Opérer dans l’ombre: la flotte de drones du Maroc

Maroc, Sahara Occidental drones, Bayraktar, Heron – Opérer dans l’ombre: la flotte de drones du Maroc

L’utilisation par le Maroc de véhicules aériens sans pilote (UAV) est un sujet entouré de secret depuis que le pays a acquis des drones pour la première fois à la fin des années 1980. Bien que ce secret entoure presque toutes ses acquisitions de défense, le Maroc a pris un soin particulier à révéler le moins possible les types de drones qu’il a achetés et où ils sont déployés. Mais à une époque où la plupart des gens possèdent des téléphones avec appareil photo et où les images satellite sont facilement disponibles, une quantité croissante d’informations sur les opérations de drones du Maroc devient lentement disponible.

La première expérience du Royaume dans l’exploitation d’UAV aurait commencé à la fin des années 1980, lorsqu’il a acquis plusieurs BAE Systems R4E SkyEyes aux États-Unis. [1] Pourtant, peu ou pas d’informations sont connues concernant leur utilisation ultérieure au Maroc, et ils pourraient avoir fait face à une retraite anticipée en raison de leur manque de fiabilité et des problèmes techniques rencontrés dans le fonctionnement de ces drones de première génération (des problèmes similaires ont entravé le fonctionnement des drones américains UAV General Atomics Gnat par la Turquie). [2]

Il faudra attendre 2013 pour que de nouveaux rapports d’acquisitions de drones marocains fassent surface, aboutissant finalement à l’acquisition de trois IAI Herons d’Israël un an plus tard. [3] Alors que le Maroc n’a reconnu Israël en tant qu’État qu’en 2020, les deux pays ont longtemps coopéré de manière informelle sur les questions de sécurité. Plusieurs années plus tard, il est devenu connu que le Maroc était intéressé par l’achat de trois EADS Harfang (une version de l’IAI Herion spécialement développée pour la France) que la France venait de retirer du service. Après une longue période de négociation, il apparaît que le Maroc a discrètement reçu ces systèmes en 2020. [4]

Déjà quelque temps auparavant, le Maroc aurait acquis quatre drones MQ-1A Predator non armés des États-Unis, bien qu’ils n’aient jamais été aperçus en service marocain. [5] Puis, en juin 2020, le Maroc serait en train d’acquérir quatre MQ-9B SeaGuardians ainsi que des kits d’équipe sans pilote (MUTK) qui permettraient aux hélicoptères d’attaque Apache AH-64E récemment acquis par le Maroc de collaborer avec la surveillance. drones en recevant le flux vidéo des drones à proximité. [6] [7] Au moment de la rédaction de cet article, on ne sait toujours pas si l’acquisition du MQ-9B SeaGuardian s’est réellement concrétisée.

La première acquisition (confirmée) de véhicules aériens sans pilote de combat (UCAV) par le Maroc a eu lieu la même année, lorsqu’il a pris livraison de trois ou quatre Wing Loong Is de fabrication chinoise. [8] Il est intéressant de noter que, plutôt que d’acheter directement les UCAV à la Chine, il semble que les Wing Loong Is aient plutôt été reçus en cadeau des Émirats arabes unis. Il ne faudrait pas longtemps avant que le Maroc mette à profit ses capacités de drones nouvellement acquises, utilisant apparemment un Wing Loong I pour assassiner le chef de la gendarmerie du Polisario dans le Sahara occidental contesté en avril 2021. [9] Il était prévu que le don du Wing Loong Is par les EAU conduirait à terme le Maroc à acquérir des drones supplémentaires du même type en provenance de Chine.

Mais plutôt que de s’installer sur des Wing Loong supplémentaires en provenance de Chine, l’armée de l’air marocaine a plutôt acheté 13 Bayraktar TB2 à la Turquie pour un montant estimé à 70 millions USD, prenant livraison du premier drone en septembre 2021. [10] Leur acquisition a été suivie d’une reconnaissance Hermes 900. Des drones d’Israël et peut-être plus surprenant, un type inconnu de munitions vagabondes qui doivent être fabriquées au Maroc. [11] [12] [13] Ces mêmes types ont été utilisés avec un grand succès lors de la guerre du Haut-Karabakh de 2020 aux côtés de l’Azerbaïdjan, et il semble probable que le Maroc vise à reproduire ces succès dans un futur conflit potentiel avec le Polisario au Sahara Occidental ou en Algérie.

Véhicules aériens sans pilote de surveillance

  •  IAI Heron [2014] (Trois auraient été acquis. Stationnés à la base aérienne de Ben Guerir avec des déploiements avancés à Dakhla au Sahara occidental)
  •  EADS Harfang [2020] (Trois acquis d’occasion en France en 2020. Version française de l’IAI Heron. Pas encore vu)
  •  Hermes 900 [2021] (Quatre auraient été acquis en 2021. Pas encore vu)
  • WanderB ( Censément acquis en 2021. Pas encore vu. Connu pour avoir été mis à l’ essai au Maroc en 2019)
  • ThunderB ( Aurait acquis en 2021. Pas encore vu)

Véhicules aériens de combat sans pilote

  •  CAIG Wing Loong I [2020] (Trois ou quatre exemplaires auraient été reçus en cadeau des Émirats arabes unis. Ils seraient stationnés à Laayoune au Sahara occidental)
  •  Bayraktar TB2 [2021]

Munitions vagabondes

  •  ThunderB / IAI HAROP [2021] ( Censément être permis produite au Maroc. Pas encore vu)

Documenté mais pas encore confirmé comme étant des drones américains en service

  •  MQ-1A Predator (Documenté par un certain nombre de sources. Pas encore vu)
  •  MQ-9B SeaGuardian (Documenté par un certain nombre de sources. Pas encore vu)

 Remerciements particuliers à Federico Borsari . 
[1] Base de données des transferts d’armes du SIPRI 

[2] HALUK BAYRAKTAR İNGİLİZ DÜŞÜNCE KURULUŞU RUSI’NIN PANELİNDE KONUŞTU 
[3] Le Maroc a acquis Heron d’IAI 

[4] Le Maroc reçoit les drones Harfang de France 

[5] Les Apaches marocains recevront une vidéo du prédateur MQ-1 

[6] Les États-Unis s’apprêtent à vendre des drones MQ-9B SeaGuardian au Maroc 

[7] Les Apaches marocains recevront une vidéo du prédateur MQ-1

[8] Marruecos también se ha dotado con UAVs armados chinos Wing Loong 1, captadas las primeras imágenes 

[9] La première utilisation d’un drone par l’armée marocaine met en évidence la vulnérabilité du Polisario 

[10] Le Maroc va acquérir 13 drones militaires Bayraktar TB2 de Turquie 
[11] Le Maroc et Israël signent un accord sur les drones kamikaze 
[12] L’accord de ciment « suicide » d’Israël et du Maroc

[13] Le Maroc s’associe à Israël pour développer l’industrie locale des munitions de vagabondage 

Par Stijn Mitzer et Joost Oliemans


ORYX, 15/10/2021

#Maroc #Sahara_Occidental #Bayraktar #Heron #Drones # Wing_Loong

1 Trackback / Pingback

  1. Sahara occidental: Le Maroc utilise des missiles chinois

Leave a Reply