Maroc: L’armée espagnole au Rocher de Badis et aux Zaffarines

Maroc: L’armée espagnole au Rocher de Badis et aux Zaffarines – Espagne, Velez de la Gomera, Illas Chafarinas,

Les commandants de l’armée visitent les avant-postes rocheux à côté du Maroc pour « améliorer » la présence militaire.
Les autorités se rendent dans les enclaves de Vélez de la Gomera, d’Al Hoceima et des îles Chafarinas après l’annonce d’une série de réformes visant à améliorer les communications et les bâtiments dans lesquels résident les militaires.

Vélez de la Gomera, Al Hoceima et les îles Chafarinas ; des enclaves de souveraineté espagnole proches du Maroc que Rabat revendique et qui, de temps à autre, représentent un point de friction entre le royaume alaouite et l’Espagne. Le dernier, au détriment d’une ferme piscicole installée dans les eaux contestées. Dans le contexte de la récente crise diplomatique entre les deux pays, des spéculations ont été faites sur un éventuel retrait de la force que l’armée espagnole maintient en permanence à tous ces points. Mais les mouvements militaires vont dans la direction opposée, vers un renforcement des capacités matérielles qui soutiennent les troupes. Les commandants de l’armée les ont visités pour vérifier leur état actuel.

Le général Enrique Millán Martínez, chef de la direction des casernes de l’armée, s’est rendu à Al Hoceima, Vélez de la Gomera et Chafarinas avec d’autres commandants de l’armée dans le but de « connaître et d’étudier les possibilités d’améliorer la qualité de vie » des soldats qui y sont déployés. Il s’agit de points stratégiques en raison de leur position géographique, où se dressent de vieux bâtiments, de petites « villes » qui rappellent l’époque où l’Espagne était souveraine sur le Maroc et qui abritaient une vie civile active.

Aujourd’hui, ces enclaves sont loin de cette agitation, mais la présence espagnole est constante. Les forces militaires sauvegardent leur souveraineté et maintiennent les conditions d’habitabilité des installations qui ont résisté au passage du temps et à l’usure du temps. Dans certains cas, cependant, il n’est pas possible de protéger les infrastructures en raison de leur détérioration.

C’est le cas des cimetières de Vélez de la Gomera et d’Al Hoceima, dont les dépouilles mortelles risquaient fort de tomber dans la mer. Pour cette raison, l’armée a pris la décision d’exhumer les corps et de les transférer dans un cimetière de Melilla. L’annonce a été faite en pleine crise entre le Maroc et l’Espagne, suite à l’entrée illégale de milliers de personnes à Ceuta, et a suscité des rumeurs d’un possible retrait des militaires comme un clin d’œil de la Moncloa pour apaiser le royaume alaouite.

Les rochers près du Maroc
Mais rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Comme l’a rapporté Vozpópuli, l’armée est plongée dans un plan de renforcement de ses capacités sur les rochers et les îles espagnoles qui se trouvent à proximité de la côte marocaine – et qui sont même reliés par un isthme dans le cas d’Al Hoceima. Ainsi, elle a installé une batterie d’antennes pour améliorer les communications sur place et éviter les « problèmes » de « souveraineté de ces territoires », comme l’indiquent les rapports établis par le Quartier général des systèmes d’information, de télécommunications et d’assistance technique.

Mais l’objectif est également d’améliorer les conditions de vie des bâtiments dans lesquels vivent les soldats, qui ont été gravement touchés au fil des ans. Des photographies des installations montrent la menace d’effondrement de certaines pièces, ainsi que la présence de champignons et d’humidité. Les rapports militaires admettent les « graves problèmes structurels affectant la sécurité des personnes ». C’est pourquoi un budget de 170 000 euros a été engagé pour sa rénovation imminente.

Et toutes ces améliorations, c’est ce que le général Millán et d’autres commandants de la sous-inspection générale de l’armée et du commandement de Melilla ont pu constater lors de leur visite à Al Hoceima, Vélez de la Gomera et aux îles Chafarinas. Tout cela dans le but de « connaître et d’étudier les possibilités d’améliorer la qualité de vie » des militaires stationnés dans les enclaves espagnoles, selon la Direction des casernes de l’armée sur ses réseaux sociaux.

Voz Populi, 04/12/2021

#Maroc #Espagne #Rocher_Badis #Velez_Gomera #Islas_Chafarinas #Iles_Zaffarines #Armée_espagnole