L’Espagne, le Maroc et l’Algérie tentent de rendre utile le GME

Espagne, Maroc, Algérie, gazoduc, GME – L’Espagne, le Maroc et l’Algérie tentent de rendre utile le GME

Au petit matin du 1er novembre, les robinets du gazoduc Maghreb-Europe (GME), qui alimentait jusqu’alors le système gazier espagnol, reliant les champs d’Algérie à Cadix, en passant d’abord par le Maroc. Il l’a fait le jour même où l’installation a eu 25 ans, le jour où la concession d’exploitation du pipeline a expiré pour laquelle il n’y a pas eu de renouvellement. Le gazoduc a été fermé et l’Espagne s’est retrouvée sans sa principale voie d’accès au gaz naturel par gazoduc.

Le verrou du gazoduc C’est une conséquence directe de l’affrontement diplomatique entre l’ Algérie et le Maroc à cause du Sahara occidental. Les relations toujours compliquées entre les deux pays du Maghreb ont été totalement rompues en août dernier. Et après des mois à insinuer que l’exploitation gazière du Maroc ne serait pas renouvelée (qui non seulement atteint l’Europe, mais alimente aussi une partie des besoins du pays alaouite) mais sans l’annoncer fermement, Alger a finalement choisi de couper le flux de gaz.

Avec les relations rompues entre l’Algérie et le Maroc et avec les relations entre l’Espagne et le Maroc, essayer de trouver des solutions concertées au conflit du tube est devenu extrêmement compliqué ces derniers mois. Il n’y a aucune perspective de temps pour rouvrir le gazoduc Maghreb-Europe. Rien. Et toutes les parties concernées tiennent pour acquis que la fermeture, n’étant pas irréversible, ira loin.

Des entreprises et organisations des trois pays participent cependant à la maintenance du gazoduc fermé . Sans cet entretien et sans injecter une pression interne suffisante dans le tube -similaire à ce qu’il aurait s’il continuait à fonctionner-, l’installation serait rendue inutilisable au fil du temps. Sans ces tâches, un gazoduc dans lequel des investissements d’environ 1,8 milliard d’euros ont été réalisés serait perdu. Et aucune des parties directement impliquées ne semble disposée à ce que cela se produise.

Ce n’est pas une alliance et il n’y a pas non plus d’accord signé. Plusieurs sources du secteur gazier sont au courant de la situation à ce sujet. Mais dès le jour de la fermeture, les travaux de maintenance nécessaires ont été effectués sur les trois tronçons différents du gazoduc – l’algérien, le marocain et le sous-marin qui atteint l’Espagne. Avec un travail indépendant, mais avec le même objectif de s’assurer que le gazoduc reste en bon état et qu’il puisse être réactivé sans problème en cas de besoin.

Enagas est responsable de l’entretien du tube tout au long de son parcours sous la mer du détroit de Gibraltar, à la fois dans les eaux marocaines et espagnoles. Lors de la tournée sur le sol marocain, l’Office National des Hydrocarbures et des Mines ( Onhym ) coordonne les travaux et a une nouvelle fois confié la maintenance à Metragaz, une entreprise contrôlée par l’espagnol Naturgy , le portugais Galp Onhym a lui aussi une participation très mineure dans dont l’actionnariat. Et dans la section sur les terres algériennes, c’est l’Etat local Sonatrach qui est chargé de continuer à préparer l’installation pour qu’elle ne soit pas rendue inutile.

Tests pour étendre Medgaz
L’Algérie est de loin le plus grand fournisseur de gaz de l’Espagne, couvrant ces dernières années environ un tiers de l’approvisionnement du pays, bien que cette année, ce poids soit passé à 47% du total. Le gaz algérien a atteint l’Espagne par deux gazoducs, l’un qui se connecte directement à Almeria ( Medgaz ) et un autre -celui qui a cessé de fonctionner- qui arrive à Cadix en passant d’abord par le Maroc (Maghreb-Europe).

Malgré le verrou, l’Espagne a obtenu ces dernières semaines des garanties directes que tout l’approvisionnement en gaz compromis arrivera après une double visite de haut niveau en Algérie, tant du ministre des Affaires étrangères, José Manuel Albares , que de la vice-présidente Teresa Ribera. Et même l’exécutif algérien aurait promis de couvrir une demande supplémentaire plus importante si nécessaire.

Le problème, c’est que tout le gaz qui vient d’Algérie ne passe pas par le seul gazoduc encore en fonctionnement. Selon des sources de l’industrie, les entreprises espagnoles ont des accords d’achat de gaz d’environ 11 500 millions de mètres cubes de gaz par an. La capacité de Medgaz – le gazoduc qui continuera à fonctionner – est actuellement de 8 000 millions de mètres cubes et sera portée à 10 700 millions de mètres cubes.

Initialement l’objectif était que cette expansion soit opérationnelle ce mois-ci, mais maintenant l’Algérie aspire à la préparer en janvier. Medgaz teste déjà l’augmentation du volume de gaz transporté pour s’assurer que l’augmentation de capacité peut se faire sans problème.

Bouclier en hiver
Le reste de l’approvisionnement en provenance d’Algérie qui ne passe pas par le tube Medgaz devra se faire par bateau, et c’est plus cher. Pour le transporter par voie maritime, le gaz doit d’abord être liquéfié pour le mettre dans les réservoirs des navires , le voyage doit être effectué par méthanier et à destination il doit être à nouveau regazéifié. Selon l’accord du secteur gazier, l’Espagne pourrait être touchée par une augmentation des prix du gaz en raison de devoir augmenter ses importations par bateau, mais il n’y a pas de risque d’approvisionnement face à l’hiver.

L’Espagne a activé un plan de choc pour augmenter le nombre de navires qui apporteront du gaz au pays et a décrété une augmentation obligatoire des réserves pour l’hiver. Enagás, le gestionnaire du système gazier, a organisé deux enchères extraordinaires pour augmenter la capacité de décharge des usines de regazéification du pays et a déjà attribué 45 créneaux supplémentaires à des sociétés gazières pour augmenter l’approvisionnement par bateau. Pour la période hivernale – entre novembre et mars – Enagás a attribué un total de 136 créneaux de déchargement dans les usines, un chiffre bien supérieur aux 86 navires arrivés l’hiver dernier.

Le gouvernement a décrété une augmentation des réserves obligatoires de GNL dans le pays pour l’hiver, de 3,5 jours de consommation qui étaient nécessaires à 4 jours en décembre et février et 5,5 jours en janvier. Quoi qu’il en soit, selon les données d’Enagás, au cours du mois d’octobre, davantage de gaz a été injecté dans les installations de stockage souterraines et elles sont déjà à 81 % de leur capacité. Et la contractualisation des réservoirs de GNL dans les usines de regazéification espagnoles a atteint à plusieurs reprises 100 % de la capacité contractée dans les usines de stockage. Au total, les stocks sont suffisants pour couvrir plus de 40 jours de consommation dans le pays.

www.informacion.es

#Espagne #Maroc #Algérie #Gazoduc #GME #Medgaz