Les petits pas de Paris envers Alger

Les petits pas de Paris envers Alger – Algérie, France, archives, mémoire, Emmanuel Macron,

Après près de 60 ans, les archives des enquêtes judiciaires de la guerre d’Algérie seront déclassifiées, selon Roselyne Bachelot, ministre française de la Culture. Vendredi, Roselyne Bachelot a informé sur BFMTV qu’elle dévoilait les archives des enquêtes judiciaires de la gendarmerie et les forces de police pendant le conflit algérien, 15 ans avant la date limite légale.

Le ministre a souligné que la France souhaite rétablir diverses relations avec l’Algérie, mais que cela ne peut se faire que si la vérité est dite.

Elle a répondu à une question concernant les ramifications de cette décision, en particulier la possibilité d’un futur aveu que l’armée française a torturé des Algériens, en disant qu’il est dans l’intérêt de la France d’accepter que la torture ait eu lieu.

Dans la même veine, un groupe de députés à l’Assemblée générale française a annoncé le dépôt d’un projet de loi qui obligerait le gouvernement français à reconnaître la responsabilité des massacres du 17 octobre 1961, dans lesquels des dizaines d’Algériens à Paris ont été martyrisés pour avoir protesté contre un couvre-feu discriminatoire imposé aux Algériens dans la capitale française.

Les propos du ministre français de la Culture sont intervenus un jour avant que l’Algérie ne commémore les manifestations du 11 décembre 1960, au cours desquelles les forces françaises ont tué des dizaines de manifestants algériens pacifiques en faveur de l’indépendance.

Ces déclarations font suite à la visite du ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian en Algérie, où il a rencontré le président Abdelmadjid Tebboune et d’autres hauts responsables de l’État.

Que cette tâche soit confiée au ministre de la Culture peut paraître anodin, mais il semble que Paris ait le souci de présenter sa démarche comme patriotique et ancrée dans un contexte d’histoire nationale contrairement à ceux que d’indécrottables néo-colonialistes prétendent.

Un autre pas après la reconnaissance de l’assassinat de Maurice Audin (activiste communiste pro-libération), et la restitution de crânes de combattants algériens. Suffisant pour calmer la colère d’Alger après les propos incendiaires du président français ?

Techniquement, même si la presse ne s’y attarde pas longuement aujourd’hui, il s’agit d’archives du conflit uniquement et non de la période coloniale dans son ensemble. Donc il faut s’attendre à des justifications sur le plan français dans de nombreux dossiers du fait de la guerre.

Il eut été plus productif notent certains observateurs, d’avoir les cartes des lieues des essais nucléaires pour nettoyer les sites actuels qui tuent encore. Ainsi que les cartes des terrains minés pendant l’occupation et le retour du canon Baba Merzoug par exemple.

L’admission des crimes perpétrés contre les Africains prend un temps inimaginable quand d’autres de second plan sont mis en avant rituellement chaque année et ont même obtenu d’interminables compensations.

À Alger, on observe le jeu descendre et monter sans saisir ni rejeter pour le moment. Toutefois, une chose révélatrice, l’ambassadeur algérien en France est toujours … à Alger.

Aldjazair.org, 11/12/2021

#algérie #france #macron #archives