L’Espagne a besoin d’immigrants. Mais en veut-elle encore ?

L’Espagne a besoin d’immigrants. Mais en veut-elle encore ? – Main d’oeuvre, étrangers, Maroc, Afrique subsaharienne,

Un pays européen inhabituellement accueillant a changé d’avis.

C’est la saison des mers calmes au large du Sahara, et chaque semaine, plusieurs centaines de migrants africains débarquent sur les côtes des îles Canaries, serrés dans des bateaux de pêche ouverts. Certains d’entre eux, notamment ceux du Mali, fuient la violence. Beaucoup d’autres sont des migrants économiques, attirés par la perspective de salaires bien plus élevés en Europe, s’ils parviennent à s’y rendre. C’est un voyage dangereux : au moins 900 migrants sont morts sur cet itinéraire depuis le début de l’année. Mais la plupart de ceux qui parviennent aux Canaries finissent par rejoindre l’Espagne continentale. Ils y trouvent un pays dont l’accueil traditionnel des immigrants montre des signes de tension.

L’Espagne moderne a acquis une population d’immigrés plus tard et plus soudainement que les autres pays d’Europe occidentale. En 1998, on comptait à peine 1,2 million de résidents nés à l’étranger ; en 2010, ils étaient 6,6 millions (sur une population totale de 47 millions). Beaucoup sont rentrés chez eux pendant la crise économique de 2008-2012. Aujourd’hui, leur nombre augmente à nouveau, pour atteindre 7,2 millions l’année dernière. La première vague s’est facilement intégrée : l’économie était en pleine croissance et les plus gros contingents étaient originaires d’Amérique latine hispanophone et de Roumanie, qui présente des similitudes culturelles et religieuses avec l’Espagne. Ils étaient également nombreux à venir du Maroc, où l’Espagne était la puissance coloniale dans le nord du pays.

Ces dernières années, la plupart des nouveaux arrivants ne sont pas venus par la mer mais par les aéroports, en tant que personnes ayant dépassé la durée de validité de leur visa, et beaucoup viennent d’Amérique latine. Ils sont de plus en plus nombreux à venir d’Afrique. Après une précédente vague d’arrivées aux Canaries en 2006, l’Espagne a signé des accords avec le Maroc, la Mauritanie et le Sénégal, en vertu desquels ces pays reprendraient leurs migrants en échange d’une aide et d’une participation aux patrouilles maritimes. Mais les expulsions ont été interrompues pendant la pandémie. Quoi qu’il en soit, les trois gouvernements africains sont réticents, en particulier celui du Maroc, qui a un différend de longue date avec l’Espagne au sujet du Sahara occidental et qui, en mai, a permis à quelque 8 000 migrants de passer à Ceuta, une enclave espagnole.

Au cours des deux dernières années, les arrivées aux Canaries ont parfois dépassé les capacités d’accueil. Les Algériens débarquent sur la côte méditerranéenne de l’Espagne et aux Baléares. Cette année, pour la première fois, trois des cinq premières nationalités de demandeurs d’asile sont africaines. De nombreux Africains se rendent dans le reste de l’Europe. Mais ils sont de plus en plus visibles dans les villes espagnoles. Il faut normalement trois ans pour obtenir un permis de travail. Entre-temps, certains travaillent comme manteros, des vendeurs de rue qui exposent leurs marchandises sur des couvertures posées sur le trottoir. Ils sont confrontés au racisme et au harcèlement de la police, se plaint Malick Gueye d’une association de manteros à Madrid.

Tout cela fait les gros titres, surtout dans un climat politique modifié. Vox, un parti de droite dure qui dispose désormais de 52 des 350 sièges du parlement, a fait irruption sur la scène en 2017 en réponse à la menace séparatiste en Catalogne. Mais à mesure que celle-ci s’est estompée, il a de plus en plus fait campagne contre l’immigration irrégulière. Pour une élection régionale à Madrid en mai, il a posé des affiches opposant le coût de la prise en charge des migrants mineurs non accompagnés aux pensions des Espagnols âgés. Paradoxalement, Vox réussit particulièrement bien dans les zones situées le long de la côte méditerranéenne, où les agriculteurs dépendent de travailleurs marocains et d’autres Africains pour les récoltes.

« Le racisme n’est pas le monopole de Vox », mais les racistes se sentent renforcés par sa position, affirme M. Gueye. Les signalements d’agressions racistes ont augmenté, même si elles restent rares. « Il y a un terreau favorable à la haine en Europe dont l’Espagne n’est pas exempte », affirme Jesús Perea, vice-ministre de la migration.

L’un des premiers actes de Pedro Sánchez, le Premier ministre socialiste, lors de sa prise de fonction en 2018, a été d’accueillir un bateau de 630 immigrants bloqués au large de l’Italie. Les routes migratoires s’étant à nouveau déplacées vers l’ouest, le gouvernement se montre désormais plus prudent. « Nous devons trouver un équilibre entre sécurité et solidarité », déclare M. Perea. Il reste optimiste. « L’attitude générale au jour le jour en Espagne est meilleure que dans d’autres pays d’Europe », affirme-t-il. Les Espagnols se souviennent que nombre d’entre eux ont émigré dans les années 1950 et 1960 à la recherche d’une vie meilleure. Le fait que les immigrants soient répartis sur l’ensemble du territoire plutôt que concentrés dans des ghettos est également un atout. Dans un récent sondage, 56 % des Espagnols voyaient l’immigration d’un bon œil.

L’Espagne est confrontée à un test et à un choix. Le test consiste à s’assurer que la deuxième génération, dont le nombre ne fait que croître, s’intègre avec succès. Un avertissement est venu en 2017 avec les attaques terroristes en Catalogne perpétrées par un groupe de jeunes hommes arrivés du Maroc alors qu’ils étaient petits. Ils étaient apparemment bien intégrés. Ils parlaient catalan, avaient un emploi et jouaient dans une équipe de football locale, mais ont été recrutés par un prédicateur djihadiste. Cependant, de tels cas sont rares. Une enquête menée en 2014 n’a trouvé « aucun indicateur de rejet culturel […] chez les immigrants ou leurs enfants ». Des études plus récentes ont constaté un risque plus élevé que les enfants d’immigrés abandonnent l’école. Peu d’emplois supérieurs sont occupés par des immigrants africains ou leurs enfants, les modèles sont donc rares.

La question est de savoir s’il faut admettre davantage d’immigrants. Certains disent que l’Espagne en a besoin. Plus encore que dans la plupart des pays riches, le taux de fécondité en Espagne a chuté, passant de trois enfants par femme en 1964 à 1,2 aujourd’hui. À l’avenir, moins de travailleurs devront donc subvenir aux besoins de beaucoup plus de retraités, à moins que l’Espagne ne relève l’âge de la retraite ou n’accueille davantage de jeunes immigrants, ou les deux. Le gouvernement estime que, même s’il parvient à aligner l’âge effectif de la retraite sur l’âge légal, qui est progressivement porté à 67 ans, l’Espagne aura besoin de 6 à 7 millions de travailleurs supplémentaires d’ici 2040 pour faire face à la facture des retraites. Quelque 250 000 personnes par an devront venir de l’étranger.

De nombreux Espagnols restent accueillants. Après une campagne menée par les ONG, le gouvernement a facilité, en octobre, l’obtention d’un permis de travail pour les jeunes migrants qui ont 18 ans et quittent les centres d’accueil. « Ces jeunes ne devraient pas avoir à errer dans les rues pendant trois ans jusqu’à ce qu’ils obtiennent des papiers », déclare Emilia Lozano, une commerçante à la retraite qui a organisé des lits et des formations pour certains. Les petites villes de l’intérieur du pays, qui se dépeuplent, veulent que les immigrants gardent leurs écoles, leurs magasins et leurs bars ouverts. Même si la société espagnole a radicalement changé en une génération, le pays est resté généralement facile à vivre. Cela peut continuer, mais cela demandera plus de travail.

The Economist, 04/12/2021

#Espagne #Immigration #Etrangers