Algérie. Bataille de succession au RCD

Algérie, RCD, congrès, Mohcine Belabbès, Athmane Maazouz, Mourad Biatour,

Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) tiendra son congrès ce weekend. En effet ce conclave est prévu pour les 3 et 4 juin. Un congrès qui revêt une importance cruciale puisqu’il sera question notamment pour les congressistes d’élire un nouveau président du parti en remplacement de Mohcine Belabbès qui ne briguera pas un nouveau mandat, comme annoncé auparavant.

Mohcine Belabbès, qui préside aux destinées du RCD depuis une dizaine d’années déjà a annoncé il y a un peu plus d’une année qu’il passera le flambeau à un autre dirigeant lors du prochain congrès. « Il est de mon devoir d’annoncer aujourd’hui devant notre instance dirigeante entre deux congrès que je ne serais pas candidat à la direction du parti lors de ce 6e congrès », a déclaré Mohcine Belabbès au mois de mars 2021 devant le conseil national du RCD. « Pour nous un parti est l’instrument par lequel se saisissent les militants et les électeurs pour réaliser le changement et consolider les acquis » a-t-il ajouté devant une assistance quelque peu surprise de cette annonce.

Mohcine Belabbès a été élu à la présidence du RCD lors d’un congrès tenu en 2012. Ce cadre dirigeant du parti venait alors de succéder à Said Sadi. Fondateur et dirigeant charismatique du RCD le docteur Saïd Sadi dirigeait le parti depuis sa création en 1989. « Avec une conscience sereine et une pleine confiance en l’avenir, je vous annonce ma décision de ne pas me représenter au poste de président du RCD. j’ai longuement réfléchi, je m’en suis ouvert aux membres de la direction. il est temps que les compétences formées dans et par le parti s’expriment et s’accomplissent », a alors indiqué Sadi devant les congressistes stupéfaits tant Saïd Sadi incarnait à lui tout seul le parti. C’est dire que la tâche a été très lourde pour son successeur, Mohcice Belabbès, qui appartient, lui, à la jeune garde du parti. Mais après deux mandats à la présidence du parti lui aussi veut passer le flambeau. Qui lui succédera? Pour l’heure deux candidats seulement ont annoncé leur candidature.

Il s’agit de Athmane Maazouz et Mourad Biatour. Athmane Maazouz, qui a été le premier à annoncer sa candidature, est plus connu que son jeune rival. Il a en effet cumulé deux mandats de députés et il est membre de la direction du parti depuis des années déjà. « Ma conviction me dicte de ne pas fuir ma responsabilité pour être utile en ces moments difficiles mais décisifs pour notre pays. Enfant du parti dès sa création, élu à deux reprises, confiant dans l’avenir du Rassemblement et convaincu qu’un militant formé dans et par le parti ne peut, en ces moments difficiles, s’exonérer d’un engagement à continuer la lutte, j’ai fait le choix de poursuivre avec vous le combat pour les idéaux et le projet que nous partageons et honorer les nombreux sacrifices des nôtres », a indiqué Athmane Maazouz dans une lettre aux militants annonçant sa candidature au poste de président du parti. Mourad Biatour n’a, quant à lui, annoncé sa candidature qu’il y a une vingtaine de jours. Membr du secrétariat national il fait partie des jeunes loups du parti. C’est entre ces deux candidats que les congressistes vont devoir faire leur choix.

Par : KAMAL HAMED

Le Midi libre, 03 juin 2022

#Algérie #RCD