CIA : Juan Carlos a livré le Sahara pour sauver son trône

Sahara occidental, Maroc, Espagne, Juan Carlos de Borbón, Marche verte, Hassan II, Henry Kissinger, États-Unis, CIA, documents déclassifiés,

Juan Carlos aurait pu secrètement convenir les termes de la Marche Verte avec Hassan II

Le prince de l’époque accepta le retrait des troupes et l’entrée de 50 Marocains à El Aaiún. La révélation d’un gâchis médiatique de jupes avec une vedette aurait été un écran de fumée pour couvrir l’impact de la déclassification des documents de la CIA qui prouveraient le rôle de Juan Carlos.

Cette semaine, de nouveaux documents de la CIA ont été déclassifiés. Quelque 12 500 entrées sont destinées à l’Espagne et contiennent des rapports secrets des services secrets américains sur la Transition, le roi Juan Carlos et la politique intérieure du pays jusqu’aux années 1990.

Dans cette documentation se trouvent les conversations entre le roi Juan Carlos et l’ambassadeur des États-Unis, Wells Stabller. Selon les journalistes d’El Español Araluce et de Sainz, il serait prouvé que le roi émérite ne s’est pas limité à servir de médiateur dans le grave conflit du retrait de l’armée espagnole du Sahara, mais qu’il se serait mis d’accord avec les États-Unis et le Maroc sur les termes de la Marche Verte. Les raisons? Sécurisez votre couronne. La mise au jour récente d’un bordel de jupe avec une vedette aurait été orchestrée pour que ce fait, infiniment plus pertinent, passe inaperçu.

Le conflit sahraoui est l’un des chapitres de l’histoire récente qui embarrasse le plus de nombreux Espagnols. Un embarras politique et militaireet que cela signifiait l’abandon cruel des citoyens de la 53e province de l’État, une ville avec un DNI espagnol accepté par ses lois et sa protection.

L’Espagne, obéissant aux ordres de Juan Carlos, s’inclina devant une armée bien inférieure et quitta lâchement le champ de bataille sans tirer un seul coup de feu et en remettant casernes et armes à son ennemi.

Luis Rodríguez de Viguri, secrétaire général du gouvernement du territoire jusqu’à son départ d’Espagne, a déclaré : « Maintenant, nous ne pouvons penser qu’aux responsabilités historiques. L’intérêt de liquider les aventures colonialistes au prix du génocide des indigènes a prévalu, ce qui est le cas du peuple sahraoui ».

La marche Verte

Franco avait annoncé en 1974 qu’il organiserait un référendum d’autodétermination. Le Maroc a lancé tous ses rouages ​​pour l’éviter et avant le différend, l’ONU a commandé un avis au Tribunal de La Haye. Conclusion : le Sahara Occidental n’avait aucun lien souverain avec le Maroc ou la Mauritanie. Le 6 octobre 1975, les services de renseignement de l’armée espagnole avaient informé Franco, déjà très malade, des projets du roi marocain de s’emparer du Sahara. Un territoire vital d’un point de vue géostratégique, riche en phosphates, fer, pétrole et gaz.

Franco mourant et le prince Juan Carlos ont assumé les fonctions de chef de l’État. La situation était critique. Juan Carlos s’est inquiété de la situation au Sahara, alors que l’affaire portugaise était toute récente. S’il n’y parvenait pas correctement, il pourrait perdre sa couronne avant d’être ceint.

Jusqu’à présent, il y avait des soupçons fondés selon lesquels Juan Carlos avait demandé la médiation des États-Unis dans cette crise. Kissinger aurait accepté et intercédé auprès de Hassan II et de cette demande émergerait un pacte secret par lequel Juan Carlos s’engagerait à céder le Sahara espagnol au Maroc en échange d’un plein soutien politique américain lors de son prochain mandat de roi d’Espagne. Des faits que les documents déclassifiés pourraient corroborer et qui pourraient qualifier le comportement du roi émérite de Haute Trahison.

Et c’est que la loi organique 10/1995, du 23 novembre, du Code pénal prévoit au titre XXIII : des crimes de trahison et contre la paix ou l’indépendance de l’État et relatifs à la défense nationale, les articles 581 et 582 chapitre I : crimes de trahison. à une puissance étrangère de déclarer la guerre à l’Espagne ou de s’entendre avec elle dans le même but, sera puni d’une peine d’emprisonnement de quinze à vingt ans. Article 582. L’Espagnol qui facilite l’entrée de l’ennemi en Espagne, la saisie d’une place, d’un poste militaire, d’un navire ou d’un aéronef d’État, d’un quartier-maître ou d’entrepôts d’armement.

De la loi de succession, Don Juan Carlos a essayé de s’assurer la loyauté de l’armée avec laquelle il avait une relation magnifique. Mais quelques heures avant l’épisode, il n’hésite pas à faire semblant aux militaires qui y sont stationnés : « L’Espagne ne reculera pas, elle remplira tous ses engagements, elle respectera le droit des Sahraouis à être libres ». Pour ajouter l’insulte à l’injure, il a dit : « Ne doutez pas que votre commandant en chef sera là, avec vous tous, dès que le premier coup de feu sera tiré. Quelques heures plus tard, on pouvait parler d’une trahison du peuple espagnol, des Sahraouis et de l’ONU elle-même.

L’astucieux Hasan Hasan II, déterminé à s’emparer du territoire, organise un mouvement massif de milliers de citoyens marocains contraints d’envahir le Sahara Occidental, connu sous le nom de « Marche verte » se faisant passer pour d’anciens habitants de la région. Avec un fort caractère religieux et patriotique, ils ont exhibé des drapeaux marocains, des portraits de leur roi, Hasan II, et le Coran… : « Nous n’avons d’autre choix que de récupérer notre Sahara, dont les portes nous ont été ouvertes », a déclaré Hassan avec un certain sarcasme… En fait, il avait convenu que seulement 50 entreraient.

Alors que les civils descendaient Tarfaya, 25 000 soldats marocains des Forces armées royales (FAR) sont entrés par l’est. Détails consultables dans les livres de José Luis Rodríguez Jiménez » Agony, Betrayal Escape. La fin du Sahara espagnol » de José Ramón Diego Aguirre, « Guerre au Sahara » ou « Histoire interdite du Sahara espagnol » de Tomás Bárbulo.

L’ONU, mal à l’aise et ne sachant pas ce qui se passait, a exhorté Hassan II à se retirer et à respecter le droit international. Tandis que l’Espagne assistait stupéfaite et, l’armée était déconcertée. Mais le prince voulait assurer sa couronne et s’était déjà mis d’accord avec l’Alaouite. Il a même envoyé le ministre de la Présidence en visite de courtoisie dans les campements marocains de la Marche verte.

Enfin, le 14 novembre 1975 : La déclaration de Madrid cède au Maroc toute la partie nord de l’ancienne province espagnole : 200 000 kilomètres carrés d’une grande importance géostratégique, très riches en minerais de toutes sortes, gaz et pétrole. La Mauritanie (qui les a abandonnés sous la pression du Maroc) se voit transférer 70 000 kilomètres carrés du sud, pauvres et improductifs.

Le 26 février 1976, l’Espagne retire ses troupes et abandonne la population sahraouie, qui devient domaine marocain. Le Maroc a immédiatement occupé le Sahara. 70 000 Sahraouis ont fui vers les territoires de Tindouf, à 800 kilomètres du désert. Ils les ont bombardés de napalm, femmes, enfants et vieillards. D’autres sont restés au Sahara occidental, où le régime marocain continue d’imposer une stricte occupation militaire.

Quelques soldats et des dizaines de légionnaires ne les ont pas abandonnés et sont restés au Sahara après la trahison et ont combattu aux côtés du Polisario jusqu’à la fin de la guerre en 1991 ». Et l’ONU qui a promis un référendum d’autodétermination qu’ils attendent depuis 25 ans.

Pertes pour l’Espagne, à court et à long terme

La conclusion de Rodríguez Jiménez est que la fuite de l’Espagne du Sahara était une décision peu favorable aux intérêts de notre pays, avec « des conséquences économiques, diplomatiques, de sécurité et de défense ».

Avec l’abandon de l’ancienne colonie, «l’Espagne a perdu un grand allié», affirme Rodríguez Jiménez. « Un allié dont les liens d’amitié auraient assuré l’accès aux riches ressources naturelles du territoire : « les phosphates [les gisements les plus importants du monde s’y trouvent], le banc de pêche, les mines d’uranium, de cuivre et d’or, ainsi que le pétrole , ben il y avait déjà des sondages avec des signes positifs », « Les accords avec la nation sahraouie auraient pu ressembler à ceux du Commonwealth. Cela nous aurait été bénéfique en termes de sécurité, pouvoir être un État pour contenir l’islamisme radical et un allié en termes de migration ». Mais surtout, nous aurions épargné à nos anciens compatriotes des décennies de souffrance.

Situation actuelle

Le roi marocain a ignoré de manière récurrente les résolutions de la plus haute instance de juridiction universelle (l’ONU) et d’une certaine manière fait pression et fait chanter en permanence les dirigeants espagnols. Il a toutes les cartes en sa faveur : le soutien qu’il reçoit des USA, l’hostilité de la gauche pour augmenter notre puissance militaire et dernièrement il menace d’arrêter de contenir les masses d’immigrés à la frontière, pour tout cela on lui accorde toutes sortes de privilèges en termes de collaboration et de développement.

A cela s’ajoute l’infiltration massive des Marocains en territoire sahraoui et l’évolution démographique de ceux-ci qui ferait gagner le Maroc si le référendum était envisagé.

Témoignages de soldats ayant vécu le conflit

Selon les mots de soldats stationnés dans la région à cette époque, comme Diego Camacho, capitaine des troupes nomades du Sahara « C’était la page la plus honteuse que notre nation ait signée en matière internationale »,

José Taboada, actuel président du CEAS Sahara et militaire à El Aaiun dans la troupe du Génie. « Ce fut une trahison pour le peuple sahraoui qui continue encore aujourd’hui à subir avec l’occupation et l’exil le manque de dignité de l’Espagne » et « Une humiliation pour les militaires qui y étaient stationnés et qui avaient vécu aux côtés des Sahraouis, nos frères et amis ».

« Nous, soldats, étions convaincus que nous défendrions le Sahara contre l’armée marocaine. En fait, nous avons posé 60 000 mines pour empêcher la Marche verte d’entrer sur le territoire, mais nous avons ensuite reçu l’ordre de les retirer », explique Taboada.

Le magazine Le nouvel Afrique Asie a publié qu’en 1979, le roi Juan Carlos Ier avait même offert à feu Hassan II la « livraison » de Ceuta au Maroc lorsque Gibraltar a été transféré à l’Espagne par Londres. L’article était signé par le journaliste marocain Selim Malek. A noter qu’au Maroc personne n’ose publier des nouvelles liées à la monarchie alaouite sans son acquiescement.

Le roi Juan Carlos et Hassan II ont cultivé une profonde amitié pendant des années. On se souvient encore des mots qu’il s’est exclamés entre les larmes lors de ses funérailles : « Hassan II était mon frère aîné ».

María Fidalgo Casares
Docteur en histoire, analyste sociale et critique d’art et de littérature. Docteur en histoire de l’Université de Séville, elle écrit dans MUNDIARIO et est universitaire en histoire de l’Andalousie.


Mundiario, 26/01/2017

#Sahara occidental #Maroc #Espagne #CIA #Documents déclassifiés #JuanCarlos #Marcheverte