Niger: Els Woodke révèle la demande de rançon des ravisseurs

Niger, Sahel, Els Woodke, Jeff Woodke, rançon – Mali : Els Woodke révèle la demande de rançon des ravisseurs

WASHINGTON — L’épouse d’un travailleur humanitaire américain qui a été kidnappé au Niger il y a cinq ans a déclaré mercredi que les ravisseurs de son mari avaient demandé une rançon de plusieurs millions de dollars, mais que les « restrictions » du gouvernement américain ont entravé sa capacité à lever la somme.

Els Woodke a déclaré qu’elle pensait que son mari, Jeff Woodke, était sous la garde d’une filiale ouest-africaine d’Al-Qaida connue sous le nom de JNIM et qu’elle avait reçu des informations indiquant qu’il était en vie cet été. Elle a déclaré que le chef du groupe, Iyad Ag Ghali, avait l’habitude de négocier la libération d’otages, et elle l’a directement supplié mercredi de libérer son mari.

« Vous êtes le seul à avoir le pouvoir de faire en sorte que cela se produise. Libérer Jeff exigera de la compassion et de la miséricorde, mais ce sont les caractéristiques d’un leader fort et courageux », a déclaré Woodke dans des remarques adressées à Ghali en anglais et en français.

Dans ses remarques les plus détaillées à ce jour sur l’épreuve de son mari, elle a également exprimé son mécontentement à l’égard de certains aspects de l’approche du gouvernement américain. Elle a déclaré qu’on lui avait dit à plusieurs reprises au fil des ans que si elle divulguait des détails sur le cas de son mari, elle ne serait pas autorisée à recevoir des informations supplémentaires.

Elle a également déclaré que les ravisseurs avaient exigé une rançon de plusieurs millions de dollars, bien que les sommes précises n’aient pas été cohérentes et que les autorités américaines n’aient pas facilité ses efforts pour payer.

« J’ai également eu tellement de restrictions imposées par le gouvernement américain que toute tentative significative d’obtenir une rançon est effectivement interdite », a-t-elle déclaré.

Elle a déclaré que les restrictions sont liées au fait que « d’autres gouvernements sont impliqués, bien qu’elle ait refusé d’élaborer ».

Le gouvernement américain n’encourage pas le paiement de rançons dans les affaires d’otages, mais a également clairement indiqué que les procureurs ne sont pas intéressés à faire payer les parents qui choisissent de faire de tels paiements. Un responsable américain a déclaré en réponse aux commentaires de Woodke que bien que la politique américaine soit de refuser des concessions aux preneurs d’otages, cette position « n’empêche pas le gouvernement des États-Unis d’aider les familles d’otages dans leurs efforts privés pour communiquer avec les preneurs d’otages ».

Woodke a été kidnappé à son domicile à Abalak, au Niger, en octobre 2016 par des hommes qui ont tendu une embuscade et tué ses gardes et l’ont forcé sous la menace d’une arme à monter dans leur camion, où il a été conduit vers le nord en direction de la frontière malienne. Bien qu’il ait été soupçonné d’avoir été enlevé par une filiale ouest-africaine de l’État islamique, Woodke se trouverait maintenant dans la vaste région africaine du Sahel et détenu par le JNIM, selon sa femme.

Els Woodke a exhorté le gouvernement du Mali à faire de la libération de son mari et des autres otages détenus par le JNIM une condition préalable aux négociations avec le groupe. Elle a également exhorté le secrétaire d’État Antony Blinken à tenir sa promesse en février qu’il « ne retirerait aucune option de la table » dans le cas de son mari.

Elle a déclaré que sur la base des informations qu’elle a reçues du gouvernement et « d’autres sources », elle pense que Jeff Woodke était en vie au moins depuis cet été.

De plus, a-t-elle ajouté, il est bien connu dans la région.

« S’il était mort, je suis sûr que cela ne serait pas passé inaperçu. Cette nouvelle aurait été transmise. C’est pour moi une indication encore plus forte » qu’il est toujours en vie.

Par ERIC TUCKER Associated Press

Star Tribune, 17/11/2021

#Afrique #Sahel #Mali #Rançon #ElsWoodke #JeffWoodke