L’Espagne convoque le chargé d’affaire du Maroc

L’Espagne convoque le chargé d’affaire du Maroc – covid19, pandémie, coronavirus, contrôles sanitaires,

CONVOQUE LE CHARGÉ D’AFFAIRES
L’Espagne rejette l’accusation du Maroc de ne pas avoir respecté les contrôles sanitaires dans les aéroports
Le ministère des Affaires étrangères convoque le chargé d’affaires de l’ambassade du Maroc pour lui faire part de son rejet des accusations portées par le ministère marocain de la Santé.

Comme s’il n’avait pas assez de fronts ouverts avec l’Espagne depuis qu’elle a déclenché la crise bilatérale il y a un an, le Maroc en a ouvert un nouveau lundi soir. Son ministère de la Santé a accusé les autorités espagnoles, dans un communiqué, de « mettre en danger la santé des citoyens marocains ». Le ministre des affaires étrangères, José Manuel Albares, a réagi rapidement en ordonnant la convocation du chargé d’affaires de l’ambassade du Maroc à Madrid, Farid Aoulouhaj, qui a protesté contre le communiqué, selon des sources diplomatiques. M. Aoulouhaj est en charge de l’ambassade depuis que son chef, Karima Benyaich, a été rappelé à Rabat pour des consultations à la fin du mois de mai et n’a pas repris son poste depuis. À l’issue de sa rencontre avec son homologue luxembourgeois, Jean Asselborn, M. Albares a lui-même pris la parole pour déclarer que les allégations du ministère marocain de la santé « ne correspondent pas à la réalité » et sont donc « inacceptables », selon l’agence Europa Press. C’est la première fois depuis son arrivée à la tête de la diplomatie espagnole qu’Albares critique publiquement les autorités du pays voisin.

La réaction rapide de la diplomatie espagnole contraste avec les presque six mois qu’il a fallu en novembre pour remettre à Rabat une note verbale protestant contre l’autorisation accordée à une entreprise marocaine d’installer une ferme piscicole dans les eaux espagnoles au large des îles Chafarinas, dans la mer d’Alboran. La marine a détecté les premiers signes de son installation à la fin du mois de mai, et à ce jour, il n’a pas été démantelé.

Le ministère marocain de la Santé, dirigé par le ministre Khalid Ait Taleb, chirurgien de profession, a reproché aux autorités espagnoles leur « manque de contrôle des passeports de vaccination des voyageurs ». « Il a été constaté que les autorités espagnoles compétentes ne contrôlent pas l’état de santé des voyageurs de la manière requise, c’est-à-dire avec rigueur, pendant la procédure d’embarquement dans les aéroports », peut-on lire dans le texte publié. C’est pourquoi « plusieurs cas de covid-19 ont été détectés à l’arrivée ou en transit au Maroc » de voyageurs « venant d’Espagne sur des vols spéciaux ». La détection de ces cas « rend impossible la reprise des vols Espagne-Maroc en raison du non-respect par les autorités espagnoles des protocoles sanitaires liés au covid-19 ». Ils ne fournissent pas, conclut-il, « de garanties tangibles sur le respect et le contrôle du passeport vaccinal et de l’état de santé des voyageurs ».

C’est la première fois depuis le début de la pandémie que le ministère marocain de la santé s’en prend en ces termes à l’un des pays avec lesquels le Maroc a des vols réguliers. Le pays choisi pour cet assaut est précisément l’Espagne, avec laquelle la diplomatie marocaine a déclenché une crise il y a un an en annulant le sommet entre les deux gouvernements prévu fin décembre 2020. L’épisode le plus grave de cette crise a été la submersion migratoire de Ceuta – plus de 10 000 Marocains sont entrés dans la ville – les 17 et 18 mai. Le communiqué marocain, rédigé sur un ton offensif, contient également un certain nombre d’incohérences et laisse planer des doutes quant à la reprise des vols vers l’Espagne lorsque le Maroc rouvrira son espace aérien, qu’il a pratiquement fermé le 29 novembre pour se protéger de la variante omicron du cororavirus. Ce jour-là, les vols réguliers avec le monde entier et les ferries de France et d’Italie ont été suspendus. Il n’y a plus de bateaux en provenance d’Espagne depuis mars 2020, et les frontières terrestres de Ceuta et Melilla ont également été fermées, en théorie pour des raisons sanitaires.

Quelques jours après avoir pris ces mesures drastiques en novembre, les autorités marocaines ont accepté d’autoriser certains vols spéciaux de rapatriement pour les touristes étrangers bloqués dans leur pays ainsi que pour les Marocains voyageant en Europe et dans le Golfe. Quelques jours après la prise de ces mesures, en novembre, les autorités marocaines ont accepté d’autoriser certains vols de rapatriement. Jusqu’à la fin de la fermeture de l’espace aérien, initialement le 31 décembre mais qui pourrait être prolongée, quelques vols de rapatriement de Marocains sont prévus à partir des Émirats arabes unis, de la Turquie – un pays vers lequel ils voyagent beaucoup car il n’exige pas de visa – et du Portugal.

Pour embarquer sur ces vols, il faut non seulement la nationalité marocaine, mais aussi un certificat de vaccination, un test PCR, etc. Les liens de l’Espagne avec le Maroc sont, dans tous les domaines, bien supérieurs à ceux du Portugal. C’est pourquoi le choix de ce pays pour organiser ces vols de rapatriement des Marocains en voyage de tourisme, d’études ou d’affaires en Espagne a été une surprise. Tous ceux qui voulaient rentrer chez eux pour les vacances de fin d’année ont été contraints de se rendre au Portugal.

Dans un communiqué publié lundi soir, le ministère marocain de la santé explique pourquoi il a choisi Lisbonne, plutôt qu’un aéroport espagnol, pour les avions de sa compagnie nationale (Royal Air Maroc) destinés à rapatrier les Marocains. Ils s’appuient sur les contrôles sanitaires effectués à l’aéroport Humberto Delgado de Lisbonne plutôt que dans les aéroports espagnols. Le Maroc est le seul pays au monde à avoir jusqu’à présent mis en doute la solvabilité du service de santé espagnol lorsqu’il s’agit d’effectuer des contrôles dans les aéroports. Un tel barrage n’est pas dû à des raisons de santé, mais à la volonté de prolonger la crise avec l’Espagne malgré les efforts déployés initialement par le gouvernement de Pedro Sánchez pour la surmonter. En juillet, il s’est débarrassé de sa ministre des affaires étrangères, Arancha González Laya, qui était devenue la « bête noire » de Rabat parce qu’elle était favorable à l’hospitalisation du chef du Front Polisario, Brahim Ghali, gravement malade du covid-19, à Logroño en avril.

Ignacio Cembrero

El Confidencial, 21/12/2021

#Espagne #Maroc #Pandémie #Coronavirus #Covid19 #Contrôles_sanitaires #Voyages