COVID : Les Africains ne veulent plus de vaccins

Afrique, covid 19, vaccins, pandémie, coronavirus,

Lorsque les Africains ont demandé des vaccins COVID, ils ne les ont pas obtenus. Maintenant, ils n’en veulent plus

-La demande de vaccins COVID chute en Afrique alors que l’offre augmente
-Les pays se tournent vers les campagnes mobiles pour stimuler l’adoption
-L’Afrique, âgée de 20 ans en moyenne, a mieux résisté à la pandémie
-Les experts préviennent que de nouvelles variantes pourraient émerger sur le continent


DAKAR/ACCRA, 18 mai (Reuters) – C’est bruyant à l’intérieur de la clinique Mamprobi à Accra alors que les enfants grimpent sur leurs mères en attendant de se faire vacciner contre la rougeole. A l’extérieur, une zone réservée aux prises de vue COVID-19 est vide. Un agent de santé se penche en arrière sur sa chaise et fait défiler sur une tablette.

Une femme, attendant de faire vacciner sa fille, est pleinement consciente des dangers de la rougeole : forte fièvre, éruption cutanée, risque pour la vue. Mais COVID-19 ? Elle n’a jamais entendu parler d’un seul cas.

La perception que le COVID-19 ne représente pas une menace importante est courante dans la capitale du Ghana et ailleurs en Afrique, dont la population jeune a subi une fraction des victimes qui ont entraîné l’adoption du vaccin dans des endroits comme l’Europe et l’Amérique, où la maladie s’est propagée. populations âgées.

« Je veux dire, le Ghana a été épargné jusqu’à présent en faisant exactement ce que nous faisons », a déclaré Nana Kwaku Addo, un ouvrier du bâtiment de 28 ans à Accra. « J’ai entendu des gens dire que c’était du bon sens (de se faire vacciner), mais qu’en est-il de tous les autres pays qui l’ont pris et qui ont quand même mis les gens en confinement. »

Seuls 17% des 1,3 milliard d’habitants de l’Afrique sont entièrement vaccinés contre le COVID-19 – contre plus de 70% dans certains pays – en partie parce que les pays les plus riches ont accumulé l’approvisionnement l’année dernière, lorsque la demande mondiale était la plus élevée, au grand dam des pays africains désespérés pour les approvisionnements internationaux .

Maintenant cependant, alors que les doses arrivent enfin en force sur le continent, les taux d’inoculation chutent. Le nombre de vaccins administrés a chuté de 35 % en mars, selon les données de l’Organisation mondiale de la santé, effaçant une augmentation de 23 % observée en février. Les gens ont moins peur maintenant. La désinformation sur les vaccins s’est propagée.

« Si nous avions reçu des vaccins plus tôt, ce genre de chose ne se produirait pas si souvent », a déclaré Christina Odei, chef d’équipe COVID-19 à la clinique Mamprobi, à propos de la faible utilisation à Accra. « Au début, tout le monde le voulait vraiment, mais nous n’avions pas les vaccins. »

Cela inquiète les spécialistes de la santé publique qui disent que laisser une population aussi nombreuse non vaccinée augmente le risque que de nouvelles variantes émergent sur le continent avant de se propager à des régions comme l’Europe au moment où les gouvernements y abandonnent les mandats de masque et les restrictions de voyage.

Signe de périls possibles à venir, des cas de deux sous-variantes d’Omicron ont explosé ces dernières semaines en Afrique du Sud, le pays le plus touché du continent, incitant les autorités à mettre en garde contre une cinquième vague d’infections.

Pour stimuler l’adoption, les pays se concentrent sur les campagnes de vaccination mobiles, au cours desquelles des équipes visitent les communautés et offrent des doses sur place.

Cependant, de nombreux pays africains n’ont pas les moyens d’acheter les véhicules, le carburant, les glacières et les salaires nécessaires à une campagne nationale, selon plus d’une douzaine de responsables de la santé, de travailleurs et d’experts de plusieurs pays. Pendant ce temps, le financement des donateurs a mis du temps à arriver, ont-ils déclaré.

Rahab Mwaniki, le coordinateur pour l’Afrique du groupe de défense People’s Vaccine Alliance, a déclaré que c’était une « grande demande » pour les Africains de donner la priorité à l’obtention de vaccins COVID-19 pour aider à protéger les autres dans le monde lorsque les taux d’infection à la maison étaient faibles.

« Beaucoup de gens disent: » vous ne nous avez pas aidés « . Ils ont l’impression que l’Occident ne les a jamais vraiment soutenus », a-t-elle ajouté, soulignant que les Africains devraient toujours se faire vacciner pour se protéger et protéger les autres des nouvelles variantes.

TENDRE LA MAIN

De nombreux pays africains connaissent depuis longtemps les maladies mortelles. Des millions de personnes tombent chaque année malades de la tuberculose. Le paludisme tue des centaines de milliers de personnes chaque année, principalement des enfants de moins de cinq ans. Ebola surgit périodiquement en République démocratique du Congo.

L’Afrique de l’Ouest est confrontée à sa pire crise alimentaire jamais enregistrée, provoquée par les conflits, la sécheresse et l’impact de la guerre en Ukraine sur les prix des denrées alimentaires.

Pour de nombreuses personnes, le COVID-19, qui comporte un risque beaucoup plus élevé de maladie grave et de décès chez les personnes âgées, n’est pas la préoccupation la plus urgente. L’âge médian en Afrique est de 20 ans, le plus bas de toutes les régions, et environ la moitié des 43 ans en Europe et 39 ans en Amérique du Nord, selon une analyse des données de l’ONU par le Pew Research Center.

« Laissez-moi vous poser une question », a déclaré Mawule, un homme d’affaires à Accra. « Le COVID est-il le plus gros problème au Ghana en ce moment ? Vous pensez que c’est un problème plus important que l’inflation, la façon dont les gens souffrent pour le carburant ? »

Maintenant, le continent a trop de doses de vaccin COVID-19. Les sites de vaccination sont vides ; des millions de flacons inutilisés s’accumulent et l’un des premiers producteurs africains de vaccins contre le COVID-19 attend toujours une commande.

À la clinique de Mamprobi, les agents de santé en gilet jaune vif ont eu recours à des mesures proactives.

Ils se déploient à travers les étals de marché et les magasins animés de la région, l’un avec une glacière en bandoulière contenant des injections de vaccin COVID-19, demandant aux acheteurs méfiants s’ils aimeraient recevoir une injection.

Après une heure de dur labeur sous le soleil brûlant, l’équipe n’avait administré que quatre doses.

PAS D’ARGENT, PAS DE JINGLES

Pour stimuler l’adoption, des pays comme le Ghana, la Gambie, la Sierra Leone et le Kenya se concentrent sur des campagnes de vaccination mobiles qui visitent les communautés. Mais les finances sont tendues.

La désinformation est difficile à démêler sur un continent où les grandes sociétés pharmaceutiques ont par le passé mené des essais cliniques douteux entraînant des décès. Les agents de santé disent avoir besoin de fonds pour contrer les fausses rumeurs.

Le Ghana, l’une des économies les plus développées d’Afrique et applaudie pour sa poussée précoce d’inoculation, a un déficit de financement de 30 millions de dollars pour mener une autre campagne, selon la Banque mondiale. L’approvisionnement électrique irrégulier met en péril la chaîne du froid des vaccins. Les doses expirent.

« Nous n’avons plus de problème avec le nombre de vaccins. C’est seulement un problème de consommation et d’argent pour distribuer ces vaccins aux gens », a déclaré Joseph Dwomor Ankrah, qui gère la distribution du vaccin COVID-19 dans le pays.

Le Niger, où seulement 6% de la population est complètement vaccinée, manque d’assez d’entrepôts frigorifiques pour les vaccins dans ses vastes zones rurales, ou de motos pour les distribuer, selon la Banque mondiale.

Il y a eu quelques succès; L’Éthiopie a vacciné 15 millions de personnes dans le cadre d’une campagne nationale depuis la mi-février, par exemple.

Pourtant, l’adoption est « extrêmement faible » dans le petit État de Gambie, a déclaré Mustapha Bittaye, directeur des services de santé.

L’Union africaine souhaite que la Gambie prenne livraison de plus de 200 000 doses, mais le pays travaille toujours sur un ancien lot et n’en a pas besoin de plus, a déclaré Bittaye.

En Zambie, où la couverture est de 11 %, les responsables planifient des campagnes de sensibilisation mais craignent de ne pas pouvoir couvrir les frais d’alimentation des médecins travaillant loin de chez eux ou de payer leur transport.

En Sierra Leone, où 14% de la population est entièrement vaccinée, les stations de radio refusent parfois de diffuser les messages pro-vaccins du gouvernement en raison de factures impayées, a déclaré Solomon Jamiru, porte-parole du pays contre le COVID-19.

Un fonds de la Banque mondiale pour l’achat et le déploiement de vaccins a envoyé 3,6 milliards de dollars à l’Afrique subsaharienne. De ce montant, seulement 520 millions de dollars ont été dépensés. Amit Dar, directeur du développement humain de la banque pour l’Afrique orientale et australe, a déclaré que les systèmes de santé obsolètes avaient eu du mal à absorber le financement.

Les experts de la santé affirment que davantage de financement était nécessaire au début de la pandémie pour la logistique et la formation.

« Le fait que nous n’ayons pas investi massivement il y a un an ou 18 mois est une grande partie de ce que nous voyons maintenant », a déclaré Emily Janoch, directrice principale du groupe d’aide Care USA. « Ce sont les conséquences d’échecs antérieurs. »

Par Edward Mccallisteret Cooper Inveen

Reuters, 18 mai 2022