Pegasus, logiciel pour cibler les mobiles de journalistes

Le logiciel espion d’une entreprise israélienne a été utilisé pour cibler les téléphones portables de journalistes – rapports

WASHINGTON, 18 juillet (Reuters) – Le logiciel espion d’une société israélienne a été utilisé pour tenter et réussir le piratage de 37 smartphones appartenant à des journalistes, des responsables gouvernementaux et des militants des droits de l’homme dans le monde entier, selon une enquête menée par 17 organisations de médias et publiée dimanche.

L’une des organisations, The Washington Post, a déclaré que le logiciel espion Pegasus sous licence de la société israélienne NSO Group a également été utilisé pour cibler des téléphones appartenant à deux femmes proches de Jamal Khashoggi, un chroniqueur du Washington Post assassiné dans un consulat saoudien en Turquie en 2018, avant et après sa mort.

The Guardian, un autre des médias, a déclaré que l’enquête suggérait un « abus généralisé et continu » du logiciel de piratage de NSO, décrit comme un logiciel malveillant qui infecte les smartphones pour permettre l’extraction de messages, de photos et d’e-mails ; enregistrer des appels ; et activer secrètement des microphones.

L’enquête, que Reuters n’a pas confirmée de manière indépendante, n’a pas révélé qui a tenté les piratages ni pourquoi.

NSO a déclaré que son produit était destiné à être utilisé uniquement par les services de renseignement gouvernementaux et les forces de l’ordre pour lutter contre le terrorisme et la criminalité.

L’entreprise a publié une déclaration sur son site Web dans laquelle elle dément les informations fournies par les 17 partenaires médiatiques dirigés par l’organisation journalistique à but non lucratif Forbidden Stories, basée à Paris.

« Le reportage d’Histoires interdites est rempli d’hypothèses erronées et de théories non corroborées qui soulèvent de sérieux doutes sur la fiabilité et les intérêts des sources. Il semble que les ‘sources non identifiées’ aient fourni des informations qui n’ont aucune base factuelle et sont loin de la réalité », a déclaré la société dans le communiqué.

« Après avoir vérifié leurs affirmations, nous nions fermement les fausses allégations faites dans leur rapport », ajoute la déclaration.

NSO a déclaré que sa technologie n’était en aucun cas associée au meurtre de Khashoggi. Les représentants de NSO n’étaient pas immédiatement disponibles pour fournir des informations supplémentaires à Reuters dimanche.

Dans une déclaration, le groupe de défense des droits Amnesty International a dénoncé ce qu’il a appelé « l’absence totale de réglementation » des logiciels de surveillance.

« Jusqu’à ce que cette société (NSO) et l’industrie dans son ensemble puissent montrer qu’elles sont capables de respecter les droits de l’homme, il doit y avoir un moratoire immédiat sur l’exportation, la vente, le transfert et l’utilisation des technologies de surveillance », a déclaré le groupe de défense des droits dans un communiqué.

Les numéros de téléphone visés figuraient sur une liste fournie par Forbidden Stories et Amnesty International aux 17 organisations de médias. La manière dont les groupes ont obtenu cette liste n’a pas été précisée.

Les numéros figurant sur la liste n’ont pas été attribués, mais les journalistes ont identifié plus de 1 000 personnes dans plus de 50 pays, selon le Post. Parmi elles figurent plusieurs membres de la famille royale arabe, au moins 65 chefs d’entreprise, 85 militants des droits de l’homme, 189 journalistes et plus de 600 hommes politiques et responsables gouvernementaux, dont plusieurs chefs d’État et premiers ministres.

Le Guardian a indiqué que les numéros de plus de 180 journalistes figuraient dans les données, notamment des reporters, des rédacteurs et des cadres du Financial Times, de CNN, du New York Times, de l’Economist, de l’Associated Press et de Reuters.

« Nous sommes profondément troublés d’apprendre que deux journalistes de l’AP, ainsi que des journalistes de nombreux organismes de presse, figurent parmi ceux qui ont pu être ciblés par le logiciel espion Pegasus », a déclaré Lauren Easton, directrice des relations avec les médias de l’AP.

« Nous avons pris des mesures pour assurer la sécurité des appareils de nos journalistes et nous enquêtons », a-t-elle ajouté.

Dave Moran, porte-parole de Reuters, a déclaré : « Les journalistes doivent être autorisés à rapporter les informations dans l’intérêt du public sans craindre d’être harcelés ou blessés, où qu’ils se trouvent. Nous sommes au courant de ce rapport et nous examinons la question. »

Les autres organisations de médias n’ont pas pu être immédiatement jointes pour un commentaire dimanche.

Etiquettes : Israël, NSO Group, logiciels espions, Pegasus, surveillance, hacking, piratage, espionnage,