Normalisation marocaine avec Israël : Accord temporaire ou paix permanente ?

Khalil al-Anani*

Le 16 juin 2021, le roi Mohammed VI du Maroc a envoyé une lettre de félicitations au nouveau premier ministre israélien, Naftali Bennett. Cela n’aurait peut-être pas été surprenant puisque le Maroc a normalisé ses relations avec Israël en décembre 2020. Cependant, le même jour, le Premier ministre marocain Saadeddin Othmani a chaleureusement accueilli Ismail Haniyeh, chef du bureau politique du Hamas, qui s’est rendu au Maroc avec une délégation de haut niveau. Ces deux événements peuvent sembler contradictoires, mais ils reflètent en fait le dilemme du Maroc, qui doit trouver un nouvel équilibre dans ses relations avec Israël et l’engagement de Rabat envers la cause palestinienne. Ainsi, la question cruciale est posée : la normalisation des relations entre le Maroc et Israël contribuera-t-elle à instaurer une paix permanente au Moyen-Orient, ou deviendra-t-elle un autre accord temporaire ?

Une vague de normalisation

Le 13 août 2020, l’ancien président américain Donald Trump a annoncé que les Émirats arabes unis et Israël avaient accepté de normaliser leurs relations. Quelques semaines plus tard, Bahreïn a rejoint les Émirats arabes unis et a accepté d’établir des relations diplomatiques complètes avec Israël. Le 15 septembre, les trois pays, Israël, les EAU et Bahreïn, ont signé des accords de paix négociés par les États-Unis. À l’époque, il semblait qu’une vague sans précédent de normalisation entre Israël et les pays arabes était sur le point de se produire. En effet, quelques mois plus tard, le Maroc et le Soudan ont rejoint la liste. Bien que ces pays arabes affirment que leur normalisation avec Israël favorisera la paix au Moyen-Orient, chacun a ses propres raisons et motifs. Par exemple, les EAU et le Bahreïn cherchent à renforcer leur partenariat avec Israël pour des raisons géostratégiques, sécuritaires et économiques. Les deux pays estiment que leur alliance avec Israël pourrait les aider à contrer l’influence régionale de l’Iran, qui, selon eux, a un impact sur leur sécurité et la menace. Ils souhaitent également bénéficier de la technologie israélienne, notamment dans les domaines de la cybersécurité et du renseignement, afin de faire contrepoids à leurs ennemis régionaux et de réprimer l’opposition intérieure. Plus important encore, la normalisation avec Israël aide ces pays à renforcer leurs relations avec les États-Unis.

Les EAU et Bahreïn cherchent à renforcer leur partenariat avec Israël pour des raisons géostratégiques, sécuritaires et économiques.

En ce qui concerne le Maroc, la normalisation avec Israël remonte à plusieurs décennies. Les deux pays ont eu des relations officielles après la signature des accords d’Oslo entre Israël et les Palestiniens en 1993. Toutefois, ces relations ont été interrompues après le déclenchement de la deuxième intifada palestinienne en septembre 2000. Ce ne fut donc pas une totale surprise lorsque le Maroc a décidé de reprendre ses relations bilatérales avec Israël. Le 10 décembre 2020, après que le président Trump a annoncé que le Maroc acceptait de normaliser ses relations avec Israël et de reprendre les contacts officiels et les relations diplomatiques entre les deux pays, le Maroc a déclaré que le roi Mohammed avait promis de « faciliter les vols directs pour transporter les Juifs d’origine marocaine et les touristes israéliens vers et depuis le Maroc et de rouvrir les bureaux de liaison, qui avaient été fermés en 2002. » Il convient de noter qu’un million de Juifs en Israël sont d’origine marocaine et que quelque 50 000 Israéliens se rendent au Maroc chaque année.

Par ailleurs, l’administration Trump a notifié au Congrès son intention de vendre au Maroc pour un milliard de dollars de drones et d’armes à guidage de précision. Les États-Unis se sont également engagés à ouvrir un consulat dans la ville de Dakhla au Sahara occidental afin d’y renforcer les opportunités économiques et d’investissement, selon le texte du mémorandum, reconnaissant ainsi la revendication du Maroc sur le Sahara occidental contesté.

Le 22 décembre 2020, Israël et le Maroc, sous les auspices des États-Unis, ont commencé à élaborer le cadre de leurs accords globaux. Quatre accords ont été signés : le premier concerne l’exemption des procédures de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques et de service ; le deuxième est un protocole d’accord dans le domaine de l’aviation civile ; le troisième est un protocole d’accord sur  » l’innovation et le développement des ressources en eau  » ; et le quatrième prévoit de relancer les relations économiques entre les deux pays à travers le commerce et l’investissement, en plus de négocier d’autres accords qui encadrent ces relations.

Les impulsions du Maroc pour la normalisation avec Israël

La normalisation entre le Maroc et Israël peut être décrite comme un compromis qui élargirait l’acceptation d’Israël parmi ses voisins arabes en échange d’avantages économiques, géostratégiques et politiques pour Rabat. Les responsables marocains estiment que la normalisation avec Israël renforce l’influence régionale et mondiale de leur pays. Premièrement, la normalisation du Maroc avec Israël est un élément clé de l’accord signé le 10 décembre 2020 par Rabat et Washington, dans lequel le second reconnaît la souveraineté du premier sur le Sahara occidental contesté. Certes, le conflit du Sahara occidental est une priorité de la politique étrangère du Maroc depuis des décennies. Dans le même temps, les deux pays ont signé deux protocoles d’accord dans lesquels les États-Unis se sont engagés à investir 3 milliards de dollars au Maroc et dans la région du Sahara. En reconnaissant la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental, Trump a offert à Rabat un cadeau qu’il attendait depuis des décennies.

La normalisation du Maroc avec Israël est un élément clé de l’accord signé le 10 décembre 2020 par Rabat et Washington, dans lequel le second a reconnu la souveraineté du premier sur le Sahara occidental contesté.

Une deuxième incitation est que la relation trilatérale entre Rabat, Washington et Tel Aviv pourrait renforcer la position régionale du Maroc en Afrique du Nord, notamment en ce qui concerne la concurrence politique et stratégique avec l’Algérie. Avant de quitter ses fonctions en janvier, l’administration Trump a proposé de vendre jusqu’à 1 milliard de dollars d’armes au Maroc, y compris quatre drones MQ-9 Reaper à capacité de tir et des munitions à guidage laser. Elle s’est également engagée à ouvrir le consulat à Dakhla – une invitation claire aux autres pays à établir leurs propres consulats dans la région, aidant ainsi le Maroc à affirmer sa souveraineté.

Troisièmement, les officiels de Rabat pensent que la reconnaissance par l’Amérique de la souveraineté marocaine sur le Sahara Occidental mettrait plus de pression sur les autres pays, en particulier ceux d’Europe, pour qu’ils fassent de même. Par conséquent, il n’est pas surprenant que le ministre marocain des affaires étrangères Nasser Bourita ait déclaré que l’Union européenne devrait sortir de sa « zone de confort » et soutenir l’offre de Rabat d’une autonomie pour le Sahara Occidental dans le cadre de l’Etat marocain.

Quatrièmement, le Maroc vise à renforcer sa collaboration économique avec Israël, qui s’est développée au cours des dernières années. Selon certains rapports israéliens, le Maroc fait partie des quatre premières nations africaines d’où Israël importe des biens, et il est neuvième en matière d’exportations avec 149 millions de dollars d’échanges entre 2014 et 2017. En outre, le secteur de l’énergie est un autre domaine dans lequel les deux pays pourraient collaborer, car le Maroc ne dispose pas de beaucoup de ressources énergétiques et aimerait étendre son utilisation des énergies renouvelables, car il importe environ 90 % de ses besoins énergétiques depuis 2013. Israël exporte également du gaz naturel ainsi qu’une expertise technique dans le domaine de l’énergie solaire. Avec son secteur de l’agriculture, de la sylviculture et de la pêche, qui contribue à hauteur de 15 % au produit intérieur brut et emploie environ 45 % de la main-d’œuvre, le Maroc peut constituer un énorme marché pour la technologie agricole israélienne.

Enfin, la collaboration militaire entre le Maroc et Israël s’est accrue au cours des dernières décennies et elle devrait continuer à augmenter après la normalisation. Selon certains rapports, l’armée de l’air marocaine a acquis trois drones Heron pour 50 millions de dollars en 2013 qui ont été fabriqués par Israel Aerospace Industries. Ils ont été livrés au Maroc via la France et ont été utilisés au Sahara occidental.

Un pari sans garanties

Malgré les gains que le Maroc pourrait tirer de la normalisation avec Israël, cette étape reste un pari à haut risque car elle n’atteint pas nécessairement les intérêts du Maroc autant que ceux d’Israël. L’histoire en témoigne. Par exemple, la normalisation entre Israël et l’Egypte n’a pas permis d’améliorer les conditions socio-économiques dans les deux pays. Le cas d’Israël et de la Jordanie est similaire. En fait, ces conditions ont empiré au cours des quatre dernières décennies. S’il est vrai que la normalisation a aidé ces régimes autoritaires à rester au pouvoir, elle a également créé un fossé énorme avec leur propre population, qui rejette toujours la normalisation. Il est probable que le Maroc connaisse le même sort, car la plupart des Marocains sont contre ce mouvement. Selon le dernier indice d’opinion arabe (2019-2020) du Centre arabe de recherche et d’études politiques de Doha, au Qatar, environ 88 % des Marocains s’opposent à la reconnaissance diplomatique d’Israël, et 70 % considèrent que la question palestinienne concerne tous les Arabes. Par conséquent, plusieurs organisations et militants marocains ont critiqué la décision de normaliser les relations avec Israël et ont rejeté l’accord.

Malgré les gains que le Maroc pourrait tirer de la normalisation avec Israël, cette étape reste un pari à haut risque car elle ne sert pas nécessairement les intérêts du Maroc autant que ceux d’Israël.

Il est important de noter que pendant des décennies, le Maroc a été considéré comme un fervent partisan de la cause palestinienne, notamment parce qu’il a présidé le Comité de Jérusalem, qui a été formé en 1975 par l’Organisation de la coopération islamique pour protéger Jérusalem de la colonisation et des colonies israéliennes. L’image du Maroc dans le monde arabe pourrait désormais souffrir de cette normalisation.

En outre, la reconnaissance unilatérale par les États-Unis de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental peut être coûteuse et complique la question. En fait, la proclamation de Trump a suscité de nombreuses critiques internes au Maroc, aux Nations Unies et aux alliés américains en Afrique et au-delà, car elle ajoute de l’huile sur le feu à une question hautement contestée et contestable. En avril, le Secrétaire d’État américain Antony Blinken a assuré à son homologue marocain Nasser Bourita, lors d’un appel téléphonique, que l’administration Biden n’a pas l’intention de revenir sur la reconnaissance du « Sahara marocain ». Toutefois, si l’administration Biden n’a pas annulé la proclamation de Trump, elle ne devrait pas apporter de soutien diplomatique ou politique au Maroc au Conseil de sécurité de l’ONU sur cette question.

Gérer les dommages

Après la récente attaque israélienne sur Gaza qui a fait 256 morts palestiniens, dont 66 enfants, et près de 2000 blessés, la normalisation du Maroc avec Israël a été remise en question. Certains experts arabes pensent que l’attaque est le résultat de la récente vague de normalisation entre Israël et les États arabes, y compris le Maroc, car elle a donné à Israël une couverture politique pour poursuivre ses politiques coloniales envers les Palestiniens. La colère des Arabes, en particulier des jeunes, face aux politiques israéliennes à l’encontre des Palestiniens est sans précédent. Des milliers de Marocains ont largement manifesté après l’assaut meurtrier d’Israël sur Gaza ; ils ont scandé contre Israël et dénoncé les gouvernements arabes qui ont normalisé leurs relations avec Israël, y compris celui du Maroc.

Afin d’apaiser la colère du public contre Israël et d’atténuer les critiques concernant sa normalisation avec Tel Aviv, Rabat a officiellement condamné les violations « inacceptables » d’Israël à Jérusalem et a autorisé les manifestants à se rassembler et à protester contre Israël.

Afin d’apaiser la colère de l’opinion publique contre Israël et d’atténuer les critiques concernant sa normalisation avec Tel-Aviv, Rabat a officiellement condamné les violations « inacceptables » d’Israël à Jérusalem et a autorisé les manifestants à se rassembler et à protester contre Israël pendant la guerre contre Gaza en mai. En outre, le Premier ministre Othmani a officiellement invité le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, à se rendre à Rabat avec une délégation de haut niveau ; Othmani et les représentants du gouvernement marocain les ont chaleureusement accueillis. Le roi Mohammed VI a également organisé un dîner pour Haniyeh et sa délégation dans une maison d’hôtes habituellement réservée aux invités de marque du Maroc, malgré le fait que les politiques du roi sur la Palestine soient plus proches de la position du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas que de celle du Hamas. Ce sont là des signes du soutien du Maroc à la cause palestinienne, surtout après la récente guerre israélienne contre Gaza.

La paix au Moyen-Orient ne sera pas atteinte tant que les causes profondes de la question palestinienne ne seront pas traitées, même si tous les États arabes normalisaient leurs relations avec Israël. Par conséquent, il est prématuré de supposer que l’accord de normalisation entre le Maroc et Israël constitue une étape vers une paix permanente dans la région. C’est un fait que les acteurs nationaux, régionaux et mondiaux doivent réaliser et reconnaître.

*Khalil al-Anani est Senior Fellow à l’Arab Center Washington DC et professeur associé de sciences politiques à l’Institut d’études supérieures de Doha.

Arab Center Washington DC, 08/07/2021

Etiquettes : Maroc, Israël, normalisation, Palestine, Ghaza, Jérusalem, Al Qods, Sahara Occidental,


Comments are closed.