Amnesty: Présence de Pegasus dans le portable de Mahjoub Mleiha

Amnesty International, Sahara Occidental, Maroc, CODESA – Amnesty: Présence de Pegasus dans le portable de Mahjoub Mleiha

Amnesty International a confirmé l’utilisation de Pegasus pour espionner Mahjoub Mleiha, membre du collectif des défenseurs des droits humains sahraouis au Sahara occidental

Selon son rapport technique publié le : 23.11.2021, le laboratoire de sécurité d’Amnesty International a confirmé l’utilisation de Pegasus, un logiciel espion du groupe israélien NSO pour espionner le téléphone personnel de Mahjoub Mleiha, défenseur des droits humains sahraoui et président du Comité de Relations extérieures de CODESA.
Le laboratoire est arrivé à cette constatation inquiétante après avoir évalué et analysé le téléphone de Mahjoub Mleiha. En fait, l’expertise montre l’existence de ce logiciel dans le téléphone de Mleiha depuis au moins un an ; ce que CODESA considère comme :

+ Une menace directe sur la vie de Mahjoub Mleiha et de ses camarades de la même organisation.

+ Une forme de répression systématique contre les militants de ladite organisation, qui s’inscrit dans le même cadre que les enlèvements, détentions, condamnations, tortures, coups, pillages, et siège de maisons.

CODESA insiste sur :

+ La Résolution 167/68 de l’Assemblée générale, selon laquelle le droit international des droits de l’homme fournit le cadre global à la lumière duquel toute ingérence dans la vie privée doit être évaluée, et qui renforce le droit à la vie privée et à la protection, y compris le contrôle interne et externe ;

+ Le 2e alinéa de l’article 17 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, selon lequel : « Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles ingérences ou atteintes.

+ Article 12 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, selon lequel : « Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires ou illégales dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes illégales à son honneur et à sa réputation.

Par conséquent, CODESA;

1/ Exprime son inquiétude face à l’espionnage du téléphone d’Elmahjoub Mlaiha, visant sa vie privée et ses activités, en tant que Président du Comité des Relations Extérieures de CODESA :

2/ Dénonce les actes visant Elmahjoub Mlaiha et tous les membres de CODESA tels que :

+ Babouzid Lebaihi, le président, a été kidnappé, torturé et expulsé de son travail ;

+ Abdelkhalek Elmarkhi, secrétaire général, harcelé, diffamé, et dont le domicile familial est surveillé et assiégé :

+ Cheikh Banga, prisonnier politique, conseiller, condamné à 30 ans de prison dans le cadre de Gdim Izik ;

+ Ahmed Baali, conseiller, arrêté et battu ;

+ Ali Salem Tamek, conseiller, objet d’une campagne de dénigrement, dont la maison est surveillée en permanence ;

+ Lahbib Boutenguiza, conseiller, battu, agressé avec sa femme Mahfouda Lefqir et dont la maison est souvent assiégée ;

+ Atikou Berray, conseiller, harcelé :

+ Jamila Mojahid, membre du comité administratif, visé par des jets de pierres :

+ Zakaria Douih, membre du comité administratif, arrêté et battu ;

+ Soukina Yaya, membre du comité administratif, privée de son salaire depuis plusieurs mois

+ Khadija Saika, membre du comité administratif, battue et dont la maison a été attaquée à cause d’une fête (avec sa famille) en mémoire de son frère Brahim Saika, kidnappé et décédé ;

+ Khalid Boufrayoua, président du comité local (Guelmim), kidnappé et torturé ;

+ Jalal Bouchaab, un prisonnier politique, incarcéré et condamné avant de sortir de prison pour la période qu’il a passée, plus un mois avec sursis ;

+ Hamza Bouhriga, actuellement en détention, condamné à un an de prison.

+ Jamal Ahrouch, actuellement en détention, condamné à trois ans de prison.

3. Tient la force d’occupation marocaine responsable des pratiques humiliantes et dégradantes des civils, des défenseurs des droits humains, des blogueurs, des professionnels des médias et des prisonniers politiques sahraouis, de l’espionnage, des écoutes et de la diffamation dans le but d’affecter la vie privée et la vie personnelle des individus et mettre la pression sur eux.

4. Appelle l’ONU à protéger, avec tous ses outils et moyens légaux, les défenseurs des droits humains sahraouis, ainsi que tous les blogueurs et journalistes sahraouis, et à garantir leur droit à la protection contre les ingérences arbitraires dans leur vie privée et familiale, leur domicile , leur correspondance.

5. Salues vivement la lutte d’Amnesty International contre les logiciels espions avec lesquels les États ciblent les défenseurs des droits humains, les journalistes et les opposants politiques, et le travail qu’elle accomplit pour dénoncer diverses formes de violation des droits de l’homme commis contre des individus et des communautés dans différents pays du monde.

El-Aaiun / Sahara occidental occupé Date : 25 novembre 2021

Le collectif des défenseurs sahraouis des droits humains au Sahara Occidental

CODESA

#Amnesty_International #CODESA #Maroc #Sahara_Occidental #Pegasus #Espionnage