France-Algérie: Les trois lobbies de la haine

Relations algéro-françaises: Les trois lobbies de la haine

Le président de la République ne fait pas dans la dentelle à propos de cette question précisément.

Saïd BOUCETTA

Sujet récurrent abordé lors de toute interview avec un président algérien, les relations avec l’ancienne puissance coloniale, n’a pas échappé à la règle, lors de l’entretien qu’a accordé le chef de l’Etat à la chaîne de télévision qatarie, El-Jazeera. Les «cycles de refroidissement» des relations entre Alger et Paris, le poids du contentieux mémoriel, le formidable potentiel bilatéral, susceptible de constituer un véritable moteur économique de la Méditerranée occidentale et l’importance de la communauté algérienne établie en France, sont effectivement autant de raisons qui justifient amplement la récurrence du sujet.

Le président de la République, qui appelle à l’apaisement des relations entre les deux pays, est parfaitement conscient de la phase historique que traverse le couple algéro-français au sens où il affirme avoir la conviction de la sincérité du président Macron. L’homme, dira le président algérien, est mû par une volonté forte de solder le passé colonial, de lancer de nouveaux rapports entre les deux Etats et les deux peuples, débarrassés des relents colonialistes, aujourd’hui entretenus par des lobbies puissants au sein de l’administration et dans les milieux politiques français.

Tranchant avec une certaine langue de bois lorsque pareil sujet est abordé à ce niveau de responsabilité, le président de la République ne fait pas dans la dentelle à propos de cette question précisément. Très précis et direct, Abdelmadjid Tebboune identifie le mal qui empêche le renouveau souhaité par la majorité des Algériens et des Français. Trois lobbies ciblent l’Algérie, annonce sans nuance le chef de l’Etat. Le premier est formé d’anciens colons et visiblement une partie de leurs descendants qui vouent une haine hargneuse à l’endroit des Algériens et de l’Algérie indépendante.

Le second lobby est une extension de l’Organisation de l’armée secrète (OAS). Tapis dans l’administration française et au sein de la classe politique, ses membres travaillent à torpiller toute initiative visant à faire éclater la vérité sur les crimes de la colonisation. En plus de ces deux lobbies, le président de la République distingue un troisième, composé celui-là d’Algériens qui ont pris le parti de la France d’avant et font tout pour brouiller l’image de l’Algérie auprès de l’opinion française. Avec ce discours qui ne souffre d’aucune hésitation, Abdelmadjid Tebboune place le débat là où il devrait être et met la France officielle devant ses responsabilités historiques.

L’Expression, 09 juin 2021

Etiquettes : France, Algérie, lobbies, OAS, Harkies, colons français,