Biden gèle l’argent promis au Maroc, les EAU et le Soudan

Les États-Unis gèlent le Fonds Abraham, alors que les liens commerciaux entre Israël et les Émirats arabes unis s’affaiblissent.

L’administration Biden n’alloue pas de budget pour les projets régionaux, tandis que les EAU font pression sur Israël pour qu’il n’annule pas l’oléoduc Red-Med, ont déclaré des sources à « Globes ».
L’administration américaine a suspendu le Fonds d’Abraham pour une durée indéterminée, ont déclaré à « Globes » des sources américaines et israéliennes proches du dossier. Le Fonds d’Abraham a été créé après la signature des accords d’Abraham entre Israël, les EAU et les États-Unis en septembre 2020 et les signataires étaient censés financer le fonds avec d’autres pays qui se joindraient plus tard.

Au moment de sa création, une annonce a déclaré : « Le Fonds réalisera les engagements pris dans les accords d’Abraham. Le Fonds injectera plus de 3 milliards de dollars dans le marché des investissements pour le développement dans le secteur privé afin de promouvoir la coopération économique et d’encourager la prospérité au Moyen-Orient et au-delà. Les pays qui sont partenaires dans la création du fonds accueilleront favorablement l’adhésion d’autres pays afin de promouvoir ses objectifs. »

Le Fonds Abraham était déjà opérationnel en octobre 2020 et, en trois mois, il a examiné des centaines de demandes de financement de diverses entreprises. Il a également approuvé plus de dix de ces entreprises dans les domaines de l’énergie, de la technologie alimentaire et de la technologie financière. Le Fonds Abraham a également approché de grandes institutions financières américaines, auxquelles il a demandé de se joindre à ses efforts afin d’augmenter le capital du fonds.

Cependant, l’élection de Joe Biden en tant que nouveau président des États-Unis a mis un terme aux activités. Fin janvier, peu après la cérémonie de prestation de serment de Biden, le rabbin Aryeh Lightstone, qui avait été nommé par Donald Trump à la tête du Fonds Abraham, a démissionné. Depuis lors, l’administration Biden ne l’a pas remplacé. L’administration Biden soutient les accords d’Abraham, même s’ils ont été signés par Trump, mais elle est moins enthousiaste à l’idée d’allouer des fonds au Fonds d’Abraham sur son budget. Le ministère israélien des affaires étrangères s’est entretenu avec des sources à Washington à ce sujet et Washington a déclaré à Jérusalem que les activités du Fonds d’Abraham étaient en cours de réévaluation.

Des rapports aux Etats-Unis ont indiqué que parmi les raisons de cette réévaluation figuraient les énormes dépenses que l’administration Biden doit faire pour la reprise économique après la crise de Covid-19. Une source américaine haut placée a déclaré à « Globes » que la Maison Blanche est intéressée par la promotion et le succès des accords d’Abraham et par l’apport de partenaires supplémentaires pour ces mesures, mais que l’accent sera mis sur la dimension diplomatique et que le fonds lui-même a été gelé indéfiniment. Une source israélienne l’a confirmé et a déclaré que lors des discussions avec les Américains, tant sous le précédent gouvernement israélien que sous le gouvernement actuel, il a été clairement indiqué que les activités du Fonds ne sont pas à l’ordre du jour.

Cette suspension est l’une des raisons pour lesquelles les EAU ont créé un fonds d’investissement en Israël, qui a été annoncé en mars 2021. Mais depuis, ce fonds n’a pas non plus réussi à décoller. L’ancien Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le prince héritier des Émirats arabes unis Mohamed bin Zayed s’étaient mis d’accord sur le fonds et Netanyahu avait espéré se rendre à Abou Dhabi avant les élections de mars pour une déclaration commune sur la question, mais en raison d’une prise de bec diplomatique avec la Jordanie, la démarche n’a jamais abouti.

En mars, bin Zayed a également annoncé la création d’un fonds supplémentaire de 10 milliards de dollars en Israël, qui investirait notamment dans l’énergie, l’industrie, les infrastructures, l’espace et la santé. Le fonds a déclaré qu’il mettrait l’accent sur le soutien d’entreprises susceptibles de promouvoir le bien-être et l’économie des deux pays et de toute la région et qu’il opérerait principalement dans le secteur privé.

Mais près de quatre mois se sont écoulés, un nouveau gouvernement israélien a été mis en place et rien ne s’est passé avec ce fonds, à l’exception de quelques discussions générales entre les représentants du ministère israélien des affaires étrangères et leurs homologues des EAU, sur les moyens de promouvoir les activités du fonds et de renforcer les accords diplomatiques pour les adapter aux activités.

Du côté israélien, les ministères de l’économie, des infrastructures et de l’énergie, entre autres, discutent des projets à proposer au nouveau fonds. L’espoir d’Israël est que les accords signés par le ministre des affaires étrangères Yair Lapid lors de sa visite aux EAU la semaine dernière fourniront un cadre juridique en Israël pour les investissements du gouvernement des EAU par le biais du fonds. Un ou deux ministres du gouvernement israélien devraient se rendre prochainement aux EAU pour discuter du fonds et des moyens de le mettre en œuvre.

Mais dans la pratique, le fonds n’a pas encore été créé et ne semble pas se profiler à l’horizon. En attendant, à Abu Dhabi, on examine la conduite du nouveau gouvernement israélien et sa capacité à promouvoir les affaires et les liens économiques entre les deux pays. DP attend notamment l’évolution de l’appel d’offres pour le port de Haïfa, le sultan Ahmed bin Sulayem souhaitant faire une offre pour ce projet. Bien sûr, il y a aussi la question de l’Europe-Asia Pipeline Co. (EAPC) à l’ordre du jour.

Les relations commerciales entre Israël et les EAU sont assombries par un différend naissant avec le nouveau gouvernement israélien et des incidents commerciaux diplomatiques. La semaine dernière, « Globes » a rapporté la colère des hommes d’affaires de deux des familles les plus riches des EAU suite à l’annulation d’une réunion avec Lapid lors de sa visite à Abu Dhabi.

Une source d’affaires aux EAU a déclaré à « Globes » que le retrait d’Israël de l’accord que le CPEA a signé avec Med-Red Land Bridge Ltd, pour transporter le pétrole du Golfe Persique vers Israël afin de le fournir aux clients méditerranéens, nuira aux relations économiques entre les pays et servira de dissuasion future pour les entreprises des EAU. La source a déclaré que la mise en œuvre réussie de l’accord – en d’autres termes, l’expédition des premiers conteneurs de pétrole vers le port d’Eilat, puis leur transport vers Ashdod sans aucun problème ni fuite – dissiperait les inquiétudes israéliennes et que le potentiel d’extension de l’accord est énorme.

Des voix s’élèvent au sein du nouveau gouvernement israélien pour annuler l’accord, notamment en raison de l’opposition du ministre de la protection de l’environnement Tamar Zandberg et d’autres ministres. Le ministre des Affaires étrangères, Yair Lapid, a déclaré à « Globes » lors de sa récente visite aux EAU qu’il étudiait la question. « Nous ne voulons pas nuire à l’environnement. Nous devons prendre soin de notre pays et nous ne pouvons pas avoir une répétition des catastrophes passées (la fuite à Nahal Evrona). » La question sera entendue par la Haute Cour de justice et le gouvernement doit encore répondre à la pétition sur la question.

Une source diplomatique aux EAU a déclaré à « Globes » que la question a à peine été abordée lors de la visite de Lapid, bien qu’il ait été clairement indiqué à Israël que l’annulation de l’accord nuirait à la coopération dans le domaine de l’énergie, qui s’étendrait également au gaz naturel et à d’éventuels investissements de sociétés émiraties dans des projets d’infrastructure en Israël. La source émiratie a également déclaré que les EAU attendent du nouveau gouvernement qu’il respecte tous les engagements du gouvernement Netanyahu et l’accord du CPEA en fait partie.

L’un des paradoxes de l’activité diplomatique israélienne aux EAU est le décalage entre les résultats économiques qu’elle génère et les conditions dans lesquelles les diplomates israéliens y travaillent en raison d’importantes difficultés budgétaires. Ainsi, le consulat de Dubaï, qui devait occuper tout l’étage d’un immeuble de bureaux, ne loue actuellement que quelques pièces. Même la cérémonie d’ouverture du consulat, à laquelle ont assisté Lapid et le ministre émirien de l’intelligence artificielle, s’est déroulée dans une salle louée uniquement pour l’occasion.

En raison de ces difficultés, les activités ne sont pas assez étendues et l’énorme potentiel n’est pas exploité. « Globes » a appris que l’appartement officiel du consul général d’Israël à Dubaï, Ilan Shtulman, n’est que partiellement meublé et qu’il doit dormir sur une natte à même le sol car il n’a pas de budget pour l’achat d’un lit. En outre, le personnel du consulat ainsi que de l’ambassade à Abu Dhabi n’est pas au complet et des solutions administratives créatives ont été mises en place en raison du manque de budget.

Le ministère des Affaires étrangères déclare : « L’ambassade d’Israël à Abu Dhabi et le consulat général à Dubaï fonctionnent comme des bureaux entièrement organisés depuis le début de l’année. Comme il s’agit de nouveaux bureaux, il existe une procédure établie pour l’approbation des budgets, des postes et du personnel. Le ministère des Affaires étrangères s’efforce de doter les bureaux de représentation d’un personnel complet dès que possible et de leur fournir un budget adapté à leurs activités. »

Publié par Globes, Israel business news – fr.globes.co.il – le 7 juillet 2021

Copyright de Globes Publisher Itonut (1983) Ltd. 2021

https://en.globes.co.il/en/article-us-freezes-abraham-fund-as-israel-uae-business-ties-falter-1001377257