L’UE exclut les coupures de gaz en Espagne

L’UE exclut les coupures de gaz en Espagne – Maroc, Algérie, gazoduc, Medgaz,

Il y a un mois, l’Espagne s’est retrouvée sans sa principale voie d’accès au gaz naturel via des pipelines. Le 1er novembre, le gazoduc Maghreb-Europe (GME) a ​​été fermé, qui alimentait jusqu’alors le système gazier espagnol, reliant les champs algériens à Cadix, en passant d’abord par le Maroc. La fermeture du gazoduc est une conséquence de l’affrontement diplomatique entre l’Algérie et le Maroc à cause du Sahara occidental, mais l’Espagne est devenue la principale touchée.

L’Algérie est de loin le plus grand fournisseur de gaz de l’Espagne, couvrant ces dernières années environ un tiers de l’approvisionnement du pays, bien que cette année, ce poids soit passé à près de la moitié du total. Le gouvernement algérien a donné à l’Espagne toutes les garanties que tout l’approvisionnement en gaz engagé arrivera par l’autre gazoduc qui relie directement l’Algérie et Almeria (Megdaz) et par des navires. Et même Alger a garanti qu’une demande supplémentaire de gaz plus élevée serait satisfaite si nécessaire.

Le Gouvernement, l’exploitant du système gazier Enagas et les grandes entreprises du secteur confirment qu’il n’y a pas de risque pour l’approvisionnement en gaz malgré la fermeture du gazoduc et qu’il n’y aura pas de problèmes lors des pics de demande en hiver. L’Union européenne va plus loin et exclut même qu’il y aurait des coupures d’approvisionnement en gaz en Espagne même si le boulon de l’Algérie était total, même si le gazoduc Medgaz était également coupé et que le pays nord-africain suspendait également ses exportations par bateau.

TEST DE STRESS
L’Union européenne réalise périodiquement une sorte de stress test avec lequel elle simule des situations extrêmes d’interruption d’approvisionnement pour calibrer la sécurité du système gazier continental. Les tests permettent d’étudier les conséquences de différents scénarios extrêmes et les mesures qui pourraient être adoptées pour éviter les risques d’approvisionnement pour les ménages européens. L’un des 20 scénarios de risque envisagés dans l’étude récemment publiée est la fermeture de toutes les exportations algériennes vers l’Europe, à la fois par pipeline et par bateau, et la conclusion est que ni l’Espagne ni aucun autre pays européen ne seraient exposés à un risque de réduction de la consommation. .

L’étude sur la sécurité d’approvisionnement a été préparée par le Réseau européen des gestionnaires de réseau de transport de gaz ( ENTSOG ), dans lequel est intégrée la société espagnole Enagás, et trois sous-scénarios sont pris en compte pour chaque scénario de risque : que l’interruption d’approvisionnement dure deux mois et se concentre en période de forte demande hivernale ; qui se produit pendant deux semaines de consommation exceptionnellement élevée ; ou que cela ne dure qu’un jour, mais que ce n’est que le jour de pointe de la demande de l’année.

Pour les trois sous-scénarios proposés dans le cas où l’Algérie fermerait totalement la vente de gaz, l’Union européenne prédit que ni en Espagne ni dans aucun autre pays européen ne subiraient de coupures d’approvisionnement grâce à la solidarité entre les pays européens et à la flexibilité du infrastructures gazières continentales.

Et c’est que l’approvisionnement serait garanti grâce à l’utilisation temporaire des réserves de gaz dans les entrepôts, à l’utilisation exceptionnelle des réserves des usines de regazéification, à une augmentation de la capacité d’importer du gaz vers l’Europe via d’autres gazoducs (de Russie , Norvège, Libye ou à travers la mer Caspienne). Les différentes options seraient plus ou moins intenses selon le sous-scénario envisagé.

L’importation de gaz naturel liquéfié par navire sur des marchés autres que l’Algérie, par exemple, il est entendu qu’elle ne pourrait être activée de manière pertinente que trois semaines après le boulon total, ce n’est donc qu’un outil viable pour le sous-scénario dans lequel l’interruption des importations dure deux mois.

UNE VRAIE SIMULATION
Dans son rapport, l’ENTSOG considère comme un scénario théorique la fermeture du gazoduc Maghreb-Europe, qui a en réalité eu lieu il y a un mois. L’Union européenne écarte les problèmes d’approvisionnement en Espagne et dans d’autres pays méditerranéens dus à la fermeture du GME et signale comme solutions correctives les mesures actuellement adoptées : le détournement d’une partie du flux de gaz vers l’autre gazoduc avec l’Espagne (Medgaz) et au tube avec l’Italie (Transmed) et l’augmentation des importations de gaz naturel liquéfié par bateau.

L’Espagne a déplacé Medgaz le flux de gaz qui a cessé de passer par le GME fermé. Le problème est que tout le gaz en provenance d’Algérie ne passe pas par le seul gazoduc encore en fonctionnement. Selon des sources de l’industrie, les entreprises espagnoles ont des accords d’achat de gaz d’environ 11 500 millions de mètres cubes de gaz par an. La capacité de Medgaz – le gazoduc qui continuera à fonctionner – est actuellement de 8 milliards de mètres cubes et sera portée à 10,7 milliards de mètres cubes en janvier.

Le reste de l’approvisionnement en provenance d’Algérie qui ne passe pas par le tube Medgaz devra être expédié par bateau, ce qui est plus cher. Selon l’accord du secteur gazier, l’Espagne pourrait être touchée par une augmentation des prix du gaz en raison de devoir augmenter ses importations par bateau, mais il n’y a pas de risque d’approvisionnement face à l’hiver.

L’Espagne a activé un plan de choc pour augmenter le nombre de navires qui apporteront du gaz au pays et a décrété une augmentation obligatoire des réserves pour l’hiver. Après avoir organisé deux ventes aux enchères de créneaux extraordinaires, Enagás a attribué un total de 136 créneaux de déchargement de navires dans les usines de regazéification, un chiffre bien supérieur aux 86 navires arrivés l’hiver dernier.

Le Gouvernement a décrété une augmentation des réserves obligatoires de GNL dans le pays pour l’hiver, de 3,5 jours de consommation qui étaient nécessaires à 4 jours en décembre et février et 5,5 jours en janvier. Quoi qu’il en soit, selon les données d’Enagás, au cours du mois d’octobre, davantage de gaz a été injecté dans les installations de stockage souterraines et elles sont déjà à 81 % de leur capacité. Et la contractualisation des réservoirs de GNL dans les usines de regazéification espagnoles a atteint à plusieurs reprises 100% de la capacité contractée dans les usines de stockage. Au total, les stocks sont suffisants pour couvrir plus de 40 jours de consommation dans le pays.

SOLIDARITÉ ENTRE LES PAYS
Les « guerres du gaz » successives entre la Russie et l’Ukraine entre 2006 et 2009 ont mis l’Union européenne en alerte face au danger réel qu’elles représentaient pour l’approvisionnement du continent. Depuis, l’UE élabore une stratégie de renforcement de la sécurité d’approvisionnement en gaz à travers deux règlements (approuvés en 2010 et 2017), fondée sur l’adoption de mesures communes et coordonnées en cas de crise et fondée sur le principe de solidarité entre les pays . Les États membres de l’UE doivent aider leurs voisins en cas de crise pour éviter toute possibilité de coupure de gaz aux ménages européens.

Le règlement communautaire sur la sécurité du gaz prévoit également l’obligation pour l’ENTSOG de réaliser tous les quatre ans ces stress tests qui sont des simulations de différentes interruptions d’approvisionnement. L’association des opérateurs de gazoducs de l’UE a déjà rédigé un premier rapport partiel en 2017 et l’a élargi en 2020, mais c’est maintenant qu’elle a publié la première étude complète avec tous les différents scénarios de crise possibles.

Cvbj.biz, 08/12/2021

#Algérie #Maroc #Espagne #Gaz #Gazoduc