On ne parle pas de l’armée allemande opérant au Sahel

On ne parle pas de l’armée allemande opérant au Sahel – Bundeswehr, Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad,

Pratiquement aucun reportage sur la mission de la Bundeswehr au Sahel

Les médias rapportent peu et beaucoup trop superficiellement le déploiement de la Bundeswehr dans la région du Sahel, critique le journaliste Afrique Lutz Mükke sur Dlf. Ils portent une grande responsabilité, en particulier lorsqu’il s’agit d’opérations de guerre. Après tout, la formation de l’opinion publique influence les décisions politiques.

L’Allemagne soutient la région du Sahel en Afrique du Nord depuis des années. La Bundeswehr y est active dans les pays du G5 : Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad. En mai, le Bundestag veut décider si le déploiement de la Bundeswehr dans la zone sahélienne doit être poursuivi ou non.
Cependant, beaucoup de gens dans ce pays sont à peine conscients de l’importance et de la portée de cette décision. L’Afrique en tant que sujet est à peine évoquée dans les médias. Et pas seulement à cause de l’impact des reportages depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine. Même avant cela, le soi-disant mandat Sahel de la Bundeswehr n’était apparemment que rarement adapté à de longs rapports.
Raison pour le journaliste Afrique Lutz Mükke d’ examiner de plus près les reportages médiatiques sur les missions de la Bundeswehr au Sahel . Au nom de la Fondation Otto Brenner, affiliée au syndicat, Mükke examine les éditions en ligne de quatre médias : « Zeit », FAZ, « Bild » et Tagesschau. Sa conclusion : Des recherches approfondies ou des rapports d’investigation – aucun. Les correspondants rapportent depuis des endroits éloignés, les experts africains ont à peine la chance de parler. Mükke parle même de « négligence dans les reportages sur les conflits du Sahel ».

Correspondants à des milliers de kilomètres

Un groupe d’experts du Niger, du Mali et d’Allemagne a analysé 41 articles liés au vote du Bundestag sur la mission au Sahel en 2021, explique Mükke dans l’interview du Dlf. Le résultat qui donne à réfléchir : pas de recherche sur place au Sahel, pas de rapports de fond ou de recherche d’investigation. Les correspondants des reportages étaient pour la plupart basés à des milliers de kilomètres de la zone sahélienne. « Cela frise l’imposture », dit Mükke.

Les sources d’information utilisées sont également discutables : surtout, les correspondants se seraient appuyés sur des déclarations de hauts responsables gouvernementaux allemands et français, de l’armée et d’organisations internationales. Les scientifiques africains, les hommes d’affaires ou les représentants religieux, en revanche, n’ont jamais été mentionnés comme des sources importantes.

Pourquoi l’Afrique est-elle négligée dans les médias ?

Il y a plusieurs raisons à cette « superficialité », dit Mükke, qui a lui-même fait des reportages depuis le continent pendant de nombreuses années : la réduction des budgets des maisons de presse, par exemple, a aminci les réseaux de correspondants. Mükke voit un autre problème dans le fait que les postes de correspondants dans les pays africains sont souvent considérés comme le point de départ idéal pour les jeunes collègues inexpérimentés. « Cela contraste avec la complexité de ce qui se passe sur ce continent. »
Après tout, des milliards d’argent des contribuables affluent dans des opérations de la Bundeswehr comme celle au Mali. « Cela oblige en fait les médias à faire des reportages en profondeur », critique Mükke. Les opérations militaires en particulier devraient donc avoir « la valeur d’information la plus élevée ». Au lieu de cela, « un multiple serait investi à chaque jour de match de Bundesliga ».

Engager les médias locaux africains

Sa demande aux médias : les rédacteurs spécialisés doivent s’occuper des régions en crise, faire beaucoup plus de recherches sur place – également en coopération avec les médias locaux africains. Les déclarations officielles devraient être remises en question de manière plus critique. Les correspondants doivent être en permanence dans les zones opérationnelles.

La Bundeswehr décrit Mükke comme une « armée parlementaire » – ce qui signifie que les médias ont une « obligation démocratique » de donner aux habitants de ce pays une image techniquement compétente de ce qui se passe au Mali et dans la zone sahélienne. On en est loin pour le moment.

————————————————————


Quel est le mandat de la Bundeswehr au Sahel ?

Au Mali, la Bundeswehr était auparavant impliquée dans la mission de formation de l’UE EUTM (European Union Training Mission Mali), qui a été active à partir de là dans les cinq pays du Sahel : Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad. Avec la mission de stabilisation dirigée par l’ONU MINUSMA (Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali), la force opérationnelle conjointe des pays du G5 a également reçu des conseils et une formation militaires. À l’été 2021, environ 1 100 soldats allemands ont été déployés au Mali pour cette seule mission. La Bundeswehr forme également des forces spéciales au Niger.

Le 11 avril 2022, l’UE a décidé de mettre fin temporairement à la mission de formation de l’UE au Mali après qu’il est apparu que les troupes maliennes, ainsi que les forces russes, pourraient avoir commis des violations massives des droits de l’homme. Cependant, la ministre fédérale de la Défense Christine Lambrecht prône la poursuite de la mission dans la région sous certaines conditions. En mai, le Bundestag doit clarifier si l’Allemagne continuera à être impliquée dans la MINUSMA et l’EUTM.

Pourquoi la région a-t-elle besoin d’une aide militaire ?

Attaques terroristes, changement climatique, pauvreté : dans les cinq États de la zone sahélienne, la violence jihadiste se mêle aux conflits ethniques et au crime organisé. Les forces de sécurité locales sont débordées, les structures étatiques ne fonctionnent pas correctement. Les climatologues supposent que la région sera particulièrement touchée par le changement climatique. Selon le Programme alimentaire mondial des Nations unies, plus de 10,5 millions de personnes au Sahel souffrent actuellement de la faim, aggravée par des années de sécheresse.

Quels sont les objectifs de la Bundeswehr au Sahel ?

Selon ses propres déclarations, la Bundeswehr veut d’une part conseiller et mieux former les militaires régionaux, et d’autre part renforcer la société civile : administration, police et justice, services de base à la population et systèmes d’éducation et de santé.

Cependant, le déploiement de la Bundeswehr sert aussi des intérêts nationaux : la région du Sahel est considérée comme importante pour la stabilité de l’Afrique de l’Ouest. Il faut éviter qu’un refuge sûr pour les terroristes ne soit créé ici – ce qui pousse la population à migrer vers l’Europe.

Deutschlandfunk, 03/05/2022

#Allemagne #Bundeswehr #Armée #Barkhane #Takuba #Sahel #Mali #BurkinaFaso #Mauritanie #Niger #Tchad