Maroc-Espagne: Sánchez dans la poche de Rabat

Maroc-Espagne: Sánchez dans la poche de Rabat – Algérie, Sahara Occidental, Pedro Sanchez, espionnage, Pegasus, Ceuta, Melilla,

Les deux annonces les plus surprenantes de l’ère Sánchez ont été faites à un mois et demi d’intervalle. Les deux d’une manière quelque peu inopportune. Et, semble-t-il, avec des connexions suspectes entre eux.

Javier Muñoz

Vendredi 18 mars, nous avons appris par un communiqué de la Maison Royale du Maroc que quatre jours plus tôt, le Président Sánchez avait envoyé une lettre au Roi Mohammed VI soutenant son plan d’autonomie pour le Sahara. Il s’agit d’un revirement radical et abrupt après près d’un demi-siècle de soutien à l’autodétermination du territoire, conformément à la doctrine des Nations unies.

Une position que le gouvernement de Sánchez avait définie comme « constante », la réitérant jusqu’à 18 fois par écrit, s’est donc effondrée. Au moins une demi-douzaine d’entre eux, après la carambole du 10 décembre 2020. Ce jour-là, Trump a aligné Washington sur Rabat au sujet du Sahara en échange de la reconnaissance alaouite d’Israël, et le ministre Laya a été le dernier à en être informé, bien qu’il se trouve à Tel Aviv.

La volte-face de Sánchez était si inattendue que trois questions se sont immédiatement posées : l’Algérie était-elle au courant, Podemos était-il au courant, le PP était-il au courant ? La Moncloa et le ministère des affaires étrangères ont répondu par l’affirmative à la première question, mais ont été démentis de manière intempestive par le gouvernement algérien ; Yolanda Díaz a admis avoir été prévenue un peu plus tôt que le reste des Espagnols ; et Albares a reconnu avoir oublié d’appeler Feijóo, alors leader in péctore du PP.

Une quatrième question demeure : que penseraient les cadres et les militants du PSOE, si historiquement impliqués dans la cause sahraouie ? La perplexité initiale s’est depuis transformée en quelque chose à mi-chemin entre la consternation émotionnelle et la soumission au pragmatisme présidentiel. Personne n’a élevé la voix, et Sánchez n’a pas été recalé par une seule de ses voix. Mais la désaffection à l’égard d’une décision de plus en plus incompréhensible en raison de l’absence de contreparties est de plus en plus palpable.

Seul son groupe a soutenu Sánchez lorsqu’il s’est rendu à Rabat le 7 avril et qu’après avoir dîné avec Mohammed VI, il a publié une déclaration commune intitulée de manière orthopédique « Nouvelle étape du partenariat (sic) entre l’Espagne et le Maroc ». L’absence de toute référence à Ceuta et Melilla et la prise de conscience progressive que toutes les prétendues concessions marocaines n’étaient qu’un retour au statu quo antérieur à la rupture unilatérale de l’affaire du Ghali conduisaient à une conclusion sombre : Sánchez avait accepté la punition de la perte de neutralité au Sahara simplement pour se faire pardonner la façon bâclée dont son gouvernement avait rempli son devoir humanitaire de soigner un malade.

Pourquoi Sánchez avait-il payé un prix structurel aussi élevé pour régler ce qui, dans les relations toujours cahoteuses avec Rabat, était un épisode bien moins important que, par exemple, la prise de Perejil ?

La presse algérienne a alors fait des insinuations peu précises qui faisaient état d’une sorte de chantage personnel auquel le Maroc soumettait Sánchez. Quelque chose qui prend aujourd’hui une nouvelle dimension après les révélations qui désignent les services marocains comme les auteurs du vol de milliers de communications du téléphone portable de notre président.

Jaume Asens, président du groupe Podemos uni, l’a exprimé avec lucidité : « Il est légitime de penser que ces gigaoctets qui ont été volés dans le téléphone portable du Premier ministre ont quelque chose à voir avec le changement de position du gouvernement espagnol sur le Sahara ».

Si cela s’avérait, il s’agirait d’un scénario cauchemardesque qui pourrait conditionner notre avenir autant ou plus que le 11-M, véritable charnière de l’histoire espagnole contemporaine sur laquelle, bien sûr, l’ombre de Rabat continue de planer.

Le pire dans cette affaire est que c’est le gouvernement qui nous a mis face à cette probabilité, nous avertissant tout en étant incapable de la démentir ou de la confirmer. En un demi-siècle de journalisme politique, je n’ai jamais vu une apparition aussi absurde et erronée que celle des ministres Bolaños et Rodríguez lundi. Convoquer la presse à 7 heures du matin, un jour férié, le 2 mai, pour annoncer deux heures plus tard que le président et le ministre de la défense ont été espionnés n’a de sens que si un dénouement se prépare.

Mais la plainte déposée auprès de l’Audiencia Nacional n’a aucune chance, étant donné que la directrice du CNI elle-même a déclaré devant la Commission des secrets du Congrès qu’elle ne sait pas de qui il s’agit et qu’elle ne croit pas qu’on le découvrira un jour. Alors pourquoi s’auto-flageller en reconnaissant cette faille de sécurité qui nous discrédite en tant qu’État deux mois avant le sommet de l’OTAN ?

Un gouvernement n’est pas obligé de dire tout ce qu’il sait, surtout pas en temps réel.

L’invocation du principe de transparence est totalement incohérente. Un gouvernement n’est pas obligé de dire tout ce qu’il sait, et encore moins en temps réel. Joaquín Garrigues a ironisé en disant que si les Espagnols écoutaient les délibérations du Conseil des ministres, ils se précipiteraient dans les aéroports pour fuir le pays en masse.

Dans le prélude aux secrets officiels, il doit y avoir un espace logique pour la discrétion et la prudence. Surtout quand, dès que l’on creuse un peu, on tombe sur un mélange d’étonnement et de négligence dans tout ce qui touche à la cybersécurité. Pourquoi la Commission déléguée aux affaires de renseignement, présidée par Nadia Calviño à la surprise générale, ne s’est-elle pas réunie depuis plus d’un an ? Comment est-il possible que le responsable de la cybersécurité du Centre de cryptologie rattaché au CNI ait affirmé publiquement que nous avons une « mauvaise défense » contre les cyberattaques sans que personne ne fasse rien pour y remédier ?

Révéler aux premières heures du lundi matin qu’un vol massif d’informations avait été découvert aux premières heures du samedi matin ne peut se comprendre que si cela a permis de faciliter la capture des voleurs. Mais un cyber-espion qui utilise un outil sophistiqué comme Pegasus n’est pas quelqu’un qui attire l’attention de ses voisins pour leur comportement étrange. Il n’a même pas besoin d’opérer depuis son territoire.

En un demi-siècle de journalisme politique, je n’ai jamais vu une apparition aussi absurde et malencontreuse que celle des ministres Bolaños et Rodríguez lundi.

La concaténation dans le temps de ce Pégase II, que nous avons appelé par analogie « Sánchezgate », avec le Pégase I, que les séparatistes ont baptisé « Catalangate », a rendu inévitable la conjecture que le second a été dévoilé pour diluer la transcendance du premier. Il ne pouvait y avoir de stratégie plus stupide. En termes éthiques, cela reviendrait à assimiler les enquêtes légales avec autorisation judiciaire à des actions criminelles contre la souveraineté nationale. Et en termes tactiques, cela signifierait faire confiance au sens de la modération des indépendantistes catalans.

Les faits ont montré qu’il était inutile d’envoyer Bolaños s’expliquer devant la Generalitat, d’autant plus que le gouvernement savait déjà que Pere Aragonès lui-même avait fait l’objet d’une enquête du CNI, avec le soutien du pouvoir judiciaire. Cela n’a pas non plus permis de changer les règles du Congrès, de convoquer la Commission des Secrets et de mettre le CNI sur le dos, si ce n’est pour créer deux nouvelles énigmes : d’une part, si le CNI n’a espionné que 18 des 63 personnes figurant sur la liste du Labo citoyen, qu’est-il arrivé aux 45 autres ; d’autre part, pour quelle raison a-t-on espionné celui qui était alors vice-président de la Generalitat et interlocuteur du PSOE dans les négociations pour l’investiture de Sánchez ?

Cette deuxième énigme ne peut rester sans réponse. Une fois que le gouvernement est parvenu à ce stade, il ne peut pas faire preuve de tiédeur. Nous avons le droit de savoir si l’actuel président de la Generalitat conspirait pour détruire l’État ou si l’équipe de Sánchez essayait d’obtenir un avantage dans les négociations pendant ces mois. La déclassification des documents qui concernent son cas semble essentielle.

Quoi qu’il en soit, toutes les manœuvres de Sánchez pour tenter de récupérer les 13 voix d’Esquerra afin de compléter la législature ont échoué lamentablement. Il est évident que la même chose se produira avec le rapport que le Médiateur prépare avec les propres informations du CNI.

Le dernier atout qui lui reste est sa propre comparution devant la session plénière du Congrès. Même la meilleure pommade magique combinant des doses raffinées de vaseline et de lanoline ne ferait pas avaler aux groupes de gauche la version naïve que le président peut offrir. Avec la circonstance aggravante qu’ayant mélangé Pégase I avec Pégase II, il va offrir deux flancs simultanés à leurs couteaux fraternels : celui de la sale guerre – contrôlée ou non – et celui de la trahison du Sahara. Et ce, au prix de l’ouverture d’une brèche entre Margarita Robles et Bolaños, sans doute les deux personnages clés de son gouvernement, enfermés dans un bras de fer sur la responsabilité de la prévention des cyber-attaques.

Mais même tout cela est anecdotique si l’on considère l’état des relations avec le Maroc. Comme si le quiproquo ne suffisait pas, le gouvernement a ajouté de manière décisive aux soupçons en incluant dans sa dénonciation infructueuse le fait fondamental que la première intrusion dans le téléphone de Sánchez avait eu lieu le 19 mai, le lendemain de sa visite éclair à Ceuta à l’occasion du grand assaut de la clôture. La révélation par le Guardian qu’un « client unique » qu’il a identifié au Maroc avait commandé l’espionnage de 200 téléphones espagnols dès 2019 a complété cette conjecture très plausible.

Il n’y a que Sánchez sait ce qu’il pouvait y avoir sur son téléphone au moment du saccage informatique.

Seul Sánchez sait ce qui a pu se trouver sur son téléphone lorsqu’il a subi ce piratage. C’est Asens lui-même qui a affirmé avoir été victime d’un « chantage » pour demander une « reformulation » de sa position sur le Sahara. Mais un président pris en otage par une puissance étrangère n’aurait pas à « reformuler » une position politique spécifique, mais plutôt la continuité même de sa vie publique. L’infecté ne serait pas le mobile du président mais le président lui-même, car nous aurions affaire à une version 4.0 du « candidat mandchou » du film de Frankenheimer, qui a subi un « lavage de cerveau » pendant la guerre froide pour favoriser les intérêts communistes.

La perpétuation de cette hypothèse marocaine, compatible avec celles qui pointent les services de Poutine ou la mise en place d’un CNI parallèle en Catalogne, connecté à la fois à Rabat et au Kremlin, n’est pas un inconvénient mineur dans cette Espagne toujours réceptive aux lucubrations les plus alambiquées. Si M. Sánchez continue à privilégier les relations avec le Maroc au prix de la détérioration des liens avec l’Algérie et de la modification de l’équilibre diplomatique dans la région, cela répandra l’idée qu’il y avait quelque chose de très compromettant dans sa motivation. Si, au contraire, il prend à nouveau ses distances avec Rabat, malgré le soutien de Washington et de l’UE, l’idée se répandra qu’il s’agit d’une vengeance servie froidement en réponse à l’espionnage.

Je ne loue pas le bénéfice de notre président après cette annonce publique incompréhensible de la violation de ses secrets. Si auparavant, nombreux étaient ceux qui prétendaient qu’en alternant carottes et bâtons et en obtenant de bons sponsors, Mohammed VI avait réussi à mettre Sánchez dans sa poche, maintenant ils le garderont au sens littéral du terme.

El Español, 8 mai 2022

#Espagne #Maroc #PedroSanchez #Algérie #SaharaOccidental #Pegasus #Espionnage #Ceuta #Melilla

Be the first to comment

Leave a Reply