L’Union européenne a également espionné la Catalogne

L’Union européenne a également espionné la Catalogne – Espagne, Catalangate, Pegasus, Pedro Sanchez,

Le schisme de Sánchez avec ses partenaires a une fois de plus mis en danger la législature et, en cours de route, le gouvernement a mis en doute le fonctionnement démocratique des institutions.

L’Union européenne est la pièce manquante du puzzle de l’espionnage de l’indépendance catalane. Après la confirmation par le directeur du Centre national de renseignement espagnol (CNI), Paz Esteban, que les services secrets espagnols avaient mis sur écoute les téléphones de 18 indépendantistes catalans, le doute généré sur l’origine des autres « écoutes » sur les portables de quarante autres personnes du même milieu indépendantiste ne peut s’expliquer que par l’Union européenne, aussi préoccupée que l’Espagne par le processus de déstabilisation institutionnelle sur le continent. En plus de ces interventions, il y en a d’autres, avec d’autres acteurs et d’autres motivations, comme celles qui désignent directement le Maroc pour avoir infecté les téléphones du Premier ministre, du ministre de la Défense, du ministre de l’Intérieur, ainsi que de l’ancien ministre des Affaires étrangères, González Laya. Mais tout cela appartient à un autre débat, qui n’a pas lieu d’être, car le scandale politique monumental qui a éclaté en Espagne a trait, presque exclusivement, aux écoutes téléphoniques des partisans de l’indépendance. Par conséquent, l’essentiel en ce moment est de reconstruire ce qui s’est passé, sur la base des données que nous connaissons, et de s’éloigner du chaos qui s’est installé dans le gouvernement de Pedro Sánchez. La maladresse de la gestion de cette crise en a fait un élément supplémentaire de déstabilisation institutionnelle, et c’est peut-être ce qui doit nous préoccuper le plus. En raison de l’incapacité des premiers représentants de l’État à transmettre à la société espagnole une version ferme de la défense des institutions et du fonctionnement même de la démocratie. Entre la déloyauté exponentielle des partenaires  » podemites  » du gouvernement, la faiblesse parlementaire du PSOE, et le complexe politique de Sánchez face aux indépendantistes, le gouvernement a été assommé, vaincu. Et sans aucun signe de reprise.

Une fois de plus, comme on l’a dit lors de la révolte indépendantiste de 2017, les séditieux catalans ont réussi à  » prendre le contrôle du récit « , une expression déplorable qui adoucit deux constantes de la vie espagnole, peut-être même de l’histoire de l’Espagne, si plombée par la manipulation et l’infamie. Quand on parle de la prise en main de l’histoire par les indépendantistes, ce qui est caché, c’est, d’une part, leur capacité incontestable à déformer les faits et, d’autre part, le refus des autorités espagnoles de leur opposer un récit fiable de ce qui s’est passé. Il faudrait aussi, bien sûr, inclure la collaboration et la compréhension permanente que les indépendantistes trouvent dans la presse catalane, pour la plupart, et l’agitation à laquelle se prêtent, en dehors de la Catalogne, ceux dont l’objectif est de faire tomber le gouvernement de Pedro Sánchez, quels que soient les dommages collatéraux qu’ils causent au prestige de l’Espagne. Le fait est que c’est exactement ce qui se passe avec l’espionnage : les partisans de l’indépendance ont une fois de plus pris le « contrôle du récit ». Venons-en donc aux faits et aux certitudes, en précisant au préalable que la seule anomalie de ce scandale est que l’espionnage a été rendu public et que, en raison du désastre de la gestion du gouvernement, la controverse politique a conduit à la comparution en commission parlementaire de la directrice du CNI pour qu’elle s’explique devant ceux qu’elle espionnait. C’est la seule chose qui n’arrive pas dans d’autres démocraties comme la nôtre où, comme nous le savons, leurs services de renseignement sont également chargés de contrôler ceux qui cherchent à saper l’État. Si l’espionnage est devenu une polémique nationale en Espagne, c’est parce que les indépendantistes ont tenté de le faire ; c’est là que commence la déformation de ce qui s’est passé.

Le rapport du laboratoire canadien « The Citizen Lab », qui dénonce l’espionnage en Espagne de plus de cinquante téléphones, est directement promu par les indépendantistes catalans, dont un informaticien nommé Elies Campo, qui est également l’un des auteurs du rapport. Il s’agit d’une personnalité indépendantiste de premier plan qui a été engagée par Quim Torra, ancien président de la Generalitat condamné pour désobéissance, pour créer « un protocole de vote numérique de haute sécurité à utiliser dans un nouveau référendum sécessionniste », comme l’a révélé El Confidencial. Le rapport canadien, comme il fallait s’y attendre, ne désigne aucun responsable des écoutes, malgré le parti pris avec lequel il est né et l’objectif clair de promouvoir une nouvelle campagne de déstabilisation en Espagne. Mais la simple confirmation des « écoutes » sert au mouvement indépendantiste à mettre le gouvernement de Pedro Sánchez dans les cordes et à forcer la comparution du directeur du CNI, ce qui ne se produit dans aucun autre service secret au monde. C’est, par exemple, ce qui s’est passé dans l’Union européenne, bien avant que le rapport biaisé du « Citizen Lab » ne se répande, lorsqu’en septembre de l’année dernière le prestigieux « New York Times » a publié un rapport du centre de renseignement de l’UE (INTCEN) qui mettait en garde contre les contacts du mouvement indépendantiste catalan avec la Russie de Poutine. Qu’a fait l’Union européenne lorsque l’espionnage a été connu ? Ce que font tous les gouvernements : nier l’existence du rapport et le suivi du mouvement indépendantiste. Mais ils existaient, bien sûr, et les autorités européennes avaient toutes les raisons d’espionner le mouvement indépendantiste catalan. Le seul protocole de vote numérique pour un nouveau référendum sur l’indépendance, ainsi que la déclaration du « tsunami démocratique » – « apreteu, apreteu », comme l’a dit Torra – justifient l’espionnage, mais il y avait beaucoup plus.

Le Centre de renseignement de l’UE avait déjà détecté que la Russie de Poutine tentait de déstabiliser l’Europe en soutenant et en finançant divers partis d’extrême droite et des mouvements antisystème en Italie et au Royaume-Uni. De là, le rapport d’espionnage européen révélé par le « New York Times » dit de la Catalogne : « Pour la Russie, le lien avec les séparatistes s’inscrit dans la stratégie du président Vladimir Poutine qui tente de promouvoir la perturbation en Occident en soutenant des mouvements politiques qui divisent (…) Il s’agit d’une stratégie à plusieurs niveaux qui utilise la propagande et la désinformation, le financement secret et la déstabilisation des mouvements politiques, les cyberattaques et les fuites d’informations, comme lors de l’élection présidentielle de 2016 [que Donald Trump a remportée], et des ‘mesures actives’ comme les meurtres à forfait pour éroder la stabilité des adversaires de Moscou. » Ce rapport des services secrets de l’Union européenne, auquel El Confidencial a ensuite offert de nouvelles preuves du contact des indépendantistes catalans avec les conseillers de Poutine, est une fois de plus important car c’est lui qui expliquerait, sans faille, la paternité des interventions téléphoniques, une quarantaine, dont le CNI espagnol n’est pas responsable. Le « succès » de l’indépendance consiste à avoir réussi à détourner l’attention des obscures tractations de ses dirigeants avec le satrape russe et à avoir imposé, une fois de plus, une version déformée de ce qui s’est passé. Mais l’Espagne ne les vole pas et ne les espionne pas non plus. L’ensemble de l’Europe les espionne, avec un soutien constitutionnel total, parce qu’ils constituent objectivement une menace.

Matacán » est le blog de Javier Caraballo dans El Confidencial dans lequel il aborde l’actualité espagnole et andalouse avec des analyses de la réalité sociale et politique dans laquelle nous vivons. Au cours des trois dernières décennies, M. Caraballo a travaillé pour différents médias de presse, de radio et de télévision, depuis ses origines à la Cadena SER jusqu’au journal El Mundo, où il a occupé le poste de rédacteur en chef de l’Andalousie pendant 16 ans. Il participe actuellement au talk-show politique « Más de uno », animé par Carlos Alsina, et à « La Brújula » sur Onda Cero. Il est également un contributeur régulier aux programmes de Canal Sur.

Javier Caraballo

Blogs El Confidencial, 08 mai 2022

Be the first to comment

Leave a Reply