exemple pour savoir qui a son mot à dire au sein de l’Union africaine. » La région sur l’Atlantique est considérée comme riche en phosphates, possède une grande richesse halieutique, un potentiel touristique, éventuellement des gisements de pétrole. Dans ce domaine, le Maroc poursuit également ses ambitieux projets énergétiques, auxquels participent également des entreprises allemandes. Le conflit du Sahara occidental est à l’origine de tensions politiques dans la région depuis des décennies – plus récemment avec l’Espagne et l’Allemagne.

Le Maroc se stabilise

Bien que la situation soit tendue, le Maroc a pu renforcer sa position politique au cours des dernières décennies – notamment avec la reconnaissance du Sahara occidental comme territoire marocain par les États-Unis, le royaume est devenu plus sûr de lui en matière de politique étrangère, alors que le plus grand État territorial d’Afrique, l’Algérie, fait face à un mouvement de protestation de masse depuis des années.

Un danger pour toute la région

Les frictions entre le Maroc et l’Algérie sont un problème récurrent. En juillet, l’Algérie a rappelé son ambassadeur de la capitale marocaine Rabat pour consultations après qu’un envoyé marocain aux Nations unies se soit prononcé en faveur de l’autodétermination de la Kabylie. Alger avait alors déclaré qu’elle allait « revoir » les relations entre les deux pays.

Le conflit entre les deux États du Maghreb paralyse la région, estime le politologue marocain Rachid Aouerraz, de l’Institut marocain d’analyse politique : « Il déstabilise la région, car le Maroc et l’Algérie étaient jusqu’à présent les deux pays les plus stables d’Afrique du Nord. Si la région est déstabilisée par le conflit, cela aura un fort impact sur les économies des deux pays ».

Une coopération qui a du sens

Les deux pays connaissent des problèmes similaires : un taux de chômage élevé chez les jeunes, une crise économique ainsi que des problèmes de migration et de terrorisme.

La réaction de la population des deux pays est mitigée. Les jeunes, notamment, comme le chômeur marocain Salah, ne sont pas très impressionnés. « Les deux peuples marocain et algérien resteront toujours frères, les tensions sont entre gouvernements et n’affectent pas nos relations », a-t-il déclaré à une agence de presse française. « Elles existent depuis très longtemps, que ce soit au niveau des frontières ou autres »

Le ministère des Affaires étrangères du Maroc, quant à lui, a regretté la rupture des relations et rejeté les accusations. Mais ce geste était attendu – le Maroc a fermé son ambassade à Alger vendredi. Les États arabes, mais aussi l’ancienne puissance coloniale qu’est la France, qui a toujours entretenu des liens étroits avec Rabat et Alger, tentent actuellement de jouer les médiateurs. La France a appelé les deux gouvernements à engager le dialogue.

Mais pour l’instant, c’est le silence radio.

Tachesschau, 28/08/2021