Algérie: Texte intégral de l’interview d’Arkab avec Der Spiegel

Algérie, Mohamed Arkab, énergie, gaz, Allemagne, Italie, Espagne, Europe,

« Pourriez-vous livrer du gaz à l’Allemagne demain, Monsieur Arkab ? »
Jusqu’à présent, l’Allemagne regardait surtout vers les Etats-Unis et le Qatar pour devenir moins dépendante du gaz russe. Mais l’Algérie dispose elle aussi d’importants gisements. Le ministre de l’Energie Mohamed Arkab explique ce que l’Allemagne doit faire pour obtenir ce gaz.
Une interview de Monika Bolliger

Alors que l’Europe se met à la recherche de nouveaux fournisseurs de gaz pour devenir moins dépendante de la Russie, l’Algérie est également au centre de l’attention. Le pays méditerranéen dispose de riches gisements de gaz et fournit déjà l’Europe. Outre les installations de production de gaz naturel liquéfié (GNL), trois gazoducs relient le pays à l’Europe : Un gazoduc livre du gaz à l’Italie via la Tunisie, deux gazoducs mènent à l’Espagne ; un gazoduc directement, l’autre via le Maroc.

Toutefois, le gazoduc marocain est actuellement hors service en raison d’une crise diplomatique entre les deux rivaux, le Maroc et l’Algérie, qui porte notamment sur le Sahara occidental contesté. A la place, l’Algérie a augmenté les livraisons vers l’Espagne via le pipeline direct, dont les capacités étaient auparavant sous-utilisées.

Désormais, une crise diplomatique entre l’Algérie et l’Espagne s’est également envenimée après que l’Espagne a changé de manière inattendue sa position sur le conflit du Sahara occidental. L’Algérie, qui soutient un mouvement d’indépendance au Sahara occidental occupé par le Maroc, a toutefois assuré que les livraisons de gaz n’étaient pas concernées.

L’Algérie est traditionnellement un important fournisseur de gaz pour l’Europe, en premier lieu pour l’Espagne et l’Italie, qui ont respectivement acheté 14,3 et 23 milliards de mètres cubes de gaz à l’Algérie l’année dernière. Une augmentation des livraisons d’environ 40 pour cent jusqu’en 2023 vient d’être décidée avec l’Italie. Parallèlement, l’Algérie entretient des relations étroites avec la Russie, et Moscou devrait observer cette évolution avec scepticisme.

Selon les experts, une nouvelle augmentation des capacités d’exportation n’est pas facile pour l’Algérie : premièrement, la consommation locale d’énergie augmente ; deuxièmement, des investissements importants sont nécessaires pour des livraisons supplémentaires, de nouveaux champs doivent être exploités et de nouvelles installations doivent être construites. Par le passé, la construction de tels projets en Algérie a souvent pris plus de temps que prévu, et le climat d’investissement est considéré comme très difficile en raison d’une bureaucratie galopante. Le ministre de l’Energie Mohamed Arkab affirme que l’Europe doit d’abord investir en Algérie afin de développer conjointement de nouveaux champs gaziers.

SPIEGEL : M. Arkab, vous réjouissez-vous du nouvel intérêt européen pour le gaz algérien ?

Mohammed Arkab : Notre marché traditionnel pour le gaz naturel a toujours été l’Europe. La majeure partie de nos exportations est destinée à l’Espagne et à l’Italie via deux gazoducs. Nous fournissons également du GNL. Nous avons tout intérêt à développer nos activités avec l’Europe et nous pouvons augmenter considérablement la production de gaz naturel en peu de temps. Environ la moitié de nos gisements de gaz ne sont pas encore exploités.

SPIEGEL : Vous avez récemment convenu de livraisons supplémentaires avec l’Italie, une augmentation de 40 pour cent de la quantité actuelle. Pourriez-vous aussi vendre et livrer du gaz à l’Allemagne demain ?

« Si l’Allemagne veut nous acheter du gaz, développez de nouveaux gisements avec nous ».

Arkab : Nous disons : si l’Allemagne veut nous acheter du gaz, alors développez de nouveaux gisements avec nous. Comme les Italiens avec le groupe ENI. Nous avons un programme ambitieux de développement de la production dans le secteur du pétrole et du gaz d’ici 2026, d’un montant de 39 milliards de dollars. Le groupe énergétique public Sonatrach fournira la majeure partie, pour le reste, nous cherchons des partenaires. Nous espérons que les Européens ne changeront pas de cap et nous laisseront seuls face aux investissements. Pendant longtemps, l’Europe a mis l’accent sur la protection de l’environnement et n’a pas fait de distinction entre le pétrole et le gaz. Cela a conduit à une absence d’investissements.

SPIEGEL : Les entreprises étrangères ont également reculé devant les investissements en raison d’une bureaucratie excessive et de législations peu claires.

Arkab : En 2020, une nouvelle loi sur la production de pétrole et de gaz naturel est entrée en vigueur. Nous y avons intégré des normes internationales pour la conclusion de contrats, la répartition de la production et les contrats à risque. Auparavant, les investisseurs devaient passer par différents organismes publics, et c’était un peu opaque. Maintenant, ils ont un interlocuteur clair et des procédures simplifiées. Avec notre partenaire italien ENI, nous avons signé les premiers contrats dans le cadre de cette nouvelle loi.

SPIEGEL : Il existe également un partenariat avec le groupe russe Gazprom. Jusqu’où va la participation de Gazprom aux projets en Algérie ?

SPIEGEL: Algerien steht in politischem Streit mit Spanien und mit Marokko. Die Gaslieferungen für Marokko haben Sie nach Auslaufen des Vertrages nicht erneuert. Muss auch Spanien so etwas befürchten?

« Nous ne pouvons pas répondre à toute la demande européenne, mais nous avons des capacités qui restent inexploitées ».

Arkab : Gazprom est l’une des nombreuses entreprises qui investissent en Algérie. L’entreprise n’est actuellement impliquée dans aucune production, seulement dans des travaux d’exploration.

SPIEGEL : L’Algérie entretient depuis longtemps des relations étroites avec la Russie. Moscou n’est-elle pas mécontente de voir l’Algérie augmenter ses livraisons pour l’Europe ?

Arkab : L’Algérie est l’amie de tous. Nous sommes un fournisseur fiable et sûr. Nous sommes libres de conclure des contrats avec des entreprises européennes si c’est dans l’intérêt des deux parties. Bien sûr, nous ne pouvons pas répondre à toute la demande européenne, mais nous avons des capacités qui ne sont pas du tout utilisées. Nous voulons inviter les entreprises européennes à investir dans cette production.

SPIEGEL : L’ Algérie est en conflit politique avec l’Espagne et le Maroc. Vous n’avez pas renouvelé les fournitures de gaz pour le Maroc après l’expiration du contrat. L’Espagne doit-elle aussi craindre quelque chose comme ça ?

Arkab : Nous avons prolongé les contrats avec l’Espagne et il n’y a eu aucun problème. L’Algérie honore ses obligations conventionnelles et les honorera toujours. Nous avons toujours été un fournisseur fiable pour l’Europe, même lorsque notre pays était en guerre.

SPIEGEL : Allez-vous augmenter les prix du gaz pour l’Espagne ?

Arkab : Les contrats d’approvisionnement sont réévalués tous les trois ans, tant en volume qu’en prix. Nous avons récemment renouvelé les contrats avec l’Italie et augmenté la capacité. C’est maintenant au tour de l’Espagne. Le prix mondial du gaz suit le prix du pétrole, et lorsque le prix du pétrole augmente comme il le fait actuellement, les prix du gaz font de même. Il est donc évident qu’une augmentation est en cours de discussion.

SPIEGEL : Si l’on parvient à augmenter la production de manière significative, par quelles routes de transport le gaz arriverait-il en Europe ?

Arkab : Nous avons des capacités pour les exportations de LGN, il y a en outre un projet de deuxième gazoduc vers l’Italie, qui est actuellement en suspens. Pourquoi devrions-nous construire un gazoduc si les Européens achètent leur gaz en Russie ? Le deuxième projet sur lequel nous travaillons actuellement est le gazoduc transsaharien, long de 4000 kilomètres, qui relie le Nigeria à l’Algérie via le Niger. De nombreuses infrastructures ont déjà été mises en place en Algérie. Le gazoduc peut être achevé en trois ans et nous pouvons transporter 20 à 30 milliards de mètres cubes de gaz du Nigeria.

SPIEGEL : Il existe un projet concurrent de gazoduc depuis le Nigeria via le Maroc. Certains pays européens semblent le préférer – parce qu’ils ne veulent pas dépendre uniquement de l’Algérie ?

Arkab : Notre pipeline est plus sûr, et il est économiquement viable. L’autre pipeline doit traverser douze pays sur 6000 kilomètres, et une partie passerait par l’Atlantique. C’est infiniment plus compliqué. Et le financement n’est pas clair non plus. L’Algérie, en revanche, a les moyens et est prête à financer une grande partie du gazoduc transsaharien.

« Nous voulons investir les revenus des ventes de gaz dans la transition énergétique. Pour cela, nous avons besoin de partenaires, de préférence l’Allemagne ».

SPIEGEL : L’Algérie dispose également des troisièmes plus grands gisements de gaz de schiste au monde, qu’il faudrait toutefois exploiter avec des méthodes risquées comme la fracturation. Allez-vous bientôt exploiter aussi le gaz de schiste pour augmenter la production ?

Arkab : Pour le gaz de schiste, nous n’en sommes qu’à la phase d’évaluation. Pour l’instant, nous travaillons encore sur le gaz conventionnel, 50 pour cent de nos gisements sont vierges. Il y a encore beaucoup de gisements de gaz conventionnel inexploités dans l’ouest de l’Algérie, jusqu’à présent nous avons travaillé presque uniquement à l’est. Et nous avons deux grands gisements inexploités en offshore.

SPIEGEL : L’Algérie a également une stratégie pour la transition énergétique. Les tentatives précédentes de s’éloigner des combustibles fossiles n’ont pas avancé. La hausse des prix du pétrole et du gaz va-t-elle à nouveau retarder ce plan ?

Arkab : Nous ne ferons pas l’erreur que nous avons déjà commise il y a dix ou quinze ans. Nous voulons investir les revenus des ventes de gaz dans la transition énergétique, c’est une priorité pour nous. Mais pour les technologies les plus récentes, nous avons besoin de partenaires, de préférence l’Allemagne. Nous avons construit la première installation photovoltaïque avec la participation de l’Allemagne dans le sud de l’Algérie. Et nous aimerions travailler avec l’Allemagne sur la production d’hydrogène vert. Nous pouvons devenir un partenaire en matière d’énergie renouvelable. L’Algérie a un ensoleillement de 3000 heures par an, et nous avons l’espace nécessaire pour le photovoltaïque. Avec des lignes électriques sous-marines à travers la Méditerranée, nous pourrions approvisionner l’Europe en énergie propre et renouvelable.

Der Spiegel, 19.06.2022

#Algérie #Europe #Espagne #Maroc #SaharaOccidental #Gaz #Italie

Be the first to comment

Leave a Reply