Déclaration de Borrell sur les capacités militaires de l’Europe

Europe, Josep Borrell, défense, Union Européenne, Russie, Ukraine, armée,

Défense: remarques du haut représentant/vice-président Josep Borrell lors de la conférence de presse sur les déficits d’investissement de l’UE dans le domaine de la défense et les mesures pour y remédier

Cette communication conjointe [sur l’analyse des écarts d’investissement dans la défense et la voie à suivre] de la Commission européenne et du haut représentant pour les affaires étrangères et la politique de sécurité porte sur l’état de l’art des capacités de défense européennes et sur la différence entre ce que nous avons et ce que nous devrions avoir. C’est l’écart. L’écart est une brèche, c’est une différence entre nos capacités et les capacités que nous devrions avoir pour faire face aux menaces et aux défis auxquels les Européens sont confrontés.

Lorsque nous avons présenté la boussole stratégique, le titre était « L’Europe est en danger ». Et, à cette époque, avant l’agression de la Russie contre l’Ukraine, les gens souriaient. Maintenant, malheureusement, le danger est très évident, et l’attaque impitoyable de la Russie contre l’Ukraine a rendu évident pour tous les citoyens européens que la guerre est à nos frontières. La guerre est une réalité qui nous affecte tous – et principalement les Ukrainiens, certainement. Mais cela montre clairement que la guerre n’est pas quelque chose que nous [pouvions] oublier pour toujours, malheureusement.

Rien de comparable à ce qui se passe en Ukraine ne s’est produit en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. En termes de coûts humains, des milliers de soldats ont été tués. En termes de nombre de moyens militaires impliqués, des centaines de chars ont été détruits, et avec les conséquences mondiales de ce conflit.

Et cela s’applique également à la réponse de l’Union européenne en termes de soutien politique, financier, humanitaire et militaire à l’Ukraine. Mais pour soutenir l’Ukraine et pour nous soutenir, nous devons accroître notre capacité d’action et assumer davantage la responsabilité de notre sécurité.

Les Européens se sont sentis à l’aise sous l’égide des États-Unis et de l’OTAN, et nous avons eu un certain sentiment de confort. Et le message d’aujourd’hui – ce message figurait également dans la boussole stratégique – est que nous devons faire plus. Nous devons faire plus, et cette communication conjointe sur l’analyse des lacunes en matière de défense, que nous avons adoptée aujourd’hui, est un appel à renforcer les capacités de défense des États membres de l’Union européenne, car la défense dans l’Union européenne reste une compétence des États membres, il est une compétence nationale. Et les États membres doivent se réveiller et accroître leurs capacités.

En ce qui concerne les dépenses de défense, la vice-présidente [exécutive] [Margrethe] Vestager a présenté des données très intéressantes et convaincantes. Si nous avions dépensé depuis 2008 jusqu’à aujourd’hui, le même montant qu’avant la crise de l’euro, nous aurions dépensé 160 milliards d’euros de plus dans la défense. Ces 160 milliards d’euros, on voit maintenant qu’ils manquent. Ils manquent tandis que d’autres ont beaucoup augmenté, comme l’a dit le vice-président [exécutif] Vestager, bien plus que nous. Les différences entre les États-Unis et l’Europe sont évidentes. Nous avons augmenté [nos dépenses de défense] de 20 %, les États-Unis les ont augmentées de 66 % – trois fois plus.

Un problème important avec ces dépenses est qu’elles sont faites principalement sur une base nationale. Les investissements collaboratifs – je veux dire l’investissement qui se fait tous ensemble – ne sont que de 11% alors qu’ils devraient être d’environ 35% selon nos plans. Nous dépensons moins ensemble à chaque fois. Il a diminué, malgré les appels à unifier nos capacités et malgré les appels à dépenser ensemble, à dépenser mieux, à éviter les doubles emplois, à éviter les lacunes. Malgré cela, nous avons diminué le montant des investissements coopératifs.

Cette tendance doit être inversée. Des années de coupes budgétaires et de sous-investissement doivent être récupérées. Nous devons avoir des économies d’échelle, nous devons réduire la fragmentation et les lacunes critiques que nous avons aujourd’hui dans nos forces armées. Prenons un exemple : les USA n’ont qu’un seul type de char de combat, nous en avons 12. Les coûts logistiques, les doublons, le manque d’interopérabilité sont évidents. C’est évident dans nos forces aériennes, dans nos marines. Partout, nous avons la fragmentation et la duplication. Donc, nous devons dépenser plus mais, surtout, nous devons dépenser ensemble pour dépenser mieux. Et aujourd’hui, avec cette communication – et je parle autant en tant que vice-président de la Commission qu’en tant que chef de l’Agence européenne de défense -, nous avons réuni.

Le problème le plus important et le plus immédiat est très pratique. Nous devons reconstituer nos stocks, notre matériel militaire, car nous avons fourni beaucoup de soutien à l’Ukraine en matière de munitions, de transport, de protection des forces et nous devons reconstituer nos stocks. Cela peut se faire facilement à court terme, mais ce sera bien mieux de le faire ensemble. Nous devons acheter ensemble, comme nous l’avons fait avec les vaccins et comme nous voulons le faire avec le gaz. Et c’est [pour cela] que nous proposons un groupe de travail conjoint sur les marchés publics au sein duquel les États membres devraient s’engager dans les besoins en matière de marchés publics à court terme. Et nous proposons également des incitations financières pour que l’État membre y participe.

A moyen terme, nous devons augmenter nos capacités existantes et combler les lacunes – en termes de qualité et en termes de quantité. Nous avons besoin de défenses aériennes modernes, nous avons besoin de drones, nous avons besoin de capacités de ravitaillement en vol, nous avons besoin de chars et de véhicules blindés, nous avons besoin d’une défense côtière, nous avons besoin de capacités cyber et spatiales – pour n’en nommer que quelques-unes.

Nous le savons. L’Agence européenne de défense s’est efforcée ces dernières années d’expliquer ces lacunes, d’expliquer comment nous pouvons et devons combler ces lacunes. Mais à vrai dire, nous n’avons pas eu beaucoup de succès et personne ne nous écoutait. Si je peux faire une blague. J’espère qu’à présent, avec la Commission, rejoignant la direction de la Commission, le Service [européen] pour l’action extérieure et l’Agence européenne de défense, les États membres seront plus attentifs à nos avertissements. Ils comprendront quels sont nos problèmes et quelle pourrait être la solution.

A long terme, nous devons moderniser nos forces armées européennes, nous devons augmenter nos capacités. Nous devons mieux définir nos besoins et apporter des réponses à ces besoins par une industrie de défense européenne plus forte. Il n’y a pas d’autonomie sans une base industrielle solide. Là-dessus, l’Agence européenne de défense a également travaillé. Nous avons produit cette CARD, la Revue annuelle coordonnée sur la défense. Dans les mois à venir, le dernier de ces rapports sera publié. Nous avons fourni un plan de développement de la capacité de défense. C’est le moment pour les États membres de lire ces documents et d’agir. Ces documents sont ajoutés en tant qu’annexe à la présente communication et j’espère que le cadre politique fort que la Commission fournit à cette question la rendra beaucoup plus compréhensible. C’est un signal d’alarme. Nous devons agir.

Il est temps d’agir. Parce que nous devons réagir rapidement à la situation actuelle, du côté industriel à l’opérationnel, les capacités militaires concrètes pour mettre – si nécessaire – des bottes sur le terrain. Le commissaire [au marché intérieur, Thierry] Breton développera à coup sûr tous les enjeux de l’industrie, qui est la base la plus solide de nos capacités militaires.

Et chère vice-présidente [Margrethe Vestager] et cher commissaire [Thierry Breton], permettez-moi de dire un mot sur l’action extérieure en matière de politique énergétique que j’ai présentée aujourd’hui. C’est une partie soutenant les efforts de RePower afin de travailler avec nos partenaires dans le monde et de développer ensemble l’objectif de réduction de la dépendance aux hydrocarbures et de lutte contre le changement climatique.

Et aussi, le Partenariat Stratégique avec le Golfe afin de partager la prospérité, la transition verte, la sécurité, le développement et la coopération avec un ensemble aussi important de pays. Important aujourd’hui pour la sécurité mondiale, l’énergie, mais aussi la sécurité – bref -, car ils sont impliqués avec nous dans la situation créée par l’absence d’accord avec les Iraniens dans le Golfe, sur le nucléaire, sur la guerre au Yémen et tant d’autres questions sur lesquelles nous voulons travailler avec les États du Golfe.

Questions et réponses

Q. On peut se réjouir de la coordination, de même que ce qui est arrivé pour les vaccins. Vous le proposez pour la défense mais en même temps, il semble qu’il y ait beaucoup de citoyens qui s’inquiètent de cette espèce de course aux armements de la part de l’Europe, mais aussi des États-Unis. Plusieurs personnes, plusieurs observateurs y voient un engrenage aussi pouvant mener à une 3e guerre mondiale, et préféreraient que l’accent soit mis davantage sur la diplomatie. Qu’en pensez-vous?

Exactement. L’autre jour, on me disait que je ne devais pas oublier que je suis responsable de la diplomatie européenne, puisque j’ai parlé de la défense et des armées. Mais celui qui l’a dit se trompe, parce que je suis à la fois, le responsable de la diplomatie au niveau européen, et de la construction de l’Europe de la défense. Parfois, il faut agir du côté diplomatique et parfois du côté des capacités militaires. Non, on ne va pas vers la 3e Guerre mondiale – sans doute, pas nous. Mais il faut expliquer aux citoyens européens, que depuis la crise de l’euro en 2008, l’Europe est passée par un processus silencieux de désarmement. On s’est désarmés sans le dire, parce qu’on a réduit nos capacités militaires entre 2008 et 2018 d’une façon vraiment choquante. Et cela s’est fait de façon non coordonnée – parce que la coordination est aussi nécessaire quand on diminue les capacités. Chacun a fait cela de son côté et le résultat est que l’Europe, du point de vue militaire, comme un ensemble de 27 différentes armées, se déforme. On a des duplicités, on a des « gaps » (des écarts), des choses qui nous manquent, énormément.

Alors, ce processus ne veut faire autre chose que mettre nos capacités militaires à la hauteur de nos défis, parce que les défis existent qu’on le veuille ou non, et il faut y faire face. Et pour y faire face, il nous faut une base industrielle [et technologique de défense], sans doute. Un pays, qui n’aurait pas une industrie de défense capable de fournir des armes de façon autonome, perdrait une partie très importante de son indépendance, en termes pratiques. Donc il faut développer l’industrie de défense – bien sûr que oui. Actuellement, comme a dit le Commissaire [Thierry] Breton, on achète à l’extérieur 60% de nos capacités militaires. C’est trop, c’est trop. Il faut diminuer notre dépendance à l’égard de l’extérieur.

Et alors, ce n’est pas la course aux armements, c’est l’arrêt du désarmement et commencer à mettre les choses à leur juste hauteur, à la hauteur de nos besoins. Vous seriez, bien sûr, beaucoup plus heureux si on n’avait pas de menaces sur nous, mais on en a. Et il faut y faire face, en ayant les capacités nécessaires pour le faire, et pour aider nos pays amis qui eux aussi y font face. Comme le cas de l’Ukraine – c’est un cas dramatique, mais il y en a beaucoup d’autres, moins dramatiques mais aussi dangereux. Donc non, il faut dire aux citoyens européens qu’il ne s’agit pas d’une course aux armements, qu’il ne s’agit pas de générer, de développer un nouveau conflit mondial – au contraire, il faut le prévenir. Il faut être capable d’agir dans le domaine militaire comme on le fait dans le domaine diplomatique. Une chose n’exclut pas l’autre, bien sûr que non. On travaille sur les deux fronts. On s’engage diplomatiquement mais comme pour danser le tango, il faut au moins deux personnes. Si le président [Vladimir] Poutine dit à tous les gens qui vont le voir qu’il n’est pas prêt à arrêter la guerre, qu’il va continuer à la faire, alors il y a peu d’espace pour la négociation. Mais on est toujours prêts à s’asseoir à la table, et chercher un cessez-le-feu et une paix négociée. Mais tant que la guerre dure, il faut aider les Ukrainiens. Et pour les aider, il faut avoir les moyens. Et les moyens s’épuisent, il faut les remplir à nouveau. Et il faut être à la hauteur des défis. Ça, c’est un message que, je pense, les citoyens européens doivent entendre.

Pour dépenser mieux, il faut dépenser ensemble, mais il faut dépenser. Il faut dépenser parce qu’entre l’année 2008 et l’année 2018, on est passé par un processus de désarmement en Europe, non coordonné, chacun de son côté, en faisant des coupes claires dans le budget de la défense, sans savoir ce que faisait le voisin. Et le résultat est désordonné. Et maintenant, pour monter en gamme, il faut le faire de façon coordonnée. C’est très simple, si chaque pays européen – chacun d’eux, les 27 – augmente ses capacités militaires en multipliant par X ce qu’ils ont et qu’ils font tous – justement – un croisement homothétique – on multiplie par une certaine quantité, ce qu’ils ont chacun de leur côté -, le résultat serait un énorme gaspillage et un gaspillage d’argent. Ce serait jeter par la fenêtre des milliers d’euros, parce qu’on aurait la même structure difforme que nous avons aujourd’hui, mais plus grande. Les « gaps » (les écarts) seraient plus grands, et les duplications encore plus grandes.

Donc, la tâche de coordination est absolument nécessaire si on veut bien défendre l’intérêt des citoyens et le bon usage de l’argent public.

Q. On entend votre discours extrêmement volontariste, Monsieur Borrell et Monsieur Breton. En même temps, vous citez vous-même le chiffre de 11% d’investissements communs pour le moment. Et par ailleurs, pour ce qui est des développements de projets, il y en a deux qui sont structurants, très importants – le projet de Char du futur et le projet d’Avion du futur, le SCAF – qui sont à l’heure actuelle, et depuis un long moment, totalement bloqués par des divergences à la fois entre les Etats et entre les industriels chargés de les développer. Comment pensez-vous que votre plan peut contrer cet état d’esprit qui est assez contradictoire effectivement avec l’optimisme que vous affichez, la volonté que vous affichez ?

Nous ne sommes pas des optimistes, nous ne sommes que des militants. Il y a une tâche à accomplir. Écoutez, permettez-moi de dire cela en espagnol, car je m’exprime beaucoup mieux.

L’armée est, pour ainsi dire, le noyau de l’indépendance nationale. Les Forces armées sont, pour chaque pays, l’expression vivante de sa souveraineté. La monnaie l’est aussi, mais moins. Et nous avons renoncé à la monnaie de chaque pays pour avoir une monnaie commune et unique – les deux. Avant on avait l’écho, qui était une monnaie commune, mais pas unique. Car chaque pays gardait le sien et, en plus, ils en avaient un en commun.

Nous ne voulons pas créer l’armée européenne, qui serait l’équivalent militaire de la monnaie commune unique. Non. Nous savons très bien que les armées européennes continueront d’appartenir à chaque Etat. Mais si nous voulons profiter de notre Union, nous devons faire évoluer ces armées nationales de manière coordonnée. Et précisément parce que les armées sont l’expression vivante de la souveraineté, il est plus difficile d’entrer dans la coordination. Il est plus difficile de dire à un État : « vous avez trop de sous-marins et peu d’avions ». Et à l’autre « vous avez trop d’avions et trop peu de sous-marins ». Et entre nous tous, nous n’avons pas de porte-avions. La France en a un, l’Espagne en a aussi un plus petit, mais nous n’avons pas la capacité aéronavale dont disposent les États-Unis, même pas à côté.

Diriez-vous que nous le faisons tout aussi efficacement ? Eh bien, du point de vue de l’efficacité dans le cas de l’armée russe, il y aurait beaucoup à dire, car ils n’ont manifestement pas montré grand-chose. Mais il est clair que si nous dépensions de manière coordonnée, nous serions plus efficaces. Et cela, que tous les citoyens comprennent, doit être mis en pratique en convainquant les gouvernements. L’Agence européenne de défense essaie de le faire depuis des années. En fait, il a été créé pour cela. Les gouvernements l’ont créé pour les encourager à rendre leurs dépenses de défense plus coordonnées, plus efficaces, plus interopérables.

Eh bien, maintenant, avec l’aide de la Commission [européenne] et des capacités financières dont dispose la Commission et pas l’Agence [européenne de défense], nous pouvons tous ensemble aller plus loin dans cette direction. C’est la force de cette communication. Nous avons l’Agence d’un côté, la Commission de l’autre, le Service européen pour l’action extérieure. Certains ont des ressources, d’autres ont une longue expérience. Nous devons unir nos forces et nos capacités. C’est ce que les chefs d’État et de gouvernement à Versailles nous ont demandé de faire. Et c’est la réponse à cette demande et un guide pour l’action. Maintenant, réussirons-nous ou non ? Eh bien, cela dépendra de la pression politique et du sentiment d’urgence des États membres. Avant la guerre d’Ukraine, ce sentiment d’urgence était très faible. Maintenant, sans aucun doute, il est plus grand.

Lien vers la vidéo

EEAS, 18 mai 2022