Entre précarités, y a-t-il une issue à la crise algérienne ?

Espagne, Algérie, Maroc, Sahara Occidental, Union Européenne,

-La surenchère, la précipitation et l’absence de calcul ont été le point commun de la politique étrangère d’Alger, de Rabat et de Madrid au cours des deux dernières années.

-Alger et Madrid sont pris dans un imbroglio dont aucune des parties ne peut se sortir à court terme.

Il y a des fronts où rien de pertinent ne semble se produire pendant des années et des semaines – dans ce cas, quatre jours ont suffi – où l’histoire (avec des lettres minuscules, oui) appuie sur la pédale d’accélérateur. Le temps écoulé entre la note dans laquelle la Présidence algérienne a annoncé ce mercredi la suspension du Traité d’Amitié, de Bon Voisinage et de Coopération signé avec Madrid en 2002 et la deuxième réprimande du régime algérien à l’UE pour sa défense des intérêts de l’Espagne ce samedi a été suffisant pour confirmer que le soutien espagnol au Maroc au Sahara Occidental a déclenché une crise permanente avec l’Algérie dont ni le régime militaire ni l’Exécutif Sánchez ne savent probablement comment sortir.

Indépendamment du fait que la décision d’accorder du crédit à la proposition d’autonomie de Rabat pour le Sahara Occidental soit la bonne pour les intérêts stratégiques à long terme de l’Espagne ou non, à en juger par ses résultats, la manière de résoudre la crise avec le Maroc a conduit à une quantité considérable de conséquences imprévisibles. Il est difficile de croire que le gouvernement n’a pas envisagé la possibilité que l’Algérie, principal soutien du mouvement indépendantiste sahraoui, réagisse par une rebuffade et profite de l’occasion pour exploiter ce qui s’est passé (et tenter ainsi de gagner de l’oxygène sur le front intérieur). Une chose différente serait que l’exécutif de Pedro Sánchez ait adopté la décision qu’il a prise en mars, conscient de ce qui allait se passer. En l’absence d’informations honnêtes et détaillées de la part des représentants espagnols, nous évoluons toujours sur le terrain de la spéculation. « On ne peut pas faire pire. Le gouvernement a fait preuve d’ignorance et de peu de professionnalisme. Je le vois mal », confesse à NIUS un ancien haut représentant de la représentation espagnole à Alger. Un avis similaire est émis par le professeur de relations internationales de l’université d’Exeter, Irene Fernández-Molina. « Il sera difficile de sortir de cette flaque », prédit à NIUS cette spécialiste de la politique nord-africaine.

Jouer les désemparés

L’impression est désormais que le gouvernement Sánchez et le régime algérien lui-même ont été entraînés dans un imbroglio qui, à court et moyen terme, n’a pas de solution. L’exécutif espagnol ne peut plus revenir sur son soutien à Rabat, car cela pourrait entraîner un nouveau séisme avec le Maroc, et Alger n’est pas non plus en mesure de faire marche arrière. Aussi bien dans le communiqué publié par la représentation algérienne devant l’UE ce vendredi que dans la note du MAE ce samedi, l’apparente rectification d’Alger ressemble à un jeu d’omission. Dans la note, l’ambassade d’Algérie à Bruxelles dément un boycott commercial que les hommes d’affaires espagnols subissent depuis des semaines. L’instruction d’Alger est signée à titre personnel par le DG de l’Association professionnelle des banques et entités financières ; il n’est pas un représentant de l’État. En outre, la communication incite à « geler les domiciliations » dans les opérations commerciales dont la destination et l’origine sont en Espagne et non à boycotter le commerce avec notre pays. Quoi qu’il en soit, de nombreux dommages peuvent être causés aux intérêts commerciaux espagnols. Et personne ne sait quelle sera la prochaine idée des autorités algériennes à cet égard.

Une lune de miel avec le Maroc ?

En attendant, la toute nouvelle étape des relations avec le Maroc est loin d’être une lune de miel. Pour l’instant, au-delà du fait que le contact entre les administrations a été rétabli -ce qui n’est pas rien, bien sûr-, la seule chose tangible aujourd’hui -presque trois mois après l’envoi de la lettre de Sánchez à Mohamed VI- pour le gouvernement est la réouverture des frontières de Ceuta et Melilla, la tranquillité dans celles-ci et le retour des ferries entre le Maroc et l’Espagne. Les fronts ouverts et non résolus dans les négociations bilatérales ne sont pas petits, de la décision finale sur les douanes commerciales dans les villes autonomes à la délimitation des eaux territoriales. En somme, ce vendredi, Rabat est entré en scène pour donner une cape à Pedro Sánchez, assurant que la feuille de route convenue le 7 avril à Rabat « progresse à un rythme très satisfaisant ».

Comme si cela ne suffisait pas, la situation entre les deux voisins nord-africains ne traverse pas exactement son meilleur moment. Tout a commencé à se détériorer en octobre 2020, lorsque le POLISARIO a déclaré rompu le cessez-le-feu avec le Maroc, en vigueur depuis 1991. Il est vrai que les tensions entre les deux pays n’ont pas conduit à une confrontation ouverte pendant tout ce temps. Après des mois d’accusations mutuelles – notamment d’espionnage -, Alger a rompu en août dernier ses relations diplomatiques avec Rabat. Ce jeudi, l’Algérie a de nouveau porté plainte contre ses voisins, les accusant de mener une « sale guerre » contre l’Espagne par le biais d’espionnage avec le cheval de Troie Pegasus et de pressions migratoires. Comme on peut le voir, des accusations graves, des ponts brisés, une guerre verbale ouverte. Le pire scénario pour la diplomatie espagnole est de tenter de réorienter la situation en exerçant une médiation entre Alger et Rabat.

Y a-t-il une solution à court terme ?

L’apparente rectification algérienne ne convainc personne et des mois difficiles sont à venir. « Il ne faut pas croire que la crise avec l’Algérie est loin d’être résolue. La suspension des opérations avec les entreprises espagnoles s’est poursuivie depuis avant l’annonce du 8 juin, les entreprises espagnoles sont bloquées et l’arrivée de petites embarcations augmente en croyant qu’il n’y aura pas de rapatriement », déclare sur Twitter le professeur de relations internationales à l’Université Complutense de Madrid et spécialiste des questions algériennes Rafael Bustos. « Ce n’est pas le jeu de l’oie qui peut revenir à la case départ. Même s’il sera possible de revenir à un point d’engrenage », affirme l’ancien haut fonctionnaire espagnol à Alger déjà cité. Outre le problème commercial, la plus grande crainte du gouvernement – qui continue à faire l’éloge de la collaboration algérienne, comme l’a fait jeudi le ministre de l’Intérieur Fernando Grande-Marlaska – est qu’Alger joue le tour migratoire dans les prochains mois, coïncidant également avec l’arrivée du beau temps en Méditerranée. La vérité, cependant, est que la plupart des migrants qui arrivent irrégulièrement sur le sol espagnol continuent de le faire par la route marocaine et non par la route algérienne. La succession de décisions – la plupart hâtives -, d’emportements et de mauvais calculs des gouvernements espagnol, algérien et marocain depuis un an et demi n’est rien d’autre que la preuve de la précarité de la situation pour tous après une longue pandémie et une crise économique accentuée par la guerre en Europe de l’Est. Dis-moi ce dont tu te vantes et je te dirai ce qui te manque. Le gouvernement espagnol, qui fait face à une grave crise économique, a dû une fois pour toutes normaliser ses relations avec le Maroc après plus d’un an de désaccord, motivé en premier lieu par la nécessité de rétablir la coopération sur la question migratoire.

Avec son principal partenaire et sponsor – la Russie – embarqué dans une guerre à l’horizon incertain, une opposition intérieure croissante et la nécessité de maintenir de bonnes relations commerciales avec l’UE – à un moment où son gaz est un atout essentiel pour le Vieux Continent -, l’Algérie n’est pas pour faire trop de bruit. Alger sait combien l’enjeu est important si l’UE finit par adopter des mesures contraires à ses intérêts, aussi mesurera-t-elle la réaction de l’Espagne dans les mois à venir. En résumé, ce qui s’est passé sur le front maghrébin depuis la fin de l’année 2020 donne une leçon à Sánchez et aux gouvernements à venir : pour traiter avec les deux voisins nord-africains, il faut bien plus que des bonnes paroles et des éloges sur l’amitié et le bon voisinage. Une profonde compréhension de la psyché collective des deux pays et de leurs systèmes politiques est nécessaire, qui doit commencer par l’anticipation des mouvements possibles des partis et des scénarios. En tenant pour acquis l’exagération, les pratiques politiques – si différentes de celles des partenaires européens – et la posture de Rabat et d’Alger, il semble clair que le gouvernement a péché d’une inexpérience indéniable dans ses relations avec ses voisins du sud. Et le pire est peut-être encore à venir.

El Confidencial, 14 juin 2022

#Algérie #Espagne #Maroc #SaharaOccidental #UnionEuropéenne

Be the first to comment

Leave a Reply