Maroc: Appel à libérer les prisonniers politiques du Rif

Maroc: Appel à libérer les prisonniers politiques du Rif – Hirak, Parlement Européen,

BRUXELLES – Des membres du Parlement européen ont appelé le gouvernement marocain à libérer immédiatement et sans condition tous les prisonniers politiques du Rif et de garantir leurs sécurité et bien-être.

Dans une lettre adressée vendredi au gouvernement marocain, 30 membres du Parlement européen ont exprimé leur « plus grande préoccupation concernant la situation des droits de l’homme au Royaume du Maroc et en particulier dans la région du Rif ».

« Depuis 2016, lorsque le mouvement du Hirak dans le Rif a éclaté après la mort du poissonnier Mohcine Fikri, la région a malheureusement été le témoin d’un large éventail de violations des droits de l’homme, selon des organisations internationales et locales de la société civile », a révélé le document.

Le Parlement européen a précisé que « la liberté d’expression est particulièrement soumise à de fortes pressions. Les journalistes et les citoyens qui critiquent ouvertement les autorités au sujet de la corruption généralisée et de l’absence des droits de l’homme fondamentaux dans le pays encourent le risque d’être poursuivis ».

Il a indiqué que « de nombreux militants du Hirak, tels que le finaliste du Prix Sakharov, Nasser Zefzafi, Mohamed Jelloul et Nabil Ahamjik, sont toujours emprisonnés pour des raisons politiques. Des journalistes comme Taoufik Bouachrine, Omar Radi et Imad Stitou ont été condamnés à l’issue de procès douteux, selon des rapports d’observateurs crédibles comme ceux de la Commission européenne et d’Amnesty International ».

L’instance européenne a rappelé Rabat de sa précédente correspondance du 4 septembre 2020, adressée à l’ancien gouvernement et qui insiste sur la nécessité de « respecter toutes les conventions des Nations unies relatives aux droits de l’homme auxquelles le Maroc a adhéré ainsi que les dispositions essentielles en matière de droits de l’homme, des accords conclus entre le Royaume et l’Union européenne, et de prendre note des appels répétés de diverses ONG telles que l’Organisation Liberté et Droits de l’Homme ».

Le Parlement européen a appelé le Maroc à saisir l’opportunité de l’installation du nouveau gouvernement pour « prendre une nouvelle direction en ce qui concerne le respect de ses engagements dans le domaine des droits de l’homme et de la réforme démocratique ».

#Maroc #ParlementEuropéen #Rif #Hirak