Média espagnol: Marlaska cache l’argent qu’il offre au Maroc

Le Maroc a reçu un cadeau de 20 4x4 VW Touareg

Maroc, Espagne, migration – Média espagnol: Marlaska cache l’argent qu’il offre au Maroc

Le ministère de l’Intérieur a abandonné la transparence. Du moins en ce qui concerne le Maroc. Depuis des années, l’Espagne a établi un flux constant d’argent public vers le pays voisin dans le but de contrôler l’immigration. Dans certains cas, cela a été clairement indiqué sur le portail de transparence et dans d’autres, cela a été camouflé au sein du BOE, mais la vérité est que des sources gouvernementales de très haut niveau affirment que l’octroi de subventions au Maroc est une pratique courante depuis des décennies. Eh bien, au premier semestre 2021, et en raison de la crise migratoire à Ceuta et du clash diplomatique qui a eu lieu après avoir accueilli le chef militaire du Front Polisario Brahim Ghali, le ministre de l’Intérieur, Fernando Grande Marlaska, a choisi de cacher aux Espagnols tout l’argent donné au pays voisin afin d’éviter toute nouvelle controverse. Selon le ministère de l’Intérieur, l’accès à ce type d’information publique constitue un risque car « les limites de la sécurité nationale et publique, ainsi que les relations internationales développées par le Royaume d’Espagne, concourent ».

Un curieux cadeau de 150 SUV dernier cri, 18 camions militaires et, peu après, l’annonce que l’exécutif a donné des vaccins au Maroc. Mais ce n’est que le début et la partie émergée de l’iceberg. Des sources au plus haut niveau liées au ministère de l’intérieur affirment que l’octroi de fonds réservés au gouvernement du pays voisin a également été une constante. Mais ce qui est curieux, c’est que Marlaska a décidé que toutes les informations relatives à l’aide internationale au Maroc doivent être dissimulées pour des raisons de « sécurité nationale ».

Selon des sources du PSOE, l’Intérieur prépare un autre paquet de cadeaux à un coût important pour le pays voisin et ne veut pas générer une nouvelle controverse avec la presse. Aujourd’hui plus que jamais, il est nécessaire pour le gouvernement de normaliser les relations avec Mohammed VI, mais tout l’argent espagnol envoyé au Maroc sera classé secret d’État.

L’UTILISATION DE FONDS RÉSERVÉS POUR CONTRÔLER L’IMMIGRATION N’EST PAS NOUVELLE

MONCLOA.com a eu accès à un document officiel du Ministère de l’Intérieur dans lequel il est clairement indiqué qu’il ne donnera aucune information concernant les subventions publiques qui sont et seront accordées dans les prochains mois au Maroc. Le gouvernement ne veut pas que l’année 2022 soit marquée par une controverse dans la presse au sujet de ces cadeaux qui sont généralement accordés à la police marocaine et a décidé que l’argent destiné au pays africain sera considéré comme provenant de fonds réservés. Selon des sources fiables du PSOE ayant une expérience de l’intérieur, l’utilisation de fonds réservés pour contrôler l’immigration n’est pas nouvelle. Mais le fait de convertir en secrets d’État des aides qui devraient figurer dans le portail de transparence pour éviter plus de controverse que nécessaire l’est. Tout cela au nom du contrôle de l’immigration.

« Il est réaffirmé que l’aide à la coopération policière internationale, qui inclut l’aide au Royaume du Maroc faisant l’objet de la demande d’information, est déterminante pour l’action extérieure et de sécurité du Gouvernement », indique le document officiel. « Ce type d’aide finance des actions liées aux relations de sécurité et de coopération extérieure avec des pays tiers, dans des domaines qui touchent à la sécurité nationale et à la criminalité transnationale », indiquent-ils pour justifier l’opacité du gouvernement. « En ce qui concerne l’aide à la coopération policière internationale destinée au Royaume du Maroc, elle a pour but de financer des activités de lutte contre l’immigration irrégulière, le trafic d’immigrants et la traite des êtres humains », insiste le ministère de l’Intérieur.

Le problème actuel, comme l’expliquent les sources, est que le gouvernement fait face à un « chantage » de la part du Maroc à un moment où il est opportun de normaliser les relations internationales entre les deux pays voisins. Après l’affrontement avec la nation africaine en mai de cette année au sujet de l’accueil de Brahim Ghali, les relations entre les deux pays sont chancelantes. Le Maroc dispose du robinet d’immigration et l’Espagne accorde depuis des décennies des subventions à son pays voisin pour contrôler les flux.

Lorsque le chef militaire sahraoui a été accueilli, le Maroc a ouvert le robinet à Ceuta et une « invasion » sans précédent a eu lieu. Et bien que Marlaska ait distribué beaucoup d’argent public sous forme de cadeaux (tels que des SUV et des camions militaires) au Maroc, la vérité est que les relations n’ont pas été normalisées.

Il y a maintenant un nouveau gouvernement au Maroc et le PSOE espère un changement dans les relations internationales, mais les provocations n’ont pas cessé. Aujourd’hui, une entreprise marocaine a installé une ferme piscicole dans les eaux espagnoles sans que l’Espagne ait réagi, et de nouveaux problèmes sont attendus avec le pays de Mohammed VI.

C’est pourquoi le ministère de l’Intérieur a décidé, à la suite du choc migratoire, de ne plus donner aux Espagnols d’informations sur les lieux où ils remettent leur argent. Mais l’autre grand problème auquel l’Espagne s’est trouvée mêlée est l’affrontement et les mauvaises relations entre l’Algérie et le Maroc. L’Espagne est fortement dépendante de l’Algérie (notamment pour le gaz naturel), un pays qui entretient de très mauvaises relations avec le Maroc, avec lequel il est au bord du conflit armé.

Avec tout cela sur la table, le gouvernement jongle pour maintenir de bonnes relations avec l’Algérie (malgré le fait qu’elle ait fermé le gazoduc qui passait par le Maroc) et pour empêcher Mohammed VI d’ouvrir le robinet migratoire en raison d’un nouveau conflit international.

Moncloa, 22/11/2021

#Maroc #Espagne #Migration