Maroc-entité sioniste : Les dessous d’une normalisation

Israël, Algérie, Sahara Occidental – Maroc-entité sioniste : Les dessous d’une normalisation

L’un des objectifs non avoué dans la normalisation des relations entre le Maroc et l’entité sioniste « est de s’équiper en instruments de renseignement et de manipulation », explique M’hand Berkouk analyste- spécialiste des questions géopolitiques.

Notre voisin de l’ouest cherche, dit-il, « à se doter de logiciel d’espionnage et de renseignement produits par d’autres compagnies israéliennes outre que Pegasus qui lui a fourni un matériel destiné à attaquer les téléphones intelligents sous IOS et Android ».

Pour lui, « le Maroc est également intéressé par le recours à des lobbys sionistes très présents dans les médias ».
Pour preuve, il cite «la couverture médiatique très exceptionnelle réservée au protocole d’accord sécuritaire et militaire entre Rabat et l’Entité sioniste. Une médiatisation qui aussi pour but de convaincre l’opinion interne marocaine». Et d’ajouter, « l’exploitation d’un certain nombre de dossiers par le royaume sur les réseaux sociaux a, elle aussi, pour objectif de vulgariser la formation en matière de guerre ou de cyber-attaque contre des cibles à l’intérieur de certains pays notamment l’Algérie ». Il existe, selon lui, «pas moins de 79 acteurs qui activent dans ce cyberespace. Ils ont été identifiés comme étant source d’attaque de notre pays », soulignant qu’ « il faut s’attendre à une forte convergence d’intérêts entre l’entité sioniste, le Maroc et l’argent du sionisme mondiale ».

Il est question, affirme Berkouk, « de donner une autre dimension à cette normalisation à travers des investissements au Sahara occidental. On comprend mieux, dès lors, les dessous de l’accord qui sera bientôt signé pour l’exploration en offshore de la zone exclusive du Sahara occidentale ». Il fait dans ce sillage remarquer que « les lobbys politiques en Occident, notamment, en France seraient des relais de soutiens très importants pour le Maroc qui est connu pour sa politique de propagande sur les réseaux sociaux ».

Il explique que « c’est tout un travail d’endoctrinement, sous des dénominations différentes, qui est fait pour tenter de déstabiliser la région et créer des opinions contre le Sahara Occidental et les positions immuables de notre pays ».

« Cette stratégie d’action dont, l’objectif principal est la déstabilisation de la région et nuire à l’ image de l’Algérie, intervient à travers la diffusion de vidéos sur la base de fakes news et d’intox », précise le politologue pour qui « ces informations rarement fiables qui ne cessent de se propager visent à nuire à nos intérêts et à notre rôle pionnier dans la région d’Afrique et du monde arabe ».

Outre cette stratégie bien connue, le Maroc n’hésite pas à instrumentaliser des milieux séparatistes pour déstabiliser l’Algérie. Il en veut pour preuve, « les émissions diffusées régulièrement sur les ondes de la Radio Tanger qui a participé au financement de l’encadrement du mouvement séparatiste en Algérie et à créer les conditions de son insertion dans cette stratégie de déstabilisation ».

Assia Boucetta

Horizons, 30/11/2021

Lamamra à Propos de la normalisation israélo-marocaine : «Nous avons l’impression qu’une guerre nous est déclarée»

Le ministre des Affaires étrangères et de la  Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, a dénoncé la poursuite de la « série de complots » contre l’Algérie pour la faire dévier de son rôle historique depuis l’indépendance en soutien aux mouvements de libération en Afrique et en Asie, et ce, en lui créant des problèmes de l’extérieur comme de l’intérieur.

« L’Algérie se considère actuellement comme un Etat en confrontation avec l’entité sioniste que nous combattions aux côtés de nos frères arabes,  après que les sionistes sont arrivés à nos frontières et concluent des accords militaires, sécuritaires et de renseignement avec le voisin, le  frère et l’ami », a indiqué M. Lamamra dans une interview publiée, ce lundi, par le quotidien « Al Qods Al arabi ».

En dépit de son absence, des années durant, de la scène arabe et internationale notamment durant la décennie noire, l’Algérie a repris, grâce au récent Hirak populaire et à la prise des commandes par des Hommes suite à des élections intègres, le chemin de l’efficacité et l’influence sur les plans régional et international », a poursuivi le Chef de la  diplomatie algérienne. Selon le ministre, la relation du Maroc avec l’entité sioniste et son impact sur la cause sahraouie ainsi que la relation entre l’entité sioniste et la cause palestinienne à la lumière de la normalisation arabe « traceront les contours d’un nouveau monde arabe ».

« Si l’Algérie se trouvait encerclée et sa sécurité interne déstabilisée, les partisans de la normalisation seront ravis d’éliminer l’obstacle de l’Algérie qui refuse la normalisation par principe », a-t-il dit. Et d’ajouter : »à partir de là, il nous paraît que les choses sont plus délicates. Contrairement à ce qui s’est passé en 1975 où c’est le régime qui était visé, aujourd’hui c’est l’Algérie qui est visée en tant que Nation ainsi que son unité nationale, sa souveraineté, son indépendance nationale et son intégrité territoriale. Actuellement, le danger est plus important, nous avons l’impression qu’une guerre nous est déclarée. Toutes les démarches prises sont des mesures défensives en vue de préserver la sécurité de notre pays ».

Selon M. Lamamra, « l’idée d’utiliser la carte du Sahara occidental pour renforcer le Maroc et affaiblir l’Algérie est toujours d’actualité. La  question a ressurgi à nouveau suite aux affaires de terrorisme et de Hirak populaire en Algérie en pensant que l’Algérie est occupée par ses affaires  internes ». Le Maroc est désormais animé d’une conviction stipulant que les Nations unies ont cédé aux instigations de la France et des Etats-Unis, et  abandonné l’idée de classer la crise comme une question de décolonisation, mais plutôt de question ayant trait à des différends locaux pouvant être réglés à travers l’octroi de l’autonomie aux sahraouis, a ajouté M. Lamamra, précisant qu’il s’agit là d’un reniement de l’ONU d’un de ses  principaux principes, à savoir l’octroi de l’indépendance aux peuples et aux territoires occupés comme le prévoit la résolution 1514 de 1960.

«L’Algérie ne renoncera pas au droit à l’autodétermination des peuples palestinien et sahraoui»

« Le Maroc est conscient de l’impossibilité d’imposer sa vision au sujet du Sahara occidental, tant qu’une forteresse inébranlable subsiste, l’Algérie, qui soutient le droit des peuples sahraoui et palestinien à l’autodétermination », a indiqué le chef de la diplomatie algérienne. « L’Algérie ne compte, ni maintenant ni à  l’avenir, abandonner ce principe. C’est pourquoi un plan visant l’Algérie a  été relancé une nouvelle fois », a-t-il souligné, relevant que le statu quo ne peut pas être imposé au Sahara occidental même après la reconnaissance de Trump ou  quiconque d’autre, et ce, tant que l’Algérie soutient le peuple sahraoui dans sa lutte pour le droit à l’autodétermination. M. Lamamra a fait état, par ailleurs, d’une propagande qui tente de déformer la vraie image de l’Algérie, relevant que certains ont des lobbies étrangers en France et aux Etats-Unis pour noircir l’image de l’Algérie et blanchir celle du Maroc. Il a souligné que « l’Algérie n’accepte jamais que le Maroc l’utilise pour réaliser ses intérêts, car nous sommes un pays qui a des principes et nous ne prenons pas de mesures de riposte. La question de protection de notre sécurité nationale est une priorité ».

« Les mesures prises par l’Algérie, notamment la rupture de ses relations avec le Maroc et l’arrêt du passage du gaz par le Maroc s’inscrivent dans  cette vision. Ces positions et décisions sont appuyées par le peuple algérien qui est conscient que son pays est ciblé », a indiqué le ministre,  relevant que tout ce qui arrive à l’Algérie et conduit à sa faiblesse aura des répercussions sur les questions palestinienne et sahraouie. M. Lamamra a annoncé, dans ce cadre, une visite en Algérie du président palestinien Mahmoud Abbas avant la fin de l’année en cours.  Concernant la question de la tenue du sommet arabe en mars prochain en  Algérie, M. Lamamra a fait état de parties « qui œuvrent à saper le prochain sommet. En cas d’échec ils tenteront d’affaiblir la représentation (…) ». En dépit de ces tentatives, l’Algérie, poursuit M. Lamamra, « jouit d’une crédibilité plus importante auprès des peuples arabes comparée aux tenants  de la théorie selon laquelle chaque pays s’occupe de ses affaires à sa guise loin de toute coordination collective, à l’instar des pays de  normalisation dont le Maroc qui mettent leurs intérêts au dessus de toute autre considération ».

« La position de l’Algérie demeure une position équilibrée sur la paix avec Israël. Nous croyons qu’une paix raisonnable doit au moins être fondée sur l’Initiative de paix arabe et le principe de la terre contre la paix, et l’établissement d’un Etat palestinien avec El-Qods Est comme capitale. »

Le chef de la diplomatie algérienne a conclu que l’Algérie n’abondera pas sa Mémoire, son histoire et ses principes. « Nous savons qu’il y a un prix à  payer, mais le destin de l’Algérie est de rester fidèle à ses principes, son histoire et la Mémoire de ses martyrs qui se sont sacrifiés pour que leur pays demeure libre, souverain, indépendant et un appui pour les opprimés. »

Horizons, 29/11/2021

#Maroc #Algérie #Israël #Sahara_Occidental #Normalisation #Lobby_sioniste