Maroc-Algérie: La rupture fait monter la tension au Maghreb

Maroc, Algérie, #Maroc, #SaharaOccidental, #Algérie, Sahara Occidental,

Les troubles autour du Sahara occidental exacerbent la rivalité historique entre les deux pays

RICARD GONZÁLEZ

En un peu plus d’une décennie, le Maghreb est passé d’une région à la stabilité marquée à une véritable cocotte-minute. A l’effondrement institutionnel du Sahel voisin s’ajoutent une grave crise politique interne en Tunisie, un état de guerre civile cyclique en Libye, et maintenant aussi la grave détérioration des relations toujours délicates entre l’Algérie et le Maroc, les deux pays qui ont été lutte depuis des décennies pour l’hégémonie régionale. La décision d’Alger de rompre les relations diplomatiques avec Rabat est le résultat de l’escalade progressive de la tension vécue ces derniers mois, et on ne sait pas combien de temps elle va durer et jusqu’où peuvent aller ses conséquences.

Suite à la réunion du Haut Conseil de sécurité algérien la semaine dernière, le bureau du président Abdelmajid Tebún a publié une liste de griefs qui, selon lui, conduiraient à une « révision » des relations avec Rabat. Parmi eux, le soutien présumé du Maroc à deux partis d’opposition : le MAK, qui défend l’indépendance de la région amazighe de Kabylie, et l’islamiste Rachad, tous deux qualifiés de « terroristes » et que les autorités accusent d’être à l’origine de la vague d’incendies qui a dévasté le pays. De même, Alger a pointé du doigt le rapport préparé par plusieurs médias internationaux qui assure que les services secrets marocains auraient pu pirater les téléphones de plus de 6 000 citoyens algériens avec un programme d’espionnage israélien, ce qui confirmerait le complot présumé de ces deux pays contre l’Algérie.

Cependant, les experts pensent qu’il y a des raisons plus profondes derrière le conflit actuel. « La reconnaissance de la souveraineté marocaine du Sahara occidental par les États-Unis sous l’administration Trump a modifié le statu quo du conflit, ce qui, ajouté à la normalisation entre le Maroc et Israël, a alimenté le feu des relations historiquement conflictuelles », a déclaré Haizam Amirah-Fernández, chercheur à l’Institut Elcano.

Détourner l’attention

Quelques heures après l’annonce de la pause, le ministère marocain des Affaires étrangères a publié un communiqué dans lequel il a qualifié la décision d' »injustifiée » et fondée sur « des prétextes fallacieux, voire absurdes ». L’association marocaine avec les incendies en Algérie a été ridiculisée sur les réseaux sociaux marocains, et même avec le lynchage d’un jeune homme par une foule qui l’a pris pour un pyromane. Dans un article ironique, le célèbre écrivain marocain, Tahar Ben Jelloun, écrit « c’est le Maroc qui a allumé les feux en Kabylie… et à Athènes, Istanbul ou même en Californie, tout le monde sait que les Marocains sont de vrais pyromanes ». De leur côté, les analystes marocains soutiennent que le véritable objectif d’Alger est de détourner l’attention et la colère populaire de la crise globale – politique, sanitaire, environnementale – qui s’est accumulée cet été torride.

« Il est clair que les crises internes de diverses natures, notamment sanitaires et économiques, incitent à faire monter la température dans les relations avec le pays voisin. Mais cela n’est pas seulement valable pour l’Algérie, mais aussi pour le Maroc. Depuis de nombreux mois maintenant, les presses pro-gouvernementales respectives se livrent à des provocations, créant un climat d’hostilité mutuelle », explique Amirah-Fernández, qui précise toutefois que cette animosité mutuelle n’est pas partagée par les citoyens des deux pays.

Irene Fernández-Molina, professeure à l’université d’Exeter et spécialiste du Maghreb, voit également une relation directe entre problèmes internes et crises bilatérales dans la région, l’une des moins intégrées au monde. « Il y a une perception répandue que l’insécurité est asymétrique -comme maintenant, que le Maroc est intérieurement plus fort que l’Algérie-, les relations ont tendance à se détériorer et des crises surviennent », explique le professeur. L’analyste pointe la possibilité que les provocations du Maroc, au moment même où le roi tendait la main à son voisin dans le discours du trône fin juillet, répondent à une stratégie machiavélique. « Avec cette rupture, le Maroc peut se présenter à la communauté internationale comme le partenaire fiable, et à l’Algérie, comme le saboteur [le saboteur] », ajoute-t-il.

« Sans aucun doute, ce n’est pas une bonne nouvelle pour l’Espagne, ni pour l’UE, ni pour le Maghreb, une région qui fait face à de nombreuses crises qui nécessitent des réponses coordonnées. Et cela est beaucoup plus difficile lorsque ses deux principaux pays n’ont pas de relations diplomatiques », glisse Amirah-Fernández. Divers rapports avertissent que la Méditerranée est l’une des régions qui seront les plus touchées par l’urgence climatique, ce qui s’ajoute à la déstabilisation actuelle de sa frontière sud, le Sahel.

Impact sur l’Espagne

Concrètement, pour l’Espagne, la crise pourrait rendre difficile le renouvellement de l’accord trilatéral qui permet l’arrivée du gaz naturel algérien par le gazoduc maghrébin, qui expire à l’automne. En principe, la rupture entre Alger et Rabat ne devrait pas nuire aux retrouvailles entre l’Espagne et le Maroc, mises en scène par le roi du Maroc, Mohamed VI, dans un discours la semaine dernière. En fait, le contraire aurait pu se produire, qu’en prévision de la collision frontale avec l’Algérie, les autorités marocaines auraient accéléré le dégel avec l’Espagne pour éviter d’avoir des conflits ouverts avec les deux principaux voisins.

Face à un contexte aussi empoisonné, il est à craindre que la spirale des provocations ne débouche même sur une sorte d’affrontement violent. Pour l’instant, il y a déjà eu des mouvements de troupes à la frontière. « Si les deux régimes ne se calment pas, nous entrerons rapidement dans un affrontement, limité, mais armé. Après tout, n’est-ce pas ce qu’ils veulent ? », a écrit Ali Lmrabet, un journaliste marocain dissident, dans un tweet. Sans surprise, depuis des années que les deux pays se sont lancés dans une course aux armements coûteuse – ces cinq dernières années, leurs acquisitions d’armes ont représenté 70% de toute l’Afrique – et les précédents historiques suggèrent que, souvent, il s’agit de les utiliser.

El Pais, 27/08/2021