Algérie: Les noms des dirigeants espionnés par le Maroc connus

PLUS DE 6000 NUMÉROS MIS SUR ÉCOUTE PAR LES SERVICES DE SA MAJESTÉ
Scandale Pegasus : les noms des dirigeants algériens espionnés par le Maroc connus

L’Algérie a été la cible d’une vaste opération d’espionnage menée par le voisin marocain, au moment où le pays allait connaitre un basculement politique majeur, début 2019. De hauts dirigeants civils et militaires algériens, au coeur des enjeux politiques et sécuritaires de l’époque, étaient pistés par les renseignements du Royaume, à travers un logiciel espion israélien, nommé « Pegasus ».

L’enquête menée par le consortium de médias coordonné par l’équipe de Forbidden Stories, avec l’appui des experts d’Amnesty International, a pu établir 50 000 coordonnées téléphoniques sélectionnées dans le monde, entre 2017 et 2019, par le logiciel de l’entreprise israélienne NSO, dont le Maroc et l’Arabie Saoudite figurent parmi les 11 clients potentiels.

Sur les 50 000 numéros pistés, le Maroc, à lui seul, a pu accéder au contenu de dix milles téléphones, dont plus de 6 000 appareils de communication appartenant à des algériens, entre « responsables politiques, des militaires, des chefs des services de renseignement, des hauts fonctionnaires, des diplomates étrangers en poste ou des militants politiques », selon le quotidien le Monde, membre du Consortium de médias à l’origine de l’enquête. Et dans cette opération de surveillance, « le Maroc ne s’est pas limité au (seul) territoire algérien ».

Fait surprenant, «les numéros présumés de citoyens algériens, diplomates pour la plupart, ont été visés au moins en Afrique du Sud, en Angola, en Belgique, au Burkina Faso, au Canada, en Côte d’Ivoire, aux Emirats arabes unis, en Egypte, en Espagne, en Ethiopie, en Finlande, en Indonésie, en Iran, au Kenya, en Mauritanie, au Maroc, en Namibie, au Niger, au Nigeria, en Ouganda, en République tchèque, au Rwanda, au Sénégal, en Suède, en Suisse, en Syrie, en Tunisie, en Turquie et au Zimbabwe ».

Aussi, en France, souligne le Monde, « l’opérateur de Pegasus s’est sans surprise intéressé à l’ambassade d’Algérie et au numéro de l’ambassadeur d’Algérie, Abdelkader Mesdoua, ou à celui attribué au colonel Karim Hadj Sadok, l’attaché militaire ».

Cependant, de l’autre côté de la Méditerranée, c’est carrément « le numéro de l’ambassadeur de France de l’époque, Xavier Driencourt, et celui attribué à l’attaché militaire français qui ont été ciblés », en plus d’un autre « qui aurait appartenu à l’ambassadeur de l’Union européenne à Alger ».

Au sommet de la pyramide diplomatique algérienne, révèle la même source, « deux ministres successifs des affaires étrangères ont été visés : Abdelkader Messahel et Ramtane Lamamra ».

Selon des informations recoupées par Le Monde, « deux numéros, actifs, de M. Lamamra ont été attaqués ». Or, observe le quotidien français, « celui-ci (Lamamra ndlr) a joué un rôle sensible à une période, où, de l’aveu même d’un observateur marocain, le royaume chérifien apparaissait tétanisé par l’incertitude politique régnant en Algérie ».

Son remplaçant à la tête des affaires étrangères, dès le 31 mars 2019, Sabri Boukadoum, lui aussi a été visé par l’espionnage marocain selon un numéro qui lui a été attribué, alors qu’au même moment, le premier ministre, Noureddine Bedoui, dont le « Monde » a également vérifié le numéro, «est victime, lui, d’une opération de déstabilisation via une officine de « presse » proche du Maroc ».

Sur la liste des cibles potentielles du Royaume figure également « Noureddine Ayadi, qui a occupé successivement les postes sensibles de secrétaire général du ministère des affaires étrangères puis de directeur de cabinet de la présidence de la République ».

Mais Rabat ne s’intéresse pas qu’à Alger. Entre autres cibles : journalistes, responsables de médiais, politiciens et avocats français.

Le Parquet de Paris ouvre une enquête

Selon l’enquête, publiée, dans Le Monde, The Guardian et The Washington Post, « de multiples journalistes et patrons de médias français figurent, parmi d’autres victimes, sur la liste des cibles de Pegasus. Les rédactions du Monde, du Canard enchaîné, du Figaro ou encore de l’Agence France-Presse et de France Télévisions sont concernées », selon le quotidien le Monde, qui précise que « le site d’information français Mediapart et l’hebdomadaire satirique Le Canard enchaîné ont annoncé lundi qu’ils allaient déposer des plaintes à Paris » contre le Maroc.

Le parquet de Paris a, en effet, annoncé, ce mardi, avoir ouvert une enquête, après la plainte déposée par deux journalistes et Mediapart, a rapporté le site de France Télévisions, dont Radio France est membre du Consortium de médias ayant mené l’enquête.

« L’analyse minutieuse du téléphone d’Edwy Plenel démontre qu’il a été infecté par le logiciel Pegasus pendant au moins trois mois, à partir de juillet 2019. Il vient alors de rentrer du Maroc où il a participé à un festival culturel à Essaouira et où il a exprimé publiquement son soutien au Hirak marocain et aux prisonniers du Rif », rapporte Radio France sur son site électronique.

Les journalistes et les responsables de médiais n’ont pas été les seules cibles des services de renseignement du Maroc. Pas moins de 128 traces d’une intervention extérieure ont été détectées entre octobre 2020 et juin 2021 par le Security Lab d’Amnesty International, partenaire technique de l’enquête, sur le téléphone de Claude Mangin, militante associative catholique et ancienne professeure d’histoire-géo de 65 ans, qui n’est autre que l’épouse, depuis 2003, de Naâma Asfari, un militant sahraoui, l’une des figures du combat pour l’autodétermination du Sahara occidental. Pour illustrer cet acharnement sur une citoyenne française, le site France Culture souligne que «si l’obsession des renseignements marocains avait un visage, ce pourrait être le sien ».

« Des attaques menées grâce au logiciel Pegasus ont permis de s’introduire dans son portable, de récupérer l’ensemble de son contenu, et peut-être même d’écouter ses conversations et d’espionner ses faits et gestes en activant à distance le micro et la caméra de son iPhone. Sans qu’elle ne se doute de rien. Sans qu’elle n’ait eu à cliquer sur quoi que ce soit… », indique la même source, avant d’ajouter : « Lorsque nous lui annonçons que l’examen de son téléphone révèle qu’il est « infecté », nous lui conseillons d’en changer. Et par curiosité, nous testons son nouvel iPhone quelques jours plus tard. Le résultat laisse sans voix : le Maroc a déjà essayé d’y installer le logiciel Pegasus à quatre reprises. La dernière tentative date du 6 juillet 2021 ».

« En tant qu’être humain, on se sent un peu sali »

Privée pendant des années de rendre visite à son mari Naâma Asfari, condamné à 30 de prison au Maroc, Claude Mangin remportait, en 2016, une victoire (condamnation) symbolique contre le Royaume, après avoir déposé plainte devant le comité contre la torture des Nations unies à Genève. « Une jolie victoire pour l’avocat Joseph Breham, mais qui lui coûtera cher », souligne France Culture.

Selon notre enquête, poursuit le même média, « le pénaliste parisien a lui aussi été espionné par le Maroc à travers son portable. L’analyse de son iPhone par l’équipe technique d’Amnesty international montre des intrusions nombreuses entre septembre et décembre 2019 ».

Choqué, l’avocat évoque « une intrusion violente, aussi, sur un plan personnel, et qu’ « en tant qu’être humain, on se sent un peu Sali ».

« Ce qui me dérange le plus, c’est si mon téléphone a été utilisé comme un micro « d’ambiance », qu’ils connaissent le prénom de mes enfants, l’endroit où mes enfants vont à l’école, les malheurs, les bonheurs, les petites tristesses et les grandes joies de mes gosses, ça c’est la raison pour laquelle je ne lâcherai pas ceux qui ont osé faire ça », s’indigne Joseph Breham.

Le maire d’Ivry espionné pour… une aide 5000 euros destinée aux enfants sahraouis

Le mercredi 30 juin 2021, rapporte toujours le site de France Radio, des élus de la ville Ivry-sur-Seine, se réunissent pour un dernier conseil municipal avant les vacances : « Plus de 60 points sont à l’ordre du jour. À la fin de la séance, deux délibérations sont prévues au registre de la solidarité : un déplacement d’une délégation d’élus en Palestine. Et le versement d’une subvention de 5 000 euros pour des actions éducatives en faveur d’enfants dans un campement au Sahara. Une élue LREM de l’opposition demande la parole. Dans un texte rédigé au préalable, elle conteste le versement de cette subvention. Et dénonce au passage le soutien affiché par la ville au mari de Claude Mangin, Naâma Asfari».

Ce qui s’en suivra est hallucinant, comme le maire PCF (Parti communiste français) Philippe Bouyssou est interrompu, à la fin de la séance, par un coup de fil : « La préfecture l’avertit que plusieurs dizaines de personnes, défenseurs de la monarchie, manifestent devant le gymnase où se tient le conseil. Des forces de police sont en route. Le maire remarque que certains de ces militants se sont introduits dans la salle. Il donne l’ordre d’évacuer. La suite du conseil se tiendra à huis-clos pour des raisons de sécurité. Moins d’une heure plus tard, le discours de l’élue LREM est diffusé in extenso sur des sites internet marocains ». France Culture relève « beaucoup d’agitation pour une subvention de 5 000 euros », et que « incontestablement, la question du Sahara crispe Rabat. »

Mais le plus étonnant est à venir. Une semaine après cet épisode du conseil municipal d’Ivry, poursuit le média français, « le 7 juillet 2021, nous avons rendez-vous avec le maire Philippe Bouyssou. Au cours de l’entretien, il accepte de faire tester son téléphone par le laboratoire d’Amnesty International. Simplement pour vérifier. La surprise est de taille : Amnesty détecte une tentative d’infection survenue la veille, 6 juillet ! Encore une fois, c’est un iMessage adressé d’un compte attribué aux services marocains qui est en cause ».

Le maire d’Ivry qui dit se sentir « atteint dans mon intégrité personnelle et publique », annonce qu’il « compte saisir la justice».

Enfin, France culture précise que « les autorités marocaines, via leur ambassade à Paris, nous ont répondu de manière plutôt laconique qu’Amnesty international avait jusqu’alors été « incapable de prouver une quelconque relation entre le Maroc et la compagnie israélienne » NSO, qui commercialise le logiciel espion Pegasus ».

Liberté, 19/07/2021

Etiquettes : Algérie, Maroc, Pegasus, Sahara Occidental, logiciels espions, espionnage, ONS Group,


Leave a comment