Le Maroc est-il prêt à mettre en péril sa relation avec l’Europe pour le Sahara occidental ?

La scène était familière, même si l’ampleur ne l’était pas. Les 17 et 18 mai, des milliers de migrants sont entrés à Ceuta, l’une des deux enclaves espagnoles d’Afrique du Nord qui bordent le Maroc. Le flux record de migrants irréguliers a dépassé les 12000 personnes – dont des familles entières et des centaines d’enfants – en l’espace de deux jours. Les autorités espagnoles ont rapidement compris que cette poussée migratoire allait au-delà de l’habituel désespoir humain qui a poussé un grand nombre de personnes à franchir des clôtures et à traverser des cours d’eau pour tenter d’entrer en Europe ces dernières années. Le Maroc, troublé par la position de Madrid concernant ses revendications territoriales sur le Sahara occidental, a décidé de riposter.

Ainsi, les scènes dramatiques qui se sont déroulées dans cette ville côtière méditerranéenne sont liées à un mouvement de population encore plus important qui a eu lieu il y a plusieurs décennies, loin au sud. En 1975, alors que l’Espagne, la puissance coloniale, quittait le Sahara occidental, Rabat a envoyé 350 000 civils marocains pour occuper la région. Cette manifestation de masse organisée, connue sous le nom de « Marche verte », était le moyen pour le Maroc d’assurer sa souveraineté sur le territoire.

Au cours des 16 années suivantes, le Maroc a mené une guerre contre le Front Polisario, qui cherchait à obtenir l’indépendance de la région, jusqu’à la signature d’un cessez-le-feu sous l’égide des Nations unies en 1991. Les négociations de paix prévoyaient l’organisation d’un référendum pour déterminer le statut du territoire, mais le Maroc a longtemps empêché ce processus. Au lieu de cela, il a établi un contrôle de facto sur quatre cinquièmes du territoire en investissant dans des projets et en encourageant les Marocains à s’y installer. Le gouvernement marocain a également réprimé toute expression de souveraineté de la part du peuple sahraoui. La lutte pour le contrôle du Sahara occidental, riche en ressources, est au cœur de la récente vague de migrants qui tentent d’entrer en Espagne.

Campagne pour la reconnaissance

Depuis l’accession au trône de Mohamed VI en 1999, une grande partie de la politique étrangère du Maroc a été orientée vers la reconnaissance internationale de ses revendications sur le Sahara occidental. Pendant des années, le processus a été lent et souvent inefficace, malgré le soutien de plusieurs gouvernements africains. Mais la fin de l’année 2020 a vu une accélération spectaculaire des efforts marocains – et de leurs résultats. En novembre, Rabat a convaincu les Émirats arabes unis de devenir le premier pays arabe à soutenir ses revendications territoriales. Abou Dhabi a ouvert un consulat dans la partie du Sahara occidental contrôlée par le Maroc, incitant plusieurs autres pays, comme Bahreïn et la Jordanie, à suivre le mouvement. Plus important encore, en décembre 2020, le président américain de l’époque, Donald Trump, a reconnu la souveraineté marocaine sur l’ensemble du territoire, en échange de la normalisation des relations entre le Maroc et Israël. L’accord, qui faisait partie des accords d’Abraham tant vantés par l’administration Trump, impliquait l’établissement de relations diplomatiques officielles entre plusieurs nations arabes et Israël. Obtenir le soutien du gouvernement américain a été une victoire diplomatique majeure pour le Maroc. Cependant, contrairement aux souhaits de Rabat, cela n’a pas conduit à une avalanche de gestes similaires de la part d’autres nations, ni à la reconnaissance tant convoitée par l’Union européenne (UE) du contrôle marocain sur le territoire.

Au cours des derniers mois, les autorités marocaines ont semblé s’impatienter face à leur incapacité à tirer parti du soutien de Trump. Cela peut être dû, en partie, à la mesure dans laquelle la communauté internationale a considéré l’administration Trump comme une anomalie. De nombreux pays ont considéré ses grandes décisions – notamment celles concernant le climat, le financement de l’ONU ou de l’OTAN, et l’accord sur le nucléaire iranien – comme des décisions temporaires qui seraient annulées lorsqu’un président plus traditionnel entrerait à la Maison-Blanche. La reconnaissance par Washington de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental peut également être classée dans cette catégorie, car elle représentait une rupture majeure avec la position américaine de longue date. La réticence de Joe Biden à renforcer le geste de son prédécesseur semble le suggérer.

Cette incapacité à tirer parti de la reconnaissance américaine semble avoir poussé le Maroc à accroître la pression sur l’UE. En mars, Rabat a suspendu le contact avec l’ambassade d’Allemagne au Maroc en raison des critiques de Berlin à l’égard de la position de Trump sur le Sahara occidental, et il a ensuite rappelé son ambassadeur en Allemagne. Mais c’est la querelle avec le voisin marocain au nord qui a transformé ce différend en un différend régional plus large entre Rabat et Bruxelles.

Une prise de bec peu amicale

Contrairement à ce qui s’est passé avec Berlin, la situation avec Madrid a rapidement dégénéré. En avril, le gouvernement espagnol a autorisé Brahim Ghali, le chef septuagénaire du Front Polisario, à être hospitalisé à Logroño, une ville du nord de l’Espagne. Le gouvernement espagnol a déclaré avoir autorisé son hospitalisation pour des raisons humanitaires, mais sa décision d’admettre Ghali, l’un des plus grands ennemis politiques du Maroc, sous un faux nom et sans consulter le Maroc, a rendu les autorités de Rabat furieuses.

Quelques semaines après l’arrivée de Ghali en Espagne, un grand nombre de migrants ont commencé à traverser la frontière marocaine vers Ceuta. Si l’Espagne s’interrogeait sur les raisons de cet afflux soudain de migrants, l’ambassadrice marocaine Karima Benyaich a éliminé tous les doutes, déclarant à une agence de presse espagnole : « Certains actes ont des conséquences auxquelles il faut faire face », avant d’être rappelée au Maroc pour des consultations. Le flux inhabituel de personnes s’est arrêté après deux jours, et beaucoup sont depuis rentrés au Maroc. Quelques jours plus tard, la position officielle marocaine s’est adoucie, et les autorités ont plutôt affirmé que les migrants avaient bénéficié de la fatigue du personnel frontalier à la fin du Ramadan.

Mais comme le savent les autorités de Rabat et de Madrid, le différend n’a jamais porté sur la migration. Ce récent afflux de migrants fait écho à un épisode similaire en 2016. Lorsque la Cour de justice de l’Union européenne a jugé que le Sahara occidental ne faisait pas partie du Maroc, le royaume a assoupli ses contrôles frontaliers, ce qui a provoqué plusieurs passages de migrants à Ceuta. C’est, en partie, la faute de l’UE. À l’instar de l’accord qu’elle a conclu avec la Turquie, en vertu duquel elle a versé des milliards d’euros à Ankara pour empêcher les migrants en situation irrégulière de traverser l’Europe, l’externalisation du contrôle des migrations au Maroc a permis au royaume de peser sur la politique européenne. Ces accords peuvent soulager temporairement la pression, mais ils sont loin de constituer une solution à long terme au problème. En outre, le Maroc hésite de moins en moins à utiliser son influence et l’applique à la question la plus importante de son programme de politique étrangère : garantir la légitimité de son contrôle sur le Sahara occidental.

Le séjour de Ghali en Espagne a été compliqué par le fait qu’il faisait partie d’une affaire ouverte en 2012 à l’Audiencia Nacional, un tribunal central espagnol qui enquête sur les crimes majeurs. Ghali et d’autres dirigeants du Polisario étaient accusés par une organisation sahraouie de défense des droits de l’homme de multiples crimes, notamment de détention illégale, de torture et de terrorisme. Après avoir appris sa présence en Espagne, Rabat a fait pression sur Madrid pour qu’elle agisse sur l’affaire en cours. Rabat a également fait savoir que le différend diplomatique entre les deux pays ne ferait que s’aggraver si l’Espagne permettait à Ghali de quitter le pays secrètement.

Le 2 juin, après avoir comparu à distance devant le tribunal de Madrid, Ghali a finalement quitté l’Espagne et est retourné en Algérie après un séjour de plus d’un mois. Si l’Espagne a déclaré qu’elle espérait que les relations avec le Maroc reviendraient à la normale, il n’est pas certain pour l’instant que le départ de Ghali suffise à apaiser les tensions bilatérales.

Des partenaires commerciaux en désaccord

En permettant à des milliers de migrants de passer en Espagne, puis en endiguant le flot après deux jours, le Maroc ne punit pas seulement Madrid pour avoir laissé entrer Ghali. Il s’inspire également de la diplomatie turque et signale à l’UE qu’il est également prêt à utiliser les migrants comme moyen de pression. Les images de migrants traversant illégalement le continent peuvent bouleverser la politique européenne et alimenter la campagne des mouvements populistes. Les autorités marocaines ont tenté d’apaiser les inquiétudes de l’UE en recentrant la querelle diplomatique sur l’Espagne exclusivement. Dans une série d’apparitions dans les médias français le 23 mai, le ministre marocain des affaires étrangères, Nasser Bourita, a déclaré qu’il n’y avait pas de crise entre le Maroc et l’UE. Les récents passages de frontière à Ceuta laissent pourtant penser le contraire.

Le Maroc a peut-être un levier dans ce conflit, mais l’utiliser n’est pas sans risque. Les échanges commerciaux entre l’Espagne et le Maroc ont atteint 144,4 milliards de Dh (16,2 milliards de dollars) en 2019. Plus largement, l’UE reste le premier partenaire commercial du Maroc et constitue un client clé pour ses produits manufacturés et ses produits agricoles. Les touristes français et espagnols représentent près de la moitié de tous les touristes visitant le Maroc au cours d’une année typique. Après la perturbation économique causée par la pandémie de COVID-19, le PIB a chuté de 6,3 %, et le royaume dépendra des clients et des touristes européens pour relancer son économie. Bien que la politique n’empêchera probablement pas les touristes de visiter Marrakech ou Agadir, le Maroc risque de perdre sa bonne volonté politique dans les capitales européennes en raison de la crise actuelle.

Rabat a de nombreux griefs légitimes concernant les coûts et les exigences liés au rôle de gendarme de l’UE. Mais les récents événements à sa frontière avec l’Espagne vont probablement briser une certaine idée que les bureaucrates et les responsables gouvernementaux de l’UE avaient du partenariat de l’union avec leur voisin du sud. Le Maroc a souvent été considéré comme une force du bien dans une région troublée, une monarchie légèrement autoritaire aux intentions humaines. Mais sa campagne visant à faire reconnaître sa souveraineté sur le Sahara occidental est en train d’éroder cette image. Tout en organisant des livraisons d’aide aux Palestiniens de Gaza, Rabat a simultanément joué avec la vie de Marocains et de migrants subsahariens à la frontière, sachant pertinemment que l’Espagne les renverrait. Un migrant est mort et, au 1er juin, un millier de mineurs non accompagnés se trouvaient encore dans des centres d’accueil gouvernementaux et caritatifs à Ceuta.

Francisco Serrano est journaliste, écrivain et analyste. Son travail porte sur l’Afrique du Nord, le Moyen-Orient élargi et l’Amérique latine. Ses écrits sont parus dans Foreign Affairs, World Politics Review, Weapons of Reason, The Outpost et d’autres publications. Son livre, A Captura de Abdelkarim, sur les soulèvements arabes de 2011, a été publié en 2013. Les opinions exprimées dans cet article sont les siennes.

Middle East Institute, 07 juin 2021

Etiquettes : Maroc, Sahara Occidental, Union Européenne, UE,