Espagne-Pegasus. Confession de faiblesse

Espagne-Pegasus. Confession de faiblesse – Pedro Sanchez, Margarita Robles, Maroc, Catalogne,

Si l’espionnage de Sánchez et Robles est considéré comme une évidence, la conférence de presse de ce lundi teinte le tout d’un opportunisme politique et d’une propagande tout aussi condamnables.

Dans une apparition surprenante et inhabituelle, appelée presque à l’aube, le ministre de la Présidence a annoncé lundi que les téléphones institutionnels du président du gouvernement et du ministre de la Défense ont subi une intrusion l’année dernière avec l’extraction de fichiers. Dans le cas de Pedro Sánchez, les auteurs de la cyber-attaque se sont appropriés plus de 2,6 gigaoctets ; dans le cas de Margarita Robles, seulement 9 mégaoctets. Félix Bolaños n’a pas donné plus de détails, si ce n’est que l’attaque était « externe », ce qui signifie qu’aucun organe de sécurité officiel n’était impliqué, et que les faits ont été transmis à l’Audiencia Nacional. Le choix de cette juridiction ne peut être aléatoire, car sa compétence est limitée aux crimes de terrorisme, commis à l’étranger ou par des organisations criminelles de grande envergure impliquées dans la corruption et le trafic de drogue.

Par conséquent, même si le gouvernement n’a pas identifié – du moins c’est ce qu’il prétend – les auteurs de l’espionnage, il doit avoir une raison de ne pas avoir transmis la plainte à un tribunal d’enquête ordinaire. Avec l’ombre du Maroc qui plane sur cette crise, les lacunes du récit montrent que la conférence de presse a été précipitée, injustifiée et même contre-productive.

S’il a fallu un an aux services de protection des communications du premier ministre et du ministre de la défense pour apprendre qu’ils avaient été espionnés, cette apparition n’a fait qu’embarrasser l’État. Cependant, comme ABC a pu le confirmer, le gouvernement était au courant de l’intrusion dans les téléphones portables de Sánchez et Robles depuis des mois. Le fait qu’ils aient reçu le rapport définitif sur cet espionnage dimanche n’est rien d’autre qu’une excuse, car il n’était pas nécessaire de publier les résultats de l’enquête de manière aussi hâtive et insuffisante. Ils n’ont pas expliqué la raison d’un tel retard, ni le choix du 2 mai – un jour férié dans la majeure partie de l’Espagne et avec une avalanche de sondages préélectoraux très favorables au Parti populaire – pour faire connaître les faits. Alberto Núñez Feijóo a manifesté son soutien au gouvernement, non sans exprimer ses soupçons quant à la finalité politique de la journée choisie.

Il est clair que les informations fournies par le gouvernement visent à amortir l’effet de l’espionnage présumé sur les dirigeants indépendantistes catalans et à créer une sorte de solidarité victimaire entre les deux, ce qui donne la mesure du prix que Sánchez, au prix du crédit de l’État, est prêt à payer pour sa relation avec le mouvement indépendantiste. Le problème de Sánchez est qu’il a acquis une réputation de manœuvrier et de manipulateur. Bien que l’espionnage du président et du ministre Robles soit considéré comme une évidence, la conférence de presse teinte le tout d’opportunisme politique et de propagande urgente devant l’opinion publique. Le gouvernement devrait inclure parmi les risques de l’opération marketing de lundi le risque que l’effet public soit l’inverse de celui escompté, car de victimes, ils pourraient devenir ineptes sans interruption, encore plus après les cessions territoriales encore récentes et inexpliquées au Maroc, un régime sur lequel pèsent, avec la Russie et les pays voisins, des soupçons d’espionnage, pour l’instant anonyme, dont la confession publique affaiblit l’État et dépeint le gouvernement.

Si le gouvernement est si préoccupé par la sécurité de l’État et la protection des informations sensibles, l’entrée d’ERC, de Bildu et de la CUP dans la commission des secrets officiels est encore plus intenable en termes démocratiques, politiques et même diplomatiques. À la veille de l’assemblée de l’OTAN à Madrid, Sánchez joue avec le feu : il avoue en public la vulnérabilité de l’État, utilisée à son tour au profit d’un exécutif aux abois.

ABC, 02/05/2022

LIRE AUSSI : 14 chefs d’État ont été espionnés avec le logiciel Pegasus

LIRE AUSSI : Le précédent d’espionnage de Macron pointe vers le Maroc

LIRE AUSSI : Espionnage du téléphone de Sanchez: Une étrange coïncidence

#Espagne #PedroSanchez #Pegasus #Espionnage