L’Algérie affine sa stratégie africaine

Algérie, Mauritanie, Afrique de l’Ouest, Sahel,

La nouvelle approche stratégique, sécuritaire et économique vise à se prémunir contre les dangers qui se multiplient dans la région du Sahel et en Afrique de l’Ouest.
La coopération active entre l’Algérie et la Mauritanie s’est traduite par l’accélération du rythme de la construction des postes frontières entre l’Algérie et la Mauritanie qui seront reçus au cours du mois d’octobre de l’année en cours. L’exportation des produits algériens a connu un saut qualitatif vers la Mauritanie.

Des sources douanières algériennes ont fait état de « plus de 10 000 tonnes de produits algériens à destination de la Mauritanie via ce poste au cours des 4 premiers mois de 2022 ». Cela renseigne sur l’importance stratégique de ce poste frontière sur les plans économique et commercial. Le poste frontière baptisé au nom de Chahid Mostefa Benboulaïd n’est pas conçu uniquement pour permettre à l’Algérie et à la Mauritanie de se lancer économiquement et commercialement.

C’est aussi un avantage pour les pays situés à l’ouest de l’Afrique, d’où la stratégie de redéploiement de l’Algérie via ce poste frontière avec la Mauritanie afin d’approfondir et de renforcer sa présence dans la région qui économiquement à travers des marches et de multiples investissements qui au stratégique et éminemment sécuritaire pour renforcer sa stabilité au niveau frontalier avec les autres pays d’Afrique de l’Ouest. Les responsables algériens insistent sur « l’impact positif que cela laissera sur les populations locales, en termes de réduction du chômage et d’augmentation de la dynamique commerciale vers la Mauritanie et les pays d’Afrique de l’Ouest ».

Avec l’arrivée du président de la République, Abdelmadjid Tebboune à la tête du pouvoir, l’importance réservée aux pays frontaliers de l’Afrique de l’Ouest s’est considérablement accrue. D’abord à cause de l’enjeu économique auquel l’Algérie croit vraiment et que le marché africain n’a pas été bien ciblé par l’Algérie au cours des deux dernières décennies.

Les conflits qui ont refait surface il y a quelques années non loin des frontières du pays, ont également été un accélérateur qui a poussé les responsables algériens à concevoir une nouvelle approche stratégique, sécuritaire et économique afin de se prémunir contre les dangers qui les guettent. se multiplient dans la région du Sahel et en Afrique de l’Ouest.

La route stratégique reliant Tindouf à Zouerate fait partie des projets sur lesquels l’Algérie a misé pour sa réalisation dans le cadre d’une approche stratégique susceptible de permettre aux deux pays d’avoir une vision commune de la gestion des situations de conflit armé. au niveau de leur espace transfrontalier à l’ouest de l’Afrique. cette route est perçue par les autorités civiles et militaires algériennes comme un instrument garantissant la stabilité des deux pays et une base stratégique pour contrer toute forme de menace émanant de pays ennemis ou à la solde de puissances étrangères.

La création d’une zone franche au niveau de la zone frontalière est également une démarche judicieuse qui permettra des échanges fructueux et riches entre les opérateurs économiques des deux pays. Cela permettra à l’Algérie et à la Mauritanie d’organiser des événements économiques et commerciaux et de vendre leurs produits sur les marchés des deux pays.

The Maghreb Times, 25 mai 2022

#Algérie #Mauritanie #Afrique #Sahel