Espionnage: Le Conseil européen demande une réponse de l’Espagne

Espionnage: Le Conseil européen demande une réponse de l’Espagne – Catalangate, Pegasus,

Le Conseil de l’Europe lance une nouvelle alerte sur le Catalangate et demande une réponse de l’Espagne
La plateforme de sécurité du journalisme du Conseil de l’Europe signale un espionnage avec Pegasus sur 4 journalistes proches des indépendantistes de la Catalogne
Berto Sagrera

Les explications des autorités espagnoles semblent encore insuffisantes. Le Conseil de l’Europe a publié un nouvel avertissement sur l’ espionnage du Catalangate et a exigé des réponses de l’Espagne. Concrètement, la plateforme du Conseil de l’Europe qui promeut la protection du journalisme et la sécurité des journalistes a lancé ce jeudi une alerte dénonçant l’espionnage utilisant le logiciel espion Pegasus « ciblant les journalistes », dont plusieurs travaillant dans le domaine du mouvement indépendantiste catalan, rappelant que l’enquête menée par Citizen Lab a noté qu’il y a « au moins » quatre professionnels des médias sur la liste des 65 personnes liées au mouvement indépendantiste qui ont été espionnées avec le logiciel israélien.

Les quatre journalistes de la liste sont Meritxell Bonet , épouse de l’ancien président du groupe civil Òmnium Cultural, Jordi Cuixart ; Marcel Mauri , qui a été vice-président de ce même groupe de 2019 à cette année ; Marcela Topor , partenaire du président Carles Puigdemont ; et Albano Dante Fachin , qui était membre du Parlement catalan. La plateforme du Conseil de l’Europe a souligné qu’en 2019, des preuves ont été trouvées de ce qui serait la première des trois infections de Pegasus sur le téléphone portable de Bonet ainsi que l’espionnage des messages SMS via Pegasus entre février 2018 et mai 2020.

Niveau d’alerte 1

La plateforme de journalisme qui fait partie de la première organisation de défense des droits de l’homme du continent mentionne également que plus de 200 téléphones portables espagnols « sont connus pour être des cibles potentielles de surveillance », et mentionne ici le journaliste spécialiste du Maghreb Ignacio Cembrero , qui a travaillé à El País et El Mundo avant de rejoindre El Confidencial en 2015 et de collaborer avec la chaîne de télévision La Sexta. La plainte du Conseil de l’Europe indique que Cembrero a dû « faire face à la pression judiciaire d’un homme d’affaires marocain et à une action en justice intentée par l’ancien Premier ministre Abdelilah Benkiran ». Dans ces cas, note le Conseil, « les autorités espagnoles ont exclu toute surveillance interne et soulignent qu’un éventuel espionnage devait provenir de l’étranger. Il a été confirmé que le Maroc a utilisé Pegasus dans le passé, mais il a nié avoir espionné tout dirigeants étrangers avec le logiciel d’espionnage », remarque l’alerte.

L’avertissement émis par le Conseil de l’Europe jeudi est fixé au niveau le plus élevé, le niveau 1, qui couvre les violations les plus graves et les plus préjudiciables de la liberté des médias , y compris le meurtre, les menaces, les agressions, la détention arbitraire, l’emprisonnement ou les actes ayant de graves répercussions sur liberté de presse. Suite à sa publication, la plateforme attend des autorités qu’elles envoient une réponse sur le cas signalé, « détaillant les mesures préventives, protectrices ou correctives prises pour faire face à la menace ». La publication a lieu une fois que le gouvernement du pays concerné a été informé (dans ce cas, l’Espagne).

ElNacional.cat, 06/05/2022

#Espagne #Catalangate #Espionnage #Pegasus