UE-Russie. Le dindon de la farce

Union Européenne, UE, Russie, Ukraine, pétrole, embargo,

Le conflit opposant l’Occident à la Russie prend une drôle de tournure. Les protagonistes semblent jouer au chat et à la souris dans une joute dont ne sortira vainqueur que celui qui détient les clés de la suprématie stratégique. Hier, lundi soir, l’Union européenne a annoncé être (enfin) parvenue à un « accord de principe » pour se passer du pétrole russe d’ici la fin de l’année. Une annonce qui a eu pour effet immédiat de faire flamber les prix du brut à plus de 123 dollars en pleine saison creuse.

Une question se pose : comment les 27 comptent-ils concrétiser cet accord, qui a plus l’air d’une promesse politique que d’un engagement ferme ? D’autant que cet accord « de principe », n’a pas reçu l’assentiment de tout le monde. La Hongrie, la Slovaquie et la République tchèque ont, toutes trois, obtenu des dérogations. L’on se demande alors à quoi rime tout ce manège. Les gouvernements européens se disent que cet embargo, s’il se concrétise, participera à « freiner l’effort de guerre russe », à supposer que cela soit vraiment le cas. Car, Vladimir Poutine n’a pas attendu que les 27 se mettent d’accord sur quoi que ce soit pour agir. Il sait qu’il a en main des armes affûtées dans cette guerre qui se joue plus sur le terrain économique que sur les champs de bataille. Il pose ses conditions et a réussi à retourner l’arme de destruction massive économique contre ses initiateurs.

Poutine a déjà suspendu les approvisionnements gaziers sur quatre pays européens et promet que d’autres suivront s’ils ne se résolvent pas à payer en rouble. Le plus cocasse est que ces pays qui ont refusé de payer en roubles annoncent déjà qu’ils iront chercher le gaz chez ceux qui le font. Au final, l’entêtement des Occidentaux n’a aucun effet, si ce n’est de donner la migraine aux bureaucrates.

Et au-delà de l’énergie, cette confrontation entre l’Otan et la Russie a eu pour effet de couper une grande partie des routes pour l’approvisionnement en minéraux de base et en céréales. Les « alliés » devront d’ailleurs montrer patte blanche, lorsque Serguei Lavrov ira en Turquie pour que les routes de commercialisation des céréales soient rouvertes. En attendant, les prix flambent sur les marchés internationaux et l’inflation atteint des sommets et la récession menace, notamment en Europe. Poutine, lui ne s’inquiète pas. Malgré toutes les prévisions pessimistes des institutions de Bretton Woods sur l’économie russe, le rouble ne s’est jamais aussi bien porté et le Kremlin se permet de financer son arsenal de défense contre les sanctions occidentales et multiplie les mesures sociales destinées à en limiter l’impact sur les Russes.

L’entêtement de l’Otan à vouloir un élargissement vers l’Est fait le lit de la guerre, et l’Union européenne a été mise sur le front avec toutes les conséquences que cela implique, quitte à devenir le dindon de la farce.

La Sentinelle, 01 juin 2022

#Russie #Ukraine #UE #Pétrole_russe #Embargo #OTAN