Masque rendu au Congo dans un geste symbolique de restitution

Belgique, Congo, RDC, roi Philippe, masque,

Par Benoit Nyemba

KINSHASA, 8 juin (Reuters) – Le roi Philippe de Belgique a rendu un masque traditionnel à la République démocratique du Congo mercredi, lors de sa première visite dans l’ancienne colonie, où beaucoup restent en colère parce que la Belgique ne s’est pas excusée pour des décennies de régime brutal.

Selon certaines estimations, les massacres, la famine et les maladies ont tué jusqu’à 10 millions de Congolais au cours des 23 premières années du règne de la Belgique, de 1885 à 1960, lorsque le roi Léopold II a fait de l’État libre du Congo un fief personnel.

En 2020, Philippe est devenu le premier responsable belge à exprimer des regrets pour les « souffrances et les humiliations » infligées au Congo. Mais il s’est arrêté avant de présenter des excuses, et certains Congolais ont exigé qu’il le fasse lors de cette première visite depuis son accession au trône en 2013.

« Ils nous ont laissés isolés, abandonnés. Ils ont pillé toutes nos ressources, et aujourd’hui vous invitez à nouveau le roi des Belges ? », a déclaré Junior Bombi, un vendeur du marché central de Kinshasa.

Antoine Roger Lokongo, professeur à l’université de Joseph Kasa-Vubu, dans le sud-ouest du Congo, a déclaré qu’il attendrait de voir si Philippe présentait des excuses formelles pour les crimes de l’ère coloniale.

« Le simple regret que vous avez exprimé n’est pas suffisant », a déclaré M. Lokongo.

MASQUE D’INITIATION

Philippe est arrivé mardi avec son épouse, la reine Mathilde, et le Premier ministre Alexander De Croo pour une visite d’une semaine. Il doit s’adresser à une session conjointe du parlement congolais plus tard dans la journée de mercredi.

Le président du Congo, Felix Tshisekedi, a déclaré lors d’une brève conférence de presse avec De Croo qu’il se concentrait sur la coopération avec la Belgique pour attirer les investissements et améliorer les soins de santé et l’éducation au Congo.

« Nous ne nous sommes pas attardés sur le passé, qui est le passé et qui ne doit pas être reconsidéré, mais nous devons nous tourner vers l’avenir », a-t-il déclaré.

Certains habitants de Kinshasa ont dit espérer que la visite apporterait des investissements et un regain d’attention pour le conflit dans l’est du pays.

« Mon sentiment est que nous devrions recommencer à avoir de bonnes relations entre le Congo et la Belgique, comme avant », a déclaré Antoine Mubidiki. « Malgré ce que les Belges nous ont fait pendant la colonisation, nous sommes prêts à pardonner ».

Philippe a offert le masque d’initiation du peuple Suku au musée national du Congo à titre de « prêt indéfini ». Le masque est détenu depuis des décennies par le Musée royal de l’Afrique centrale de Belgique.

« Je suis ici pour vous rendre cette œuvre exceptionnelle afin de permettre aux Congolais de la découvrir et de l’admirer », a déclaré Philippe, debout à côté de Tshisekedi. « Elle marque le début symbolique du renforcement de la collaboration culturelle entre la Belgique et le Congo. »

La Belgique a traditionnellement peu parlé du colonialisme, et le sujet n’a pas été largement enseigné dans les écoles belges.

Mais ces dernières années, on a pu observer les prémices d’une prise en compte de l’histoire. Lors des manifestations antiracistes déclenchées en 2020 par le meurtre de George Floyd par la police aux États-Unis, les manifestants ont pris pour cible des statues du roi Léopold II.

Peu de temps après, le Parlement belge a créé une commission chargée d’examiner le dossier historique. Un rapport préliminaire publié l’année dernière appelle à une compréhension plus précise de la période coloniale, et le rapport final est attendu cette année.

M. De Croo a déclaré que la Belgique était déterminée à rendre compte honnêtement de son passé.

« Nous savons tous que, dans cette longue relation entre les pays, il y a eu une période qui a été douloureuse, pénible pour la population congolaise », a-t-il déclaré. « Je pense qu’il est important de regarder cela droit dans les yeux ».