Afrique: Comment ne pas perdre la guerre contre le terrorisme

Sahel, Mali, Niger, Tchad, Burkina Faso, Nigeria – Afrique: Comment ne pas perdre la guerre contre le terrorisme

Pour vaincre les djihadistes au Sahel, l’Occident doit tirer les leçons des erreurs du passé.
Dans de nombreux pays occidentaux, les politiciens, les soldats et les anciens combattants se réunissent chaque année au mois de novembre pour rendre hommage à leurs camarades morts au combat pour leur pays. Parmi les personnes commémorées cette année, on compte plus de 3 500 soldats américains et alliés morts en Afghanistan avant la retraite humiliante de l’Occident cet été. Et parmi ceux qui ont rendu hommage, loin du Cénotaphe de Londres ou de l’Arc de Triomphe de Paris, se trouvaient des soldats occidentaux poussiéreux dans de petites garnisons à travers toute l’Afrique. Les formalités terminées, ils ont repris leur poste parmi près de 9 000 soldats européens et américains en première ligne de ce qui est désormais la plus grande offensive de l’Occident contre les djihadistes, au Sahel. Elle ne se passe pas bien. La façon dont elle se terminera dépend en grande partie de la façon dont l’Occident tirera les bonnes leçons de ses échecs en Afghanistan.

Certains diront que la principale leçon est d’éviter de combattre les insurgés dans des pays lointains où aucun intérêt national urgent n’est en jeu. Mais ce n’est pas le cas au Sahel, où les djihadistes alignés sur Al-Qaïda et l’État islamique ont pris pour cible les pays occidentaux, bombardant leurs ambassades et enlevant ou tuant leurs citoyens. Si les djihadistes disposent de refuges et de temps, ils lanceront sûrement des attaques sur le sol européen ou américain également. « C’est leur objectif et leur détermination, et ils l’ont dit ouvertement », déclare un général occidental.

Les gouvernements occidentaux voient également d’autres intérêts en jeu. Les pays les plus touchés du Sahel (Burkina Faso, Mali, Niger) sont parmi les plus pauvres, ont la population qui croît le plus rapidement au monde et sont parmi ceux où le changement climatique fera le plus de dégâts. Il suffirait d’un coup de pouce des insurgés pour que certains de ces États fragiles s’effondrent. Des millions de personnes pourraient être déplacées, dont un grand nombre fuirait la catastrophe humanitaire qui s’ensuivrait vers le nord, en Europe.

Comment éviter la calamité ? L’Afghanistan souligne la nécessité de la patience. The Economist s’est opposé au retrait du pays alors qu’une petite force aurait pu tenir les talibans à distance sans subir de nombreuses pertes. Les gouvernements occidentaux – et en particulier la France, dont les forces mènent la plupart des combats – doivent être conscients qu’ils s’engagent dans un long combat au Sahel.

Essayer de construire une démocratie complète contre une horloge à retardement en Afghanistan était une course de fous. Faire de même au Sahel prendrait des décennies, si tant est que ce soit faisable. Par conséquent, bien que l’Occident doive offrir plus qu’une solution purement militaire, il doit être réaliste quant à ce qu’il peut réaliser. Un début serait de répondre aux doléances locales. Le Niger a vaincu une rébellion de sa minorité touareg dans les années 1990 en associant l’action militaire à des pourparlers et à des promesses de représentation politique et de partage des revenus de l’État. Au Mali, plus de 40 accords de paix locaux ont apporté un certain soulagement à un conflit incessant. Les étrangers doivent arroser ces rares pousses vertes de paix.

L’Afghanistan a également montré que, même avec une puissance militaire écrasante, il est difficile de vaincre une insurrection sans gagner la population locale. Au Sahel, chaque demande de pot-de-vin, chaque massacre perpétré par des miliciens ou des soldats, éloigne les civils des régimes soutenus par l’Occident et les pousse vers le drapeau noir du djihad. Mais les gouvernements hésitent à désarmer les milices ou à poursuivre les auteurs d’exactions, de peur de provoquer de nouveaux coups d’État. Ils devraient s’inspirer du Niger qui a réussi à décourager les milices ethniques. Bien que durement touché par une insurrection djihadiste, il a ainsi largement évité la spirale de violence communautaire qui touche ses voisins. Plus loin, l’Ouganda a montré qu’il était possible de demander impitoyablement des comptes à ses troupes en condamnant à mort deux de ses soldats de la paix pour avoir tué des civils en Somalie.

Les gouvernements occidentaux doivent être honnêtes avec leurs propres électeurs. S’ils n’obtiennent pas le soutien nécessaire à une longue guerre, les djihadistes pourraient simplement attendre que l’opération menée par la France se lasse. Ce serait une recette pour la même défaite ignominieuse que celle subie par l’Occident en Afghanistan. Il n’est pas nécessaire que cela se reproduise.

The Economit, 20/11/2021

#Afrique #Terrorisme #Afghanistan #EIGS #BokoHaram #Mali #BurkinaFaso #Niger #Nigeria