Nigeria: Au moins 50 morts dans le massacre d’une église

Nigeria, église catholique, église catholique St Francis, Owo,

Par Fikayo Owoeye


LAGOS, 5 juin (Reuters) – Des hommes armés ont attaqué une église catholique dans le sud-ouest du Nigeria pendant la messe dimanche, tuant au moins 50 personnes, dont des femmes et des enfants, selon un médecin de l’hôpital et les médias.

Les hommes armés ont tiré sur des personnes à l’extérieur et à l’intérieur du bâtiment de l’église, tuant et blessant des fidèles, a déclaré Funmilayo Ibukun Odunlami, porte-parole de la police de l’État d’Ondo.

Elle n’a pas précisé le nombre de personnes tuées ou blessées à l’église catholique St Francis, dans la ville d’Owo, mais a ajouté que la police enquêtait sur les causes de l’attaque.

Le gouverneur de l’État d’Ondo, Arakunrin Oluwarotimi Akeredolu, qui s’est rendu sur les lieux de l’attaque et auprès des blessés hospitalisés, a qualifié l’incident de dimanche de « grand massacre » qui ne devrait pas pouvoir se reproduire.

L’identité et le motif des assaillants n’étaient pas immédiatement clairs.

« C’est tellement triste qu’alors que la Sainte Messe se déroulait, des inconnus armés ont attaqué l’église catholique St Francis… faisant de nombreux morts et blessés et violant l’église », a déclaré le porte-parole de l’église catholique au Nigeria, le révérend Augustine Ikwu.

Ikwu a déclaré que l’évêque et les prêtres de la paroisse étaient sortis indemnes de l’attaque.

Un médecin d’un hôpital d’Owo a déclaré à Reuters qu’au moins 50 corps avaient été amenés dans deux hôpitaux de la ville suite à l’attaque. Le médecin, qui a refusé d’être nommé parce qu’il n’est pas autorisé à parler à la presse, a également déclaré qu’il y avait un besoin de dons de sang pour traiter les blessés.

Le président Muhammadu Buhari a condamné l’attaque, la qualifiant d' »odieuse », et le Vatican a déclaré que le pape François priait pour les victimes qui avaient été « douloureusement frappées dans un moment de célébration ».

Le Nigeria lutte contre une insurrection islamiste dans le nord-est et contre des bandes armées qui commettent des attentats et des enlèvements contre rançon, principalement dans le nord-ouest.

Dans le sud-ouest, les attaques de ce type sont rares.

Reuters