Un coup de pouce à la normalisation entre Israël et le Maroc?

Par Sarah J. Feuer
Y a-t-il une réelle opportunité de donner une forte impulsion à la relation bilatérale ?

Six mois après l’annonce de la reprise des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël, et suite au rapprochement du royaume avec le Hamas après l’opération « Gardien des Murs », y a-t-il aujourd’hui une opportunité d’insuffler un élan à la relation bilatérale ? Ou devons-nous nous attendre à un peu plus qu’une paix froide entre les deux pays ?

La récente visite au Maroc du directeur général du ministère des affaires étrangères, Alon Ushpiz, représente une occasion d’insuffler un nouvel élan à la relation bilatérale, six mois après l’annonce de la reprise des relations diplomatiques entre les deux pays. Le récent rapprochement du royaume avec le Hamas, bien qu’inquiétant, doit être compris dans le contexte de la scène politique intérieure marocaine et du désir de Rabat que Washington maintienne la reconnaissance américaine de la souveraineté marocaine au Sahara occidental. À l’avenir, Israël devrait concentrer ses efforts sur le renforcement discret et méthodique des liens avec la communauté d’affaires marocaine, un groupe essentiel à la réussite de la normalisation.

Le 6 juillet 2021, le directeur général du ministère israélien des affaires étrangères, Alon Ushpiz, s’est rendu à Rabat, au Maroc, pour rencontrer ses homologues du royaume dans le cadre de ce que le ministère israélien des affaires étrangères a décrit comme un « dialogue politique » entre les deux pays. Le voyage d’Ushpiz représente la première visite de haut niveau d’un diplomate israélien au Maroc depuis que les pays ont annoncé la reprise de leurs relations diplomatiques en décembre 2020. Cet accord, négocié par l’administration Trump sortante, a coïncidé avec la décision controversée de Washington de reconnaître officiellement la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental – une réalisation longtemps recherchée par Rabat et une rupture avec des décennies de politique américaine, qui avait largement reporté la question à des négociations menées par l’ONU entre le Maroc et le Polisario, un mouvement soutenu par l’Algérie qui réclame l’indépendance du territoire depuis 1975. Le prix du cadeau de Washington à Rabat a été l’établissement par le Maroc de « relations diplomatiques complètes » avec Israël, deux décennies après que le royaume ait coupé les liens formels dans le contexte de la seconde Intifada.

Évitant le terme de « normalisation », les responsables marocains ont présenté l’accord comme un retour à la situation de 2000, lorsque des bureaux de liaison fonctionnaient dans les deux pays et que des touristes israéliens se rendaient régulièrement dans le royaume. La décision du Maroc de s’abstenir de proclamer une normalisation complète reflétait à la fois un effort pour se prémunir contre la possibilité que la nouvelle administration Biden ne respecte pas la décision sur le Sahara, et un désir de la part du roi Mohammed VI, qui est à la fois le chef de l’État et la principale autorité religieuse du royaume, de maintenir sa crédibilité à l’égard de la cause palestinienne et en particulier du statut de Jérusalem (Mohammed VI préside le comité al-Quds de l’Organisation de la coopération islamique, un organe symboliquement important mais fonctionnellement inactif). En mars et avril, des déclarations de Washington ont laissé entendre que l’administration Biden s’en tiendrait à sa décision sur le Sahara, tout en faisant pression pour une reprise des pourparlers visant à une résolution politique du conflit. Avec une certaine continuité partielle dans la politique américaine, les liens maroco-israéliens ont commencé à se développer, bien que de manière beaucoup moins visible que les relations entre Israël et les EAU.

Avec le déclenchement des hostilités entre le Hamas et Israël en mai, la normalisation maroco-israélienne, qui avançait déjà à pas de tortue, a été mise à rude épreuve, tout comme les autres accords de normalisation signés en 2020 entre Israël et les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan. Comme ses pairs arabes, le Maroc a d’abord condamné les actions d’Israël à Jérusalem, mais a ensuite adopté une position plus modérée lorsque le centre de gravité du conflit s’est déplacé vers Gaza, ce qui contraste fortement avec les réactions régionales lors des précédentes séries de combats dans la bande. Malgré cela, l’élan qui avait été donné aux relations bilatérales s’est ralenti pendant l’opération « Wall Guardian » et, dans les semaines qui ont suivi, le royaume a envoyé des signaux contradictoires quant à sa position sur la normalisation. À la suite du cessez-le-feu, le Premier ministre marocain Saad-Eddine El-Othmani, qui dirige également le principal parti islamiste du pays au sein de la coalition au pouvoir, a écrit une lettre au chef politique du Hamas, Ismail Haniyeh, pour saluer la « victoire » de l’organisation sur Israël lors des récents combats. Puis, en juin, Haniyeh lui-même s’est rendu dans le royaume pour une visite officielle, rencontrant de hauts responsables au sein et en dehors du gouvernement et recevant un dîner royal offert en son honneur par le roi.

Ces développements, bien qu’inquiétants dans la mesure où ils ont donné au Hamas une légitimité supplémentaire, reflètent des dynamiques politiques internes au Maroc plutôt qu’un désir de la part de la monarchie de revenir sur son engagement à rétablir les relations avec Israël. Au Maroc, la politique étrangère (ainsi que les affaires militaires et le contrôle de la sphère religieuse) reste fermement du ressort du palais, et les ministres élus sont largement censés appliquer la politique royale, même si elle va à l’encontre de leurs propres inclinations idéologiques. Le corps législatif élu, quant à lui, s’occupe principalement des affaires économiques et sociales nationales. Le pays doit organiser des élections législatives en septembre, et le Parti de la justice et du développement (PJD) d’Othmani, un parti ayant ses racines dans les Frères musulmans et qui domine le corps législatif depuis la variante marocaine du printemps arabe en 2011, ne devrait pas faire bonne figure. Le rapprochement du Premier ministre avec Haniyeh visait probablement à redorer le blason du parti après des mois de critiques et de dissensions internes sur la reprise des liens avec Israël. De son côté, le roi ne peut être vu chez lui s’il cède du terrain au PJD sur la question palestinienne, ce qui explique probablement l’imprimatur royal sur la visite de Haniyeh. Le Palais a également cherché à démontrer à Washington que Rabat peut servir de médiateur utile entre Israël et les Palestiniens en cas de besoin, ce qui implique une raison supplémentaire pour l’administration Biden de maintenir la reconnaissance du Sahara.

Malgré la danse diplomatique du Maroc avec le Hamas au cours des deux derniers mois, la monarchie a également fait savoir que le royaume entendait continuer à développer ses relations avec Israël. Le jour où Haniyeh a atterri à Rabat, le roi a chaleureusement félicité le Premier ministre Naftali Bennett pour la formation de son gouvernement. Le Maroc aurait commencé à planifier la transformation de son bureau de liaison à Tel Aviv en ambassade, et le 4 juillet, un avion cargo de l’armée de l’air marocaine aurait atterri à la base aérienne de Hatzor pour participer à un exercice militaire avec les FDI. Dans ce contexte, la visite d’Ushpiz, qui suit immédiatement un appel entre le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid et son homologue marocain, Nasser Bourita, insuffle un nouvel élan au renouvellement des liens bilatéraux et offre une occasion de commencer à transformer un accord prometteur sur le papier en politiques plus substantielles dans la pratique.

La suite du processus de normalisation dépendra des deux parties, mais Israël peut prendre des mesures pour tirer parti de la visite d’Ushpiz et commencer à semer les graines d’une relation bilatérale plus profonde et plus durable, capable de résister aux chocs extérieurs, tels que la récente escalade à Gaza. Les pays seraient sur le point de lancer des vols directs, ce qui serait un bon début, mais au-delà de l’encouragement du tourisme bilatéral et plus généralement de la mise en valeur des liens culturels entre le royaume et les Juifs israéliens d’origine marocaine, Israël ferait bien de se concentrer discrètement mais méthodiquement sur le renforcement des relations avec la communauté d’affaires marocaine.

D’une manière générale, l’opinion publique marocaine se divise en trois catégories lorsqu’il s’agit de normalisation avec Israël : les fervents opposants à l’accord (surtout dans les cercles islamistes et de gauche), ceux dont les sympathies pour les Palestiniens les rendaient sceptiques mais qui seraient prêts à accueillir l’accord comme une opportunité, et un groupe enthousiaste, bien que plus discret, désireux de voir les relations s’épanouir. L’opération Warden the Walls a été plus significative pour les deuxième et troisième groupes, dans la mesure où les sceptiques de l’accord ont vu l’opération israélienne (et la propagande anti-israélienne qui l’a entourée) comme une confirmation de leurs préjugés concernant le conflit israélo-palestinien au sens large, tandis que les partisans de la normalisation ont eu plus de difficultés à promouvoir les avantages de liens plus étroits avec Israël. Une action discrète, moins visible, mais déterminée, auprès des milieux d’affaires marocains, fortement représentés dans les deux groupes, contribuerait grandement à faire accepter à nouveau l’accord par le public.

Pour commencer, le pays souhaite avoir accès aux technologies et aux investissements israéliens, notamment ceux liés à l’agriculture, qui reste un secteur dominant de l’économie marocaine. De même, un secteur technologique restreint mais prometteur a vu le jour dans le royaume, où les jeunes âgés de 15 à 24 ans représentent un tiers des 36 millions d’habitants du pays et sont désireux d’entrer dans l’économie mondiale. À ce titre, Jérusalem ferait bien de concevoir des plans pour démontrer à cette jeune population que la connexion à l’écosystème israélien de haute technologie leur offre un tel point d’entrée. Des incitations fiscales pour les entreprises israéliennes qui investissent au Maroc et/ou qui s’associent à des entreprises commerciales marocaines indiqueraient à Rabat que Jérusalem prend au sérieux la perspective de liens interentreprises avec le royaume. En fin de compte, comme pour tous les accords de normalisation, il faudra être deux pour danser le tango, mais le Maroc et Israël ont tous deux intérêt à démontrer que la normalisation des relations entraîne des avantages économiques reconnaissables pour leurs populations. Cela permettrait d’approfondir les relations bilatérales et de produire un effet de démonstration positif pour les autres États arabes de la région qui envisagent des ouvertures diplomatiques avec Israël.

Source : INSS L’Institut d’études de sécurité nationale

Aurora, 18/07/2021

Etiquettes : Maroc, Israël, normalisation, Etats-Unis, Sahara Occidental, Administration Biden,


Be the first to comment

Leave a comment