Crise entre le Maroc et l’Allemagne : Du partenariat à l’ère glaciaire

Le Maroc et l’Union européenne se chamaillent sur la question du Sahara occidental. L’Allemagne ne soutenant pas les revendications marocaines sur le territoire, un conflit massif a éclaté entre les deux pays. La crise germano-marocaine devient coûteuse – pour les deux parties, comme le rapporte Hans-Christian Rößler.

Brahim Ghali est parti, mais la crise est toujours là. Dans la nuit de mercredi à jeudi (02.06.), le chef du Front Polisario de libération du Sahara occidental a quitté l’Espagne. Mais son retour en Algérie ne signifie pas un apaisement des tensions entre le Maroc et l’Espagne – ou avec le reste de l’Union européenne. Avant même que Ghali ne quitte l’hôpital espagnol où il était traité pour une infection au covid, le gouvernement de Rabat avait clairement fait savoir que l’enquête contre Ghali n’était pas au centre du mécontentement.

La question est la reconnaissance européenne des revendications marocaines sur le Sahara occidental. La déclaration était accompagnée de deux menaces qui sont également susceptibles de susciter l’inquiétude à Berlin : elle rappelle explicitement l’importance du Maroc en tant que partenaire dans la lutte contre le terrorisme djihadiste et la migration illégale ; « 82 actes terroristes ont été neutralisés » grâce à cela. Il y a un peu plus de deux semaines, les forces de sécurité marocaines avaient montré à Ceuta ce qui se passe lorsqu’elles interrompent leur travail aux frontières. Près de 10 000 Marocains étaient alors arrivés dans l’exclave espagnole.

La coopération en matière de sécurité est suspendue

Le Maroc a cessé sa coopération en matière de sécurité avec l’Espagne, selon Rabat. L’Allemagne a été touchée plus tôt. « La coopération sécuritaire germano-marocaine dans le secteur de la police a été temporairement suspendue », a déclaré un porte-parole du ministère allemand de l’Intérieur au Frankfurter Allgemeine Zeitung de Berlin. Les forces de sécurité marocaines s’étaient vantées par le passé que leurs informations auraient pu empêcher l’attaque terroriste de décembre 2016 sur le marché de Noël de Breitscheidplatz à Berlin. Les Marocains et les Tunisiens constituaient récemment la majorité des terroristes en Europe.

Le gouvernement allemand se dit déterminé à « reprendre la coopération en temps voulu. » Mais on en est encore loin puisque le gouvernement marocain a cessé ses contacts avec l’ambassade d’Allemagne à Rabat et que l’ambassadeur du Maroc a quitté Berlin. À Madrid, le blocus, qui a commencé pour l’Allemagne en mars et qui devient peu à peu coûteux pour les deux parties, devrait durer longtemps.

Les deux pays sont en fait liés par une coopération au développement de longue date et fructueuse. L’année dernière, le pays d’Afrique du Nord a reçu des promesses allemandes de 420 millions d’euros, principalement sous forme de prêts. En raison de la crise de Corona, des prêts supplémentaires de 717 millions d’euros ont été ajoutés, selon le ministère allemand du développement (BMZ). « En raison de la crise diplomatique déclenchée par le Maroc, les activités de projet dans le domaine de la coopération au développement gouvernementale et non gouvernementale ont dû être interrompues depuis mars 2021 », indique un porte-parole.

Cela concerne en particulier l’alliance germano-marocaine pour l’hydrogène, qui prévoit la construction de la première « usine de référence à grande échelle » pour l’hydrogène vert en Afrique. Son coût devrait s’élever à 325 millions d’euros, dont une grande partie sera financée par des prêts et des subventions accordés par la banque de développement KfW au nom du gouvernement allemand. « Actuellement, les activités des projets en cours sont reportées », déclare diplomatiquement le porte-parole du BMZ.

Projets de coopération au développement en attente

Au Maroc, l’âge de glace est fortement ressenti non seulement par les fondations politiques mais aussi par la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ). Elle est active au Maroc pour le compte du gouvernement allemand depuis 1975. Mais les ministères et les autorités marocaines ont également cessé leurs contacts avec la GIZ en mars. « Le manque d’échanges avec les partenaires marocains fait que le travail dans la cinquantaine de projets que la GIZ met en œuvre au Maroc ne peut être réalisé que de manière limitée », explique une porte-parole de la GIZ. En termes de personnel, cela n’a pas eu de conséquences jusqu’à présent : Les quelque 300 membres du personnel national et détaché de la GIZ « sont toujours sur le terrain » – même s’ils n’ont actuellement pas grand-chose à faire.

Depuis plus d’un quart d’année, le Maroc est privé d’importants fonds publics et privés en provenance d’Allemagne. Il n’est pas possible de transférer simplement des sommes importantes de l’argent des contribuables à des agences gouvernementales sur place, qui ne sont alors plus accessibles pour le suivi. Après l’Afrique du Sud, le Maroc est également le deuxième site d’investissement le plus important pour les entreprises allemandes en Afrique. Avec près de 80 entreprises allemandes, 30 000 employés y réalisent un chiffre d’affaires de près de deux milliards d’euros. « Cela affecte les entreprises qui travaillent avec des partenaires étatiques dans des domaines tels que la santé et l’énergie, qui n’ont désormais plus aucun contact avec eux », déclare le directeur général de l’Association africaine des entreprises allemandes, Christoph Kannengießer.

Cela a également des conséquences pour les nouveaux investisseurs. À l’origine, l’Association Afrique voulait se rendre au Maroc avec des entrepreneurs allemands pour les informer sur les projets relatifs à l’hydrogène. Mais le pays d’Afrique du Nord ne dépend pas des Allemands ou des Espagnols. « Il y a toujours des alternatives pour les deux parties. La Chine, la Russie, la Turquie et les États du Golfe s’efforcent d’étendre leur influence au Maroc et au Maghreb », déclare Christoph Kannengießer.

Dispute sur la Libye

Le Maroc lui-même a également des ambitions politiques en Afrique du Nord. Cela vaut surtout pour une solution au conflit libyen, dans lequel le gouvernement de Rabat se voit exclu et entravé par l’Allemagne. C’est au moins l’une des raisons de la suspension diplomatique du contact, qui ne peut toutefois pas être comprise au Foreign Office : Deux semaines à peine avant le rappel de l’ambassadeur marocain et la publication du communiqué correspondant le 6 mai, le Maroc avait participé à une réunion en Libye présidée par le ministre des affaires étrangères Heiko Maas.

Peu avant, le Maroc avait été invité à la deuxième conférence de Berlin sur la Libye, fin juin. L’accusation marocaine selon laquelle l’Allemagne souhaitait que le Maroc ne joue aucun rôle dans les efforts de paix n’avait aucun fondement, selon le ministère allemand des affaires étrangères. C’est une raison aussi incompréhensible pour suspendre la coopération que pour aggraver la crise en rappelant l’ambassadeur.

Hans-Christian Rößler

© Frankfurter Allgemeine Zeitung 2021

Qantara.de, 07 juin 2021

Etiquettes : Maroc, Allemagne, Sahara Occidental, Union Européenne, UE,