Video: Chute de Fikri, le baron du haschich en Espagne

Video: Chute de Fikri, le baron du haschich en Espagne – Maroc, cannabis, trafic de drogue,

L’ascension et la chute de Fikri, le « patron » qui a rempli l’Espagne de haschich du Maroc
La macro-opération de la Garde civile n’est pas passée inaperçue à Barcelone. L’UCO considère Fikri Amellah comme l’un des plus responsables de l’entrée de drogue dans notre pays
San Pedro del Pinatar (Murcie), 4 300 kilos de haschich. Côtes galiciennes, 1800 kilos de cocaïne. Deux épisodes qui se sont déroulés en 2021 et que la Garde civile attribue à Fikri Amellah Agharbi , un citoyen d’origine marocaine qui, en raison de sa frénésie de trafiquant de drogue , était considéré comme l’un des individus les plus recherchés en Espagne et à l’international. Un « patron » de la drogue qui a été arrêté dans une macro-opération policière qui n’est pas passée inaperçue à Barcelone – avec le déploiement d’un hélicoptère et d’un puissant dispositif au sol – et qui a également eu ses ramifications à Pontevedra et Cadix. Au total, 17 personnes ont été arrêtées et 16 perquisitions ont été effectuées .

Fikri Amellah s’était mérité parmi la liste des hommes les plus recherchés par les autorités. L’ Unité Centrale Opérationnelle ( UCO ) de la Garde Civile le localise après certains des mouvements les plus importants de l’entrée de drogues ces derniers temps. Pour être exact, le Groupe central anti-drogue de l’Institut armé l’a placé en tête des plus gros fournisseurs de stupéfiants du Maroc après des enquêtes qui ont commencé début 2020.

Sur ordre de Fikri, un cadre logistique complexe a été élaboré pour introduire de gros chargements en Espagne. Au Maroc, elle disposait de plusieurs entrepôts dans lesquels elle gardait les drogues d’Afrique, attendant de trouver le bon moment pour les acheminer à travers le détroit. Il l’a fait avec une flotte de bateaux -gommes- et par des transferts en haute mer, consolidant la soi-disant «route africaine» du haschich. Les stupéfiants étaient distribués dans notre pays par les clans de la drogue les plus établis, tels que Los Chestnuts ou El Messi del Hashís .

Les communications reçues par Interpol soulignaient que Fikri Amellah était également au centre de plusieurs enquêtes au niveau international, après avoir suivi la piste de plusieurs communications téléphoniques cryptées.

Du Maroc à Barcelone
Après près de deux ans d’enquête, les enquêteurs ont obtenu des preuves suffisantes pour démanteler le clan familial qui gravitait autour de Fikri Amellah, qui résidait à Barcelone « menant une vie et des routines très simples » , selon l’Institut armé : « Rien à voir avec le l’ostentation qu’ils ont montré lors de leurs vacances et voyages de luxe en dehors de leur zone de résidence, comme avec des locations de yachts, des hôtels et des véhicules de très haut niveau, ou encore avec l’utilisation de montres de certaines des marques les plus exclusives avec des séries limitées personnalisées jusqu’à 800 000 euros ».

L’opération policière a explosé à Barcelone, dans le quartier du Poble Sec, mardi dernier, le 14 décembre. Les agents ont surpris Fikri Amellah dans le salon de sa maison avec cinq téléphones portables et deux cahiers de notes, coordonnant plusieurs opérations en haute mer pour l’approvisionnement en drogue. L’une des personnes enquêtées s’est enfuie par la façade de l’immeuble. La Garde civile a déployé ses agents au sol et utilisé leurs moyens aériens jusqu’à leur arrestation.

Au total, 16 perquisitions ont été effectuées , à Barcelone, Pontevedra et Cadix, avec un total de 17 détenus : onze de nationalité espagnole et six marocains. Près d’un million d’euros en espèces, dix véhicules haut de gamme, un bateau, des montres et des bijoux évalués à plus de trois millions d’euros sont intervenus, ainsi que 18.000 euros en billets de loterie nationale pour le prochain tirage de Noël.

Des inhibiteurs, des pistolets détonants, des téléphones satellites, divers appareils de communication cryptés, ainsi que divers établissements par lesquels les produits d’activités criminelles ont été blanchis sont également intervenus, ayant bloqué des comptes, des biens immobiliers et divers avoirs à l’étranger.

L’opération a été menée par le Groupe central antidrogue de l’Unité opérationnelle centrale de la Garde civile et le Parquet délégué antidrogue de Campo de Gibraltar, coordonné par le Tribunal mixte numéro 2 de San Roque (Cadix), qui a ordonné le Tous les détenus ont été admis en prison, à l’exception de trois qui avaient déjà été libérés à Barcelone à la disposition de ladite Cour.

Voz Populi, 17/12/2021

#Espagne #Maroc #Fikri #Haschich #Cannabis #Drogues