Qu’est-ce qui se cache derrière la crise migratoire à Ceuta ?

Après l’intensification de la vague migratoire vers l’enclave espagnole en territoire africain, la ville autonome de Ceuta, la spécialiste en études arabes et islamiques, Ana Laura de León, s’est entretenue avec GPS International pour analyser comment cela influencera les relations bilatérales entre l’Espagne et le Maroc.

Le conflit diplomatique qui oppose l’Espagne et le Maroc trouve son expression la plus visible dans la vague de migrants marocains et subsahariens vers Ceuta, encouragée par Rabat. Selon les experts, cela serait motivé par la tentative du Maroc d’imposer à l’UE l’agenda de Trump sur le Sahara occidental. À cet égard, « bien que ce phénomène ne soit pas nouveau, le nombre de personnes en si peu de temps l’est », a déclaré M. De León.

La tension politique monte face à la vague de migrants

À cet égard, « la situation est devenue plus complexe en raison d’une vague de migrants sans précédent, au cours de laquelle on estime que près de 10 000 personnes ont tenté de passer dans l’enclave espagnole, dont 6 000 ont été renvoyées sur le territoire marocain », a déclaré le directeur du Centre d’études arabes et islamiques. Le processus de réintégration devrait se poursuivre, « mais il y a des problèmes avec les mineurs et les personnes qui pourraient subir de graves conséquences dans leur pays d’origine », a-t-elle déclaré.

Parmi les principaux facteurs, « nous pourrions mentionner l’omission de la protection des frontières par Rabat, qui est étroitement liée aux divergences sur le territoire correspondant au Sahara occidental », a-t-il déclaré. Pour sa part, « bien que l’Espagne ait reçu la solidarité du reste des pays européens, qui ont exhorté le Maroc à coopérer pour désamorcer la situation, ce fait remet sur la table le débat sur la politique migratoire européenne », a-t-il conclu.

Sputnik et Radio M24 ont également été en contact avec l’internationaliste argentin Juan Pablo de Maria, avec qui nous avons parlé de la situation politique actuelle en Argentine.

Sputnik, 29 mai 2021

Etiquettes : Sahara Occidental, Maroc, Donald Trump, Front Polisario, Espagne, Ceuta, chantage à la migration,