Tunisie: Enquête sur des audios fuités critiquant le président

Tunisie: Enquête sur des audios fuités critiquant le président – Nadia Akacha, Kaïs Saïed,

Les 11 enregistrements mettraient en vedette Nadia Akacha, son ancienne chef de cabinet

Les procureurs tunisiens ont ouvert une enquête pour déterminer l’authenticité des conversations enregistrées qui pourraient avoir impliqué un ancien haut responsable critiquant le président Kais Saied, ont indiqué les médias tunisiens.

Les 11 enregistrements mettraient en vedette Nadia Akacha , qui a été chef de cabinet et conseillère la plus proche de M. Saied pendant près de deux ans avant de démissionner au début de l’année.

La femme dans les enregistrements est entendue critiquer le président et les membres du personnel dans certains cas, et mentionne des événements au palais présidentiel et des réunions privées entre M. Saied et des responsables étrangers depuis que le président a pris des pouvoirs étendus en juillet.

L’avocate constitutionnelle de 41 ans a nié que c’était elle dans les enregistrements, les décrivant comme des contrefaçons visant à saper le président.

En janvier, Mme Akacha a démissionné en invoquant des « divergences d’opinion fondamentales » sur les intérêts du pays. Les médias tunisiens ont rapporté qu’elle vivait depuis en France.

Elle avait été l’assistante la plus proche de M. Saied depuis son arrivée au pouvoir en 2019 et était l’un des principaux organisateurs de sa campagne de 2019, se coordonnant avec le personnel local et les bénévoles de base à travers le pays pour faire avancer sa candidature.

Mme Akacha a annoncé sa démission dans un message public sur Facebook – le média souvent préféré par le régime Saied pour la communication. Elle a écrit : « J’ai décidé de démissionner après deux ans… Je suis confrontée à des divergences d’opinion fondamentales concernant l’intérêt supérieur [de la Tunisie] et je pense qu’il est de mon devoir de me retirer », sans plus de précisions.

La semaine dernière, M. Saied a déclaré qu’il formerait un comité chargé de rédiger une constitution pour une « nouvelle République » en Tunisie, qu’il a l’intention de soumettre à un vote référendaire en juillet.

Il a déclaré qu’un dialogue national sur les réformes inclurait quatre grandes organisations en Tunisie , se référant au puissant syndicat UGTT, au syndicat des avocats, à la fédération de l’industrie et du commerce et à la Ligue tunisienne des droits de l’homme.

M. Saied a lancé une consultation en ligne en janvier, pour informer le peuple de la rédaction d’une nouvelle constitution. Moins de cinq pour cent des Tunisiens y ont participé.

The National, 05/05/2022

#Tunisie #NadiaAkacha #KaisSaied #Audio