Diplomatie migratoire à Ceuta : comment un conflit vieux de 45 ans peut entraver la gestion des frontières de l’UE

Diplomatie migratoire à Ceuta : comment un conflit vieux de 45 ans peut entraver la gestion des frontières de l’UE

« Il y a des actes qui ont des conséquences et il faut les assumer ». Avec ces mots, Karima Beinyach, ambassadeur du Maroc en Espagne, a confirmé les soupçons de nombreux observateurs universitaires qui entourent la crise humanitaire à Ceuta (Espagne), qui a vu l’arrivée de plus de 8000 immigrés en l’espace de deux jours (17 e / 18 e mai ).

Les tensions entre Madrid et Rabat s’étaient précédemment intensifiées à la suite de la décision de l’Espagne de fournir un traitement médical COVID-19 à Brahim Ghali , président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) et secrétaire général du Front Polisario . Ce mouvement de guérilla, initialement créé pour contre-attaquer l’oppression espagnole du nationalisme africain dans les années 1970, s’oppose activement aux revendications territoriales marocaines sur le Sahara occidental. L’accueil par l’Espagne de son chef de file a ainsi conduit le Maroc à assouplir les mesures de sécurité transfrontalières, facilitant l’entrée irrégulière de milliers d’hommes, de femmes et de mineurs par voie terrestre et maritime.

Cette réaction est conforme aux tentatives marocaines pour renforcer sa souveraineté sur le Sahara occidental, encore renforcée par la reconnaissance de l’ ancien président Trump de la quête territoriale du Maroc en Décembre 2020. La manœuvre des Etats – Unis, cherchant à accroître le soutien d’Israël au Maghreb, a été négativement reçu dans l’ Europe Union (UE). Les tensions existantes, exacerbées par la légalité contestée des exportations marocaines des territoires sahraouis occupés, se sont ainsi exacerbées.

Face aux conflits d’intérêts géopolitiques, les migrants ont une fois de plus été utilisés comme monnaie d’échange interétatique. La soudaine, d’ ingénierie vague d’immigration à Ceuta nous invite à revisiter la relation entre la gestion de la mobilité transfrontalière et de la diplomatie. Les pays de transit peuvent-ils être considérés comme des acteurs passifs des politiques d’externalisation des frontières ? L’Europe mène-t-elle vraiment la gestion des frontières ou la balance a-t-elle été inclinée ?

Mais d’abord, dénouons le conflit au Sahara occidental.

Le Sahara occidental, situé sur la côte nord-ouest de l’Afrique, est une ancienne colonie espagnole. En 1965, les Nations Unies ont exhorté le gouvernement colonial à décoloniser la région et à organiser un référendum sur l’autodétermination de la population autochtone (Sahraouis). Cependant, deux autres pays ont manifesté leur intérêt pour ces territoires : le Maroc et la Mauritanie. Cet affrontement s’est terminé devant la Cour internationale de justice, qui a réaffirmé le droit des Sahraouis à l’autodétermination ( 1975 ). Malgré cela, l’Espagne a cédé le contrôle à une administration conjointe maroco-mauritanienne en novembre 1975 , abandonnant formellement le conflit en 1976 .

Cette administration étrangère était fermement opposée par le Front Polisario. La confrontation militaire éclate ainsi entre les deux camps, la Mauritanie cessant ses revendications de souveraineté en 1978 et l’Algérie soutenant la guérilla (la RASD avait finalement été proclamée depuis le siège du Polisario à Tindouf). La lutte entre les forces marocaines et le Front Polisario ne s’est apaisée qu’en 1991, avec la déclaration d’un cessez-le-feu et le déploiement d’une mission de l’ONU pour organiser un référendum ( MINURSO ).

Quarante ans plus tard, le Sahara occidental reste sur la liste des territoires non autonomes de l’ONU , la plupart de ses territoires étant illégalement occupés par le Maroc. L’exploitation de ses ressources ( riches en phosphates et en bancs de pêche ) s’est poursuivie avec la connivence de la communauté internationale, dont l’UE .

« Il n’y en aura plus » : les périls de l’externalisation des frontières

La déclaration d’Erdogan à la suite de l’ouverture de la frontière turque en mars 2020 (qui a provoqué l’arrivée de plus de 10 000 réfugiés en Grèce) illustre les inconvénients (politiques) de la politique migratoire de l’UE. Ce dernier est fortement tributaire des politiques d’« externalisation des frontières ». Ces pratiques englobent la fourniture d’un soutien financier, matériel (technologie de gestion des frontières) et logistique (patrouilles policières et militaires) aux pays limitrophes. Ces ressources sont ensuite déployées par les pays de « transit » pour gérer les flux migratoires vers l’Europe (pays « d’accueil »), étendant ainsi le contrôle des migrations à l’ étranger . La déclaration UE-Turquie de 2016 ou le protocole d’accord Italie-Libye de 2017 sont tous deux de bons exemples de ce cadre (en particulier en réponse à la crise des réfugiés syriens de 2015).

Au-delà des intérêts économiques, le Maroc est également un allié pertinent de l’Europe dans la gestion des migrations. En effet, les événements de Ceuta ont coïncidé avec l’octroi d’une injection de 30 millions d’euros par le gouvernement espagnol à Rabat pour lutter contre la migration irrégulière, s’ajoutant à une provision budgétaire de 101,7 millions au Maroc dans le cadre du Fonds fiduciaire d’urgence de l’ UE pour l’Afrique (2019 ). Cette dépendance est devenue de plus en plus importante compte tenu des blocages accrus des routes migratoires orientales et centrales (à travers la Turquie et la Lybie), qui ont renouvelé l’importance de la piste de la « Méditerranée occidentale » .

Pourtant, comme le montrent les propos d’Erdogan, ce serait une erreur de comprendre ces échanges comme une simple imposition des objectifs de la politique européenne. Les pays frontaliers utilisent stratégiquement leur position géographique pour poursuivre des objectifs nationaux et diplomatiques (« diplomatie migratoire »). Des mécanismes coopératifs (accords interétatiques) mais aussi coercitifs (actions agressives, unilatérales) dans le domaine de la migration ont été de facto déployés par les pays de transit pour faire pression pour la levée des sanctions économiques, l’émission d’excuses officielles pour la domination coloniale passée et le maintien de réformes gouvernementales antidémocratiques . L’arrivée de milliers de migrants dans l’enclave espagnole n’est, en tant que telle, qu’un côté de la médaille.

La diplomatie migratoire des pays de transit : le cas du Maroc

Au-delà de son rôle de portier, le Maroc , à l’instar d’autres pays de transit traditionnels (comme la Turquie ou le Mexique ), est progressivement devenu un établissement semi – permanent de migrants. Cette nouvelle réalité peut être attribuée à des discours anti-immigration européens/occidentaux de plus en plus exacerbés, qui encouragent l’installation dans les pays limitrophes. L’Etat maghrébin a aligné sa politique migratoire en conséquence.

Une nouvelle politique migratoire a ainsi été introduite en 2013. Fondé sur le principe des opportunités socio-économiques, ce cadre comprenait une nouvelle législation sur l’immigration, l’asile et la traite des êtres humains, permettant en outre la conduite de deux processus de régularisation. Largement accueillie comme un apaisement de la pression migratoire par le bloc européen et une réponse aux critiques des ONG sur les violations des droits de l’Homme , les chercheurs ont souligné son importance stratégique ultérieure vis-à-vis des pays subsahariens. L’amélioration du bien-être des immigrés sur les terres marocaines était ainsi liée à la collecte de soutiens pour sa revendication sur le Sahara occidental .

Cette stratégie, ainsi que les événements analysés à Ceuta, nous amènent à la conclusion suivante : l’Europe n’est plus (si elle l’a jamais été) omnipotente dans le contrôle de ses frontières. La combinaison de la crise migratoire artificielle de Ceuta et de la rédaction d’une législation favorable aux migrants adoptée par l’administration du roi Mohamed VI révèle l’agence du Maroc dans la gestion de la mobilité transfrontalière. De plus, il montre que les vulnérabilités de l’Europe dans la gestion des migrations ( équilibrer les soucis domestiques et les engagements internationaux en faveur des droits de l’homme des migrants ) sont de facto exploitées par les pays de transit dans le cadre des politiques d’externalisation des frontières, dont le levier dans des confrontations diplomatiques apparemment sans rapport est, par ces derniers, augmenté.

Dernières pensées

Les implications de la démonstration de force de Ceuta pour les droits des migrants restent sans réponse . Les expulsions annoncées de mineurs non accompagnés vers le Maroc en août dernier, fortement critiquées tant par les ONG espagnoles que par les observateurs internationaux , semblent avoir été, en partie, confirmées judiciairement . Cette situation fait suite à des revendications renforcées pour la redéfinition des choix de gestion des migrations de l’Espagne (et de l’Europe) en Méditerranée, agitant davantage l’arène politique .

Alors que les relations diplomatiques entre Rabat et Madrid reviennent progressivement à la normale , il reste à voir quel effet cette crise artificielle aura dans son leitmotiv. La demande du Maroc d’un soutien sans équivoque de l’Espagne dans le conflit du Sahara occidental , prétendument en échange du soutien de cette dernière lors de la crise catalane, est toujours en suspens. En tout cas, la démonstration de force de Ceuta restera comme une répercussion exemplaire de l’agence du pays et de la vulnérabilité de l’Europe. Cela devrait être un signal d’alarme pour l’UE et ses États membres afin de revoir leurs choix de politique migratoire : sinon motivés par une solidarité (à peine renforcée par le nouveau pacte de l’ UE sur les migrations et l’asile ), du moins par un levier politique.

https://www.law.ox.ac.uk/research-subject-groups/centre-criminology/centreborder-criminologies/blog/2021/10/migration

26/10/2021