Le Maroc prend l’initiative au Sahara occidental avec l’utilisation de drones israéliens

Les relations militaires entre les deux pays ont été tenues secrètes au cours des dernières décennies et sont mises en scène par des médiateurs.

Début avril dernier, le chef de la Garde nationale du Front Polisario, Adaj el Bendir, a été tué par une frappe aérienne à Rouss Irni, une zone proche de Tifariti, le principal bastion du Front Polisario. Cette nouvelle s’inscrit dans le contexte de l’escalade du conflit entre le Maroc et le Polisario qui a débuté en novembre 2020, lorsque le cessez-le-feu signé en 1991 a été rompu. Ce qui est frappant dans l’attaque contre la direction du Polisario, c’est la technologie utilisée : des drones israéliens. C’est la première fois que les Forces Armées Royales (FAR) utilisent des avions sans pilote dans une attaque d’une telle ampleur sur la question du Sahara Occidental.

L’exécution, selon le journal en ligne marocain Le Desk, a été réalisée à l’aide d’un appareil de fabrication israélienne, un drone Heron construit par Israel Aerospace Industries. L’attaque, comme l’indiquent les médias en ligne, a été menée après que la cible a été marquée au laser par le drone, puis abattue par un chasseur marocain. Les FAR n’ont pas confirmé l’attaque, ce qui est habituel lorsqu’il s’agit de ces opérations.

Les trois drones Heron, reçus par le royaume alaouite début 2020 pour plus de 50 millions d’euros, ont été utilisés par la France en Afghanistan. Les engins sont d’abord passés par le sol gaulois pour être équipés et peints avant d’arriver au Maroc, notant l’existence d’intermédiaires. Le drone a une autonomie de vol de plus de 40 heures et la capacité de monter à plus de 30 000 pieds.

La défense, un pilier fondamental

Ces dernières années, le Maroc s’est engagé dans un plan de modernisation de ses forces armées afin de faire face aux défis régionaux tels que l’Algérie ou la question du Sahara occidental. Dionisio García, directeur du magazine de défense Forces militaires du monde, souligne dans des déclarations à Europa Sur que l’utilisation de drones dans le conflit sahraoui est basée sur le maintien d’une bonne opinion publique. « Ce n’est pas la même chose d’utiliser une frappe aérienne ou de mobiliser des troupes que de mener une opération chirurgicale avec des drones », souligne-t-il. M. García soutient qu’il est dans l’intérêt du gouvernement israélien d’entretenir de bonnes relations militaires avec le Maroc afin de maintenir sa présence dans la région, étant donné que les positions politiques entre l’Algérie et Israël continuent d’être en désaccord.

Le royaume marocain est l’un des rares pays arabes (jusqu’à présent) à posséder des armes israéliennes. Preuve en est que la police marocaine utilise des fusils Tavor X95 fabriqués en Israël ou l’acquisition d’un autre drone, l’Hermes 900 de la société hébraïque Elbit Systems. Les dispositifs sont situés sur les bases de Meknès et Dakhla, où ils sont utilisés par le personnel spécial des FAR.

Les relations dans un monde nouveau

Le retour aux relations diplomatiques entre le Maroc et Israël en décembre 2020 (dans le cadre des accords d’Abraham promus par l’administration de l’ancien président américain Donald Trump) a conduit les États-Unis à reconnaître la souveraineté marocaine sur l’ancienne province espagnole du Sahara occidental.

Nimrod Gore, président et fondateur du groupe de réflexion israélien Mitvim Institute, souligne dans des déclarations à ce journal que le rétablissement des relations avec le Maroc est un pas en avant important pour Israël, car il initie des liens avec un pays qui a une position importante dans le monde arabe, la Méditerranée et l’Afrique. « Ces liens permettront également à Israël et au Maroc de coopérer dans des cadres régionaux, notamment l’Union pour la Méditerranée, la politique de voisinage sud de l’Union européenne et même l’Union africaine », soutient l’expert.

Bien que les deux pays aient des liens historiques forts, les relations entre le Maroc et Israël remontent à la fin des années 1970, lorsque des experts israéliens ont aidé à construire le mur militaire qui divise le Sahara occidental en deux. À la fin des années 1990, après la signature des accords d’Oslo entre Israël et l’Organisation de libération de la Palestine, des initiatives commerciales ont suivi. En 2003, en plein milieu de la deuxième Intifada, Rabat refroidit les connexions. Dix-huit ans plus tard, un nouveau chapitre s’écrit dans l’histoire diplomatique des deux pays.

Europa Sur, 04 juin 2021

Etiquettes : Maroc, Sahara Occidental, Front Polisario, Israël, drones,