Documents CIA: Comment l’Espagne a quitté le Sahara

Sahara Occidental, Maroc, Front Polisario – Documents CIA: Comment l’Espagne a quitté le Sahara

La CIA déclassifie la raison pour laquelle l’Espagne a « abandonné » le Sahara
La CIA a déclassifié plus de 12 millions de pages d’informations, dont environ 12 500 entrées concernent l’Espagne.

Les rapports stratégiques et les câbles diplomatiques secrets reflètent la vision et l’influence du renseignement nord-américain sur l’avenir du pays à un moment clé de son histoire, comme la Transition.

Selon les documents, Juan Carlos Ier est devenu l’un des informateurs les plus précieux des États-Unis, révélant des informations confidentielles à son contact à Madrid, l’ambassadeur américain Wells Stabler.

De plus, Juan Carlos aurait accepté la livraison du Sahara occidental au Maroc. Le tout en échange du soutien américain pour devenir roi.

Milieu des années 70. La révolution des œillets triomphe au Portugal. En Italie, les communistes sont sur le point de faire partie du gouvernement.

En Grèce, la dictature militaire s’effondre. Et en Espagne, le dictateur Francisco Franco est dans le dernier. Les perspectives sont très préoccupantes pour les intérêts américains, qui voient leurs alliés s’affaiblir.

En plus de l’objectif global de freiner le communisme et le socialisme, pour les États-Unis, ce domaine est particulièrement important au niveau géostratégique.

En 1973, par exemple, les avions américains se dirigeant vers le Moyen-Orient pour soutenir Israël dans la guerre du Yon Kippour n’obtiennent que l’autorisation portugaise de se ravitailler, et il est probable que désormais ce ne sera plus le cas. Nous devons faire quelque chose.

En 1975, un projet secret de la CIA a été lancé dans le but de prendre la 53e province d’Espagne : le Sahara occidental.

Ce n’est pas seulement un territoire riche en phosphates, fer, pétrole et gaz, mais il est aussi très précieux au niveau géostratégique.

L’instabilité en Espagne due à la maladie du dictateur Francisco Franco est essentielle pour mener à bien cette opération qui consiste à envahir la province espagnole à travers une marche de quelque 350 000 citoyens marocains qui se poseraient en anciens habitants de la région.

Il s’agit bien évidemment de la fameuse Marche Verte.

Le 6 octobre 1975, les services de renseignement de l’armée espagnole informent le dictateur Francisco Franco de ces projets d’« invasion pacifique » du Sahara occidental et lui demandent de passer à l’action.

Et c’est là qu’entre en jeu Juan Carlos Ier, devenu un confident des États-Unis, envoyant des informations secrètes sur tous les mouvements que Franco a effectués dans la province du Sahara.

En d’autres termes, le prince de l’époque, Juan Carlos, a révélé des informations confidentielles sur les plans de l’Espagne dans le conflit du Sahara à une puissance étrangère qui jouait un rôle clé dans ledit conflit.

Certains appelleraient cela de la haute trahison.

De cette façon, Juan Carlos Ier est devenu un informateur pour les États-Unis à ce moment clé de l’histoire du pays, espérant ainsi gagner le soutien des États-Unis après la mort de Franco.

Il a réussi, et l’histoire de l’Espagne serait probablement bien différente s’il n’avait pas pris cette décision.

Le contact du Prince de l’époque était l’ambassadeur américain en Espagne, Wells Stabler, qui avait des contacts directs avec la Maison Blanche et avec le chef du Département d’État, Henry Kissinger, qui lui a communiqué à ce sujet dans l’un des documents désormais déclassifiés :

Vos contacts avec le prince doivent être traités avec la plus grande discrétion. Ces rapports sont extrêmement précieux pour les États-Unis et nous ferons de notre mieux pour nous assurer qu’ils sont traités de manière appropriée à l’avenir. » – Henry Kissinger

Le 31 octobre 1975, Juan Carlos assume la direction par intérim de l’État en raison de la maladie du dictateur Francisco Franco.

L’une des questions les plus urgentes à régler concerne la décision du roi Hassan II du Maroc de lancer une offensive pour revendiquer une province espagnole : le Sahara occidental.

Le jour même de son entrée en fonction dans ses nouvelles fonctions, Juan Carlos préside son premier Conseil des ministres et affiche son intention de prendre en charge la question du Sahara.

Mais il ne rapporte pas qu’il avait déjà envoyé son homme de main, Manuel Prado y Colón de Carvajal, à Washington afin d’obtenir le soutien nord-américain et ainsi éviter un conflit avec le Maroc qui pourrait lui coûter sa couronne tant convoitée.

De cette façon, Kissinger a négocié avec Hassan II et finalement le pacte secret serait signé par lequel Juan Carlos livrerait le Sahara espagnol au Maroc, en échange des États-Unis devenant son allié dans l’avenir complexe qui l’attend.

Le 2 novembre, Juan Carlos se rend dans la capitale du Sahara occidental, El Aaiiún, où il assure aux troupes espagnoles :

« Tout le nécessaire sera fait pour que notre Armée conserve intacts son prestige et son honneur.

Elle est même autorisée à dire aux officiers de ses troupes : « L’Espagne ne reculera pas, elle remplira tous ses engagements, elle respectera le droit des Sahraouis à être libres.

Et aussi : « Ne doutez pas que votre commandant en chef sera là, avec vous tous, dès le premier coup de feu.

Pourtant, il savait qu’il mentait. Il avait déjà convenu avec Hassan II des termes de la livraison du Sahara. Dans l’un des documents déclassifiés, l’ambassadeur américain en Espagne communique à Washington :

« Madrid et Rabat sont convenus que les manifestants n’entreront dans le Sahara espagnol que sur quelques kilomètres et qu’ils resteront un court instant à la frontière, où il n’y a plus de troupes espagnoles (…) Le prince [Juan Carlos] a ajouté qu’une délégation représentant une cinquantaine de Marocains sera autorisée à entrer dans la capitale territoriale d’El Aaiún ».

Le document montre également la crainte des renseignements nord-américains que la situation devienne incontrôlable :

« La zone où les manifestants ne sont pas censés marcher est clairement indiquée comme étant des champs de mines. Juan Carlos a déclaré que les forces espagnoles utiliseraient tous les moyens à leur disposition pour empêcher les Marocains de franchir cette ligne « … » Une fois que les manifestants auront franchi la frontière, la situation peut facilement devenir incontrôlable.

Enfin, le 6 novembre 1975, la Marche verte envahit la province espagnole.

Tout était préparé à l’avance. Les champs de mines et les légionnaires se retirent de la frontière. L’ONU, abasourdie par les événements, exhorte Hassan II à se retirer et à respecter le droit international.

Le Conseil de sécurité a statué en approuvant la résolution 380, dans laquelle il « déplore la tenue de la marche » et « exhorte le Maroc à retirer immédiatement du territoire du Sahara occidental tous les participants à la marche », ainsi qu’à lancer un appel au dialogue.

Cependant, tout était déjà convenu.

En pleine guerre froide, les États-Unis et la France aspirent à l’annexion marocaine du territoire, l’Algérie et le Front Polisario étant proches de l’Union soviétique.

Hassan II, qui traversait une situation politique interne complexe, a marqué un but pour l’équipe. Et l’Espagne a perdu un territoire clé, mais Juan Carlos Ier a gagné un règne. Tous heureux.

Sauf, bien sûr, les habitants du territoire en question, qui ont été les victimes collatérales de ce pacte/trahison, et dont les souffrances engendrées se sont poursuivies à ce jour.

UFO Spain, 30/01/2020

#Sahara_Occidental #Maroc #Espagne #Marche_verte #Etats_Unis #Juan_Carlos #Henry_Kissinger