Le précédent d’espionnage de Macron pointe vers le Maroc

Le précédent d’espionnage de Macron pointe vers le Maroc – Espagne, Emmanuel Macron, Pedro Sanchez, Margaria Robles, Pegasus, Ali Lmrabet, Omar Radi,

Les autorités espagnoles savent peut-être si l’empreinte digitale du client de Pegasus est la même que celle de Cembrero et Lmrabet, deux journalistes qui ont été espionnés.
Cristina Mas

Le gouvernement espagnol n’est pas le premier exécutif européen à avoir été espionné grâce au programme Pegasus, de fabrication israélienne, qui permet d’écouter les appels, de lire les messages Whatsapp, de connaître la localisation d’un téléphone portable et même de contrôler la caméra et l’enregistreur pour le transformer en dispositif d’espionnage. Le journal Le Monde, en collaboration avec d’autres grands médias internationaux et le consortium de recherche Forbidden Stories et Amnesty International, a découvert l’été dernier qu’un téléphone privé appartenant au président français Emmanuel Macron, au Premier ministre Edouard Philippe et à 14 autres ministres de son gouvernement avait été sélectionné par les services secrets marocains pour un espionnage potentiel. La liste, qui comprenait 50 000 numéros de téléphone, comprenait également les numéros espagnols des journalistes Ignacio Cembrero et Ali Lmrabet, qui ont été soumis à une analyse judiciaire par Forbidden Stories et se sont avérés avoir été infiltrés par le programme Trojan.

L’Élysée n’a pas confirmé que le téléphone de Macron et ceux de ses ministres ont bien été espionnés, mais ils ont eu accès aux téléphones de Cembrero et Lmrabet pour pouvoir dire que Pégase avait été installé. Les deux journalistes ont découvert grâce à un appel d’Histoires interdites que leurs téléphones portables figuraient sur la liste des espions marocains : Cembrero en juillet et Lmrabet en août de l’année dernière, peu après que Pegasus ait accédé aux téléphones portables de Pedro Sánchez et Margarita Robles en mai et juin 2021, au plus fort de la crise entre l’Espagne et le Maroc au sujet de l’entrée du chef du Front Polisario Brahim Gali dans la péninsule et en plein débat sur la grâce des dirigeants indépendantistes.

« Ils m’ont dit que mon téléphone était sur la liste et m’ont demandé l’autorisation de procéder à une analyse informatique, qui a révélé que les services secrets marocains étaient bien entrés car il y a une marque qui correspond à chaque pays », a expliqué Lmrabet à ARA. Ceci est corroboré par la journaliste et chercheuse du projet Pegasus coordonné par Histoires interdites, Paloma Dinechin, dans une conversation avec ce journal. « Lorsque vous faites une analyse médico-légale, vous pouvez déterminer le domaine utilisé par le client, et avec le téléphone de Lmrabet, nous avons pu le faire. Dans le cas des ministres français, ce sont les services secrets français qui ont effectué l’analyse forensique et ont pu conclure que le domaine correspondait également au Maroc », explique M. Dinechin. « Le gouvernement espagnol a les moyens de savoir qui a infiltré les téléphones, à moins qu’il ne s’agisse d’un domaine qui n’a jamais été utilisé. Sinon, ils ont un motif politique pour ne pas le révéler », dit-il.

Moyen possible de découvrir l’auteur de l’infraction

Le gouvernement espagnol a déclaré qu’il n’avait aucun moyen de connaître l’origine de l’espionnage « extérieur » via le programme troyen Pegasus sur les téléphones portables du président Pedro Sánchez et de sa ministre de la défense, Margarita Robles, mais techniquement, il est possible de le savoir, car le programme laisse une trace, une empreinte, sur chacun des téléphones infectés, contenant le numéro de licence ou de domaine. Les précédents laissent donc des informations précieuses : cette trace peut être comparée à celle laissée sur d’autres mobiles espagnols qui ont été espionnés par le même programme. Cembrero a dénoncé l’affaire, mais le juge a conclu qu’il n’y avait aucun moyen de connaître l’origine de l’infiltration : « L’affaire en Espagne a été classée, mais je suis le processus judiciaire en France, avec une stratégie différente, qui consiste à dénoncer NSO pour l’utilisation malveillante de son programme ».

Lmrabet ne l’a pas fait, comme il l’a expliqué à ARA, « par paresse ». « Le Maroc m’espionne depuis 50 ans », déclare le journaliste, qui se dit prêt à remettre le téléphone au juge. « S’ils veulent savoir quelle marque laisse le Maroc avec Pégase, ils peuvent la comparer à la mienne », déclare M. Lmrabet. Dans le cas de l’espionnage de Macron, Cembrero et Lmrabet ont également révélé que les services marocains voulaient également mettre sur écoute le téléphone du roi Mohamed VI et de son ex-femme. « En Espagne, j’ai du mal à croire que les mêmes services secrets espionneraient le Premier ministre et le ministre de la Défense. Il est beaucoup plus plausible que cette infiltration vienne du Maroc », affirme Lmrabet.

Les services secrets marocains ont voulu prouver leur efficacité en avril dernier, lorsqu’ils ont découvert et divulgué que le chef du Front Polisario, Brahim Ghali, s’était envolé pour l’Espagne afin de suivre un traitement Covid-19 dans un hôpital de Logroño, prétendument sous une fausse identité. On n’a jamais su comment cette information avait été obtenue, et personne n’a mentionné le programme Pegasus à l’époque. Mais en juin 2020, Amnesty International a signalé que le Maroc l’avait utilisé pour espionner le journaliste critique Omar Radi, qui a été condamné en juillet 2021 à six ans de prison pour une accusation de viol qu’il dénonce comme une invention, ainsi que pour espionnage.

ARA, 02/05/2022

LIRE AUSSI : 14 chefs d’État ont été espionnés avec le logiciel Pegasus

LIRE AUSSI : L’entreprise à l’origine de Pegasus se déclare « sans valeur »

LIRE AUSSI : Mediapart : pourquoi Macron protège le Maroc ?

#Espagne #PedroSanchez #MargaritaRobles #Espionnage #Pegasus #Maroc