L’espionnage de Sánchez : au milieu de la gestion des grâces et de la crise marocaine

L’espionnage de Sánchez : au milieu de la gestion des grâces et de la crise marocaine – Espagne, Pedro Sanchez, Maroc, ERC Catalogne, Brahim Ghali, Sahara Occidental,

LE GOUVERNEMENT ESPAGNOL A DÉCLARÉ QUE L’ÉCOUTE DES TÉLÉPHONES DE SON PRÉSIDENT ET DE M. ROBLES EST « EXTERNE », SANS EN PRÉCISER L’ORIGINE.


Le gouvernement espagnol a laissé plus de doutes que de certitudes dans sa volonté de révéler l’espionnage des téléphones portables de son président, Pedro Sánchez, et de la ministre de la défense, Margarita Robles. Le ministre Félix Bolaños a pris la peine de souligner qu’il s’agissait d’un espionnage « illicite et externe », mais il n’a pas précisé ce qu’il entendait par externe et a évité de répondre s’il faisait référence à un pays étranger. Le fait qu’il n’ait pas non plus été en mesure de détailler le type d’informations que les pirates ont volé dans les téléphones portables de Sánchez et Robles ne contribue pas à faire la lumière sur les auteurs ou leurs motivations pour infiltrer leurs téléphones. Seul son volume en gigaoctets et mégaoctets a été précisé, mais pas son contenu.

LES GRACES: LA THÉORIE DES COMPLOTS?

Dans ces circonstances, à tâtons et sans qu’aucune lumière ne vienne éclairer la situation, l’accent a été mis sur le contexte dans lequel vivait l’État espagnol à l’époque, en mai et juin 2021. D’une part, à cette époque, le Conseil des ministres a approuvé la grâce des dirigeants souverainistes du processus pro-catalan, dont l’ancien vice-président et représentant de l’ERC, Oriol Junqueras. Bolaños a été expressément interrogé sur cette hypothèse, et a refusé de faire des « conjectures ».

Si cela avait été la cause de l’espionnage, cela renforcerait l’idée que l’opération visait à enquêter sur la souveraineté catalane et tout ce qui avait trait à la gestion du dégel politique avec l’État espagnol, après le référendum et la suspension de l’autonomie pendant le mandat de Rajoy. Et cela transmettrait l’idée qu’il y a pu y avoir des éléments incontrôlés au niveau de la police ou des services secrets qui ont agi de l’intérieur de l’État mais à l’extérieur pour remettre en cause ce dégel et le torpiller, profitant de leur position pour utiliser le programme d’espionnage Pegasus. En fait, il a été dit jusqu’à présent que seuls les États peuvent acquérir ce programme. Cependant, Bolaños ne semble pas avoir fait cette hypothèse lorsqu’il a parlé d’éléments extérieurs. Quoi qu’il en soit, les partis ont une nouvelle fois demandé de la clarté, comme l’ont fait le PNV et EH Bildu.

D’autre part, à cette époque, la crise diplomatique avec le Maroc a été déclenchée par l’accueil du leader du Front Polisario, Brahim Ghali, dans un hôpital public espagnol. Son séjour à Logroño en avril provoquera un mois plus tard une vague de pression migratoire sur les clôtures de Ceuta et Melilla, un recours commun des Marocains pour marquer l’État espagnol. C’est une crise que, du moins en théorie, le gouvernement espagnol a récemment tenté de clore avec son revirement controversé sur le Sahara.

Sánchez a laissé en plan les revendications sahraouies et s’est aligné sur la proposition d’autonomie du Maroc. Il a été souligné que le Maroc possède le programme Pegasus, et a même été accusé d’espionner le président français Emmanuel Macron, bien qu’il y ait également des rapports selon lesquels le monarque alaouite lui-même a fait l’objet d’une enquête. Bolaños n’a pas non plus précisé s’il faisait référence à un pays étranger lorsqu’il a dit que l’espionnage était externe.

DEUX CAS CONNEXES OU INDÉPENDANTS

En fait, d’autres spéculations pointent même vers l’hypothèse des multinationales. Il a été précisé que des pays comme la Chine et la Russie n’utilisent pas ce programme. La réponse à ces questions dépend de la question de savoir si l’espionnage de plus de 60 dirigeants catalans pro-souveraineté est lié à la surveillance de Sánchez et Robles, ou si cela n’a rien à voir et qu’un second front a été ouvert au niveau international.

Personne n’a de certitude. Pour certains, il y a un sentiment de manque absolu de contrôle qui exige des démissions en raison du sentiment d’insécurité et de cette brèche dans le contrôle du cyber espionnage. Pour d’autres, comme certaines voix souverainistes catalanes, l’impression demeure qu’il s’agit d’un écran de fumée pour présenter le gouvernement espagnol lui-même comme une victime dans une grande conspiration, juste après que l’ERC ait menacé de rompre avec Sánchez.

DEIA, 02/05/2022

#Espagne #PedroSanchez #MargaritaRobles #Espionnage #Pegasus #Maroc #Catalogne #ERC