Document. Guerre froide entre l’Algérie et le Maroc au Mali

Sahel, Bamako, Hassan Naciri, Marocleaks – Document. Guerre froide entre l’Algérie et le Maroc au Mali

Décidément, la guerre froide entre l’Algérie et le Maroc n’est pas un mythe. C’est une réalité palpable qui s’étend jusqu’au business et domaine économique. C’est en tout cas ce que tente de faire croire un document officiel provenant de l’ambassade du Maroc à Bamako au Mali.

Dans ce document officiel certifié et signé, un document révélé par le site Maroc Leaks, le diplomate marocain accuse le « lobby Algérien » d’être derrière les difficultés rencontrées par les opérateurs économiques marocains au Mali. Dans une lettre datée du 18 juin 2014, l’ambassadeur du Maroc explique à sa hiérarchie à Rabat les raisons des “difficultés d’ordre administratif et même judiciaire” que rencontrent au Mali plusieurs entreprises marocaines.

Le diplomate marocain accuse directement “le lobby pro-algérien pourrait être l’instigateur” de ces problèmes. Et pourtant, ce sont les autorités maliennes qui accusent la compagnie aérienne marocaine la RAM de ne pas avoir payé ses impôts.

La Banque Internationale pour le Mali (BIM s.a.), une banque malienne faisant partie depuis 2008 du groupe marocain Attijariwafa bank, était également en conflit avec son “syndicat qui a failli paralyser le réseau de la banque dans tout le pays ». Pour les diplomates marocains, il n’y a aucun doute : c’est l’Algérie qui est derrière tout ça ! Quelle sera la réaction des autorités algériennes face à ces nouvelles attaques ?

Algérie part, 10/03/2018

L’ambassadeur du Maroc au Mali accuse l’Algérie d’entraver les intérêts de son pays

Un courrier diplomatique signé par l’ambassadeur du Maroc à Bamako (Mali) et publié par le site électronique « Maroc Leaks » montre la crainte ldes autorités marocaines face à la présence algérienne au Mali et nombre de pays africains.

Le diplomate marocain, Hassan Naciri a accusé dans une correspondance -qui date de 18 juin 2014- les autorités algériennes d’être à l’origine des obstacles administratifs et judiciaires entravant les investissements marocains au Mali.

L’ambassadeur a cité en exemple le cas de le Banque Internationale pour le Mali créée en 2008, filiale de le Banque marocaine « Attijarawafa », don les différends on éclaté entre les fonctionnaires locaux de l’administration de la société mère sise au Maroc. A ce propos, il a encore prétendu qu’ »un lobby algérien serait derrière ces conflits ».

il s’agit en effet d’une correspondance adressée au ministère des affaires étrangères marocain qui faisait état des difficultés et des obstacles auxquels sont confrontés les investisseurs marocains au Mali. ce document attribué à l’ambassadeur du Maroc prétend qu’ »un lobby algérien aurait mis les bâtons dans les roues des investisseurs marocains! ».

Dans un autre registre, les sources médiatiques marocaines ont rapporté qu’il a été décidé de mettre fin aux fonctions de l’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union Européenne (UE).

Une décision qui reflète l’impact du coup de massue infligé récemment à Rabat par la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE). Celle-ci a déclaré, faut-il le rappeler, que l’accord de pêche conclu entre l’UE et le Maroc ne s’applique pas aux eaux territoriales du Sahara Occidental.

Algérie360, 14/03/2018

#Maroc #Algérie #Marocleaks #Mali #Sahel #Hassan_Naciri