Après la messe, le bal des hypocrites

Après la messe, le bal des hypocrites – Monique Canto-Sperber, Hiroshima, Nagasaki, guerres coloniales, massacres, génocides, Algérie, Vietnam, Palestine,

Comme d’habitude, après la messe dominicale, j’accorde une oreille distraite à l’autre messe organisée par les prélats de France culture.

L’indignation larmoyante des Occidentaux et, en l’occurrence, de Monique Canto-Sperber (née en Algérie, élève de Paul Ricœur comme E. Macron), aurait été crédible si elle s’était exprimée de la sorte à chaque foi que la soldatesque occidentale a écrit les pages les plus glorieuses de sa magnanimité, depuis la Renaissance (sans remonter aux bombes sur Hiroshima et Nagasaki, des guerres coloniales à Madagascar, à l’Oubangui-Chari, au Viêt-Nam, en d’Algérie, en Palestine, jusqu’aux campagnes d’Irak, d’Afghanistan, de Somalie, du Yémen… à l’asphyxie -hors le droit- de Cuba, de l’Iran, du Venezuela…) Drapée dans une dignité de pacotille, un tour de table monocolore s’est tenu dans une unanimité démocratiquement suspecte. Pas un poil qui dépasse. Pas un dissentiment. Pas le moindre avocat du Diable à l’horizon pour nuancer, pour faire semblant. Un forum monolithique entre-soi. La tradition est respectée.

Deux observations ont occupé ce cénacle d’amputés du bulbe.

1. Ils commencent à instruire le prochain procès de la Russie accusée de crimes de guerre. Pourquoi pas de crimes contre l’humanité, puis qu’un des schtroumpfs enclos dans ce cercle très fermé a évoqué l’idée récurrente de « guerre de civilisations » ?

La langue de Monique Canto-Sperber a trébuché : elle ne parle pas de Russie mais d’« Union Soviétique ». Cela montre à quel point, celle qui a en janvier 2011 avait interdit un débat sur la Palestine à l’ENS qu’elle dirigeait, ces Hautes Consciences restent cloîtrées dans le formol.

1.1.- Pour en arriver à un procès et à ériger un tribunal, il faudra d’abord commencer par battre militairement l’adversaire…

1.2.– Il n’y a pas de crimes de guerre, parce que toutes les guerres sont des crimes. Des crimes par nature.

Quand on y arrive, c’est que les hommes ont perdu le sens de leurs responsabilités.

Tout le reste est baratin polémique d’esprits tordus en perdition.

Il est vraisemblable que cette triste affaire se termine par des négociations et que tous ces « crimes », dont la principale victime est l’Ukraine, seront comme d’habitude tenus pour pertes et profits.

Les plus cyniques sont les marchands d’armes dont les actions flambent en bourse à NY, à la City et à Paris. Ce sont aussi les marchands d’images qui sont exploitées pour attendrir les opinions publiques européennes qui sont les vrais dindons de la farce. Ce sont elles qui subissent les bombardements médiatiques les plus intenses pour creuser davantage de gouffre que les Atlantistes veulent approfondir entre l’Eurasie et l’Europe américaine.

2.- « Les Occidentaux doivent-ils prendre des mesures plus contraignantes ? » s’interrogent les architectes de l’émission.

Par exemple, une guerre atomique ?

Heureusement que le pouvoir de ces stratèges du dimanche se limite au spectacle dominical…

La principale question est la suivante :

Les autorités ukrainiennes envisagent de maintenir leur pays dans une stricte neutralité et abandonnent leur projet de rejoindre l’OTAN. Ils envisagent aussi de reconsidérer leur position à l’égard des provinces du Donbass (alors que ce point était dans les accords de Minsk qu’ils avaient récusés). Enfin, rien n’interdise qu’ils en viennent à consentir à la russité de la Crimée.

Mais alors pourquoi ne l’avaient-ils pas accepté plus tôt et épargner à leur pays les destructions qu’il subit encore ?

En sorte qu’il conviendra de s’interroger sur les vrais criminels qui ont engagée leur pays dans cette fâcheuse situation.

Précisons que l’Ukraine n’a plus de partis d’opposition. 11 partis ont été éliminés de la vie politique ukrainienne le 20 mars dernier. Il s’agit pour la majorité de partis de gauche.

Le chef d’État n’a pas hésité à justifier cette décision par sa volonté de protéger les intérêts supérieurs de la nation. « Je voudrais rappeler à tous les hommes politiques de tous les camps : le temps de guerre expose assez bien la misère d’ambitions personnelles de ceux qui tentent de faire passer leurs propres ambitions, leur propre parti ou leur carrière au-dessus des intérêts de l’État, des intérêts du peuple. Ceux qui se cachent à l’arrière, tout en faisant semblant d’être le seul qui se soucie de la défense. »

Les intellectuels, les politiques et les médias français n’ont pas jugé utile de faire part à leur opinion publique de la sublime et inimitable démocratie ukrainienne. On se souvient de ce qu’il en est des mêmes qualificatifs qui servent à décrire la démocratie de la caserne la plus légalement raciste du Proche Orient…

Je vous invite à écouter cette crème de l’élite culturelle française et je vous joins les références du site qui vous le permettrait.

Vous comprendrez alors pourquoi ce qui reste d’intelligence en France est étouffé par ces rigolos qui pensent au pas et pourquoi ce pays et en pleine déconfiture.

Djeha, D.

Bel Abbès Info, 03 avril 2022.

#Russie #Ukraine #OTAN #Europe #France