Sahel-Afrique de l’Ouest. Danger

Tags : Sahel, Mali, Niger, Tchad, Burkina Faso, Algérie – Sahel-Afrique de l’Ouest. Danger

L’Afrique de l’ouest et la zone sahélienne subissent depuis quelques années des attaques récurrentes et sanglantes de la part de groupes terroristes particulièrement subversifs. Les effets néfastes de ce terrorisme se font douloureusement sentir sur la cohésion des peuples et sur les Etats qui peinent déjà à sortir du sous-développement, contribuent à saper les institutions, à ralentir les progrès et à favoriser la croissance des économies criminelles. La fréquence et la nature meurtrière de ces attaques sont des indications significatives du niveau de sophistication des groupes terroristes et leur capacité de nuisance. Les pertes en vies humaines, la destruction de biens et l’insécurité sont une réalité terrible de ce type de violence, qui se perpètre sans discrimination.

Il est faux de croire que le terrorisme a une bannière ou une idéologie. Il serait également erroné d’accepter la thèse de l’expansion de ce phénomène en le réduisant seulement à des causes socio-économiques. C’est une hydre à mille têtes actionnée par des forces occultes. Une riposte commune, multisectorielle, ferme et résolue s’impose donc par la mise en œuvre d’une démarche globale et intégrée proportionnellement à la nature transfrontalière
de ce fléau et de ses auteurs. Le besoin d’agir de manière décisive pour le contrecarrer, en annihilant le modus operandi des groupes terroristes, est une question qui concerne la sauvegarde de la paix et de l’ordre social.
Une chose est sûre,dans un monde de plus en plus interdépendant, aucun pays ne peut, à lui seul, s’attaquer efficacement au terrorisme dont la nature a profondément changé. De menace au niveau des États, il transgresse aujourd’hui les frontières.

L’Afrique s’est réservée, bien malgré elle, le très peu enviable titre de continent le plus impacté. Pour nombre de criminologues, c’est la onzième plaie.
Au vu de ce danger, l’Algérie plaide et a toujours plaidé pour l’adoption d’une approche globale et le renforcement de la coopération aux niveaux régional et international.

«S’il faut tirer une leçon de l’expérience algérienne, c’est que chaque fois qu’une réponse militaire est nécessaire, elle doit être associée à un large éventail de mesures pour s’attaquer aux causes sous-jacentes», a souligné Ramtane Lamamra.
Au niveau continental, notre pays a avancé un certain nombre de propositions concrètes pour stimuler l’action des institutions continentales et renforcer les mécanismes mis en place par l’Union africaine pour lutter contre le terrorisme et l’extrémisme violent.

«Nous appelons à l’élaboration d’une stratégie continentale de prévention et de lutte contre le financement du terrorisme», a préconisé le chef de la diplomatie algérienne. Il n’en demeure pas moins que le déficit en matière d’éducation, d’information et de gouvernance constitue un terreau pour le terrorisme, de même que l’absence de l’autorité dans certaines parties territoriales transformées en no man’s land, qui favorise l’implantation des groupes terroristes.

La paupérisation, le radicalisme religieux, les tensions internes, le crime organisé, notamment la contrebande, le trafic de drogues et d’armes, la piraterie maritime, la traite des êtres humains et la migration illégale contribuent pour beaucoup à l’émergence et à l’expansion du terrorisme, nécessitant une action globale et concertée de la communauté internationale.
————————————————————————–

Quatre soldats et six assaillants tués au Mali

Quatre soldats maliens ont été tués dimanche dans une attaque terroriste au nord-est de Bamako, près de la frontière mauritanienne, et six assaillants ont été abattus, a indiqué l’armée nationale sur les réseaux sociaux.
Les soldats du poste de Guiré, dans la région de Nara, «ont vigoureusement repoussé une attaque d’un groupe armé terroriste, selon l’armée,
qui a fait état de quatre soldats tués et 14 blessés, et de six assaillants abattus.

——————————————————————————–

Implication de l’ONU pour soutenir le G5 Sahel : Washington maintient son refus

Les Etats-Unis ont réaffirmé vendredi leur ferme opposition à une implication de l’ONU pour soutenir la Force multinationale anti-terroriste G5 Sahel, lors d’une réunion du Conseil de sécurité qui s’est rendu récemment dans la région. «Soyons clairs : les Etats-Unis continuent de croire que l’ONU – quel que soit le mécanisme – n’est pas un véhicule approprié pour fournir un soutien logistique à la Force conjointe du G5 Sahel», a affirmé Richard Mills, ambassadeur américain adjoint.

«La Force conjointe est une coalition de forces de sécurité mandatées pour mener des opérations antiterroristes, principalement à l’intérieur de leurs propres frontières. Il ne s’agit pas d’une force multilatérale en sol étranger mandatée en tant qu’opération de paix», a-t-il ajouté. L’idée de créer un Bureau d’appui des Nations unies au G5 Sahel, composé de 5.000 militaires fournis par le Tchad, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Burkina Faso, est ardemment soutenue depuis des mois par le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, et la France notamment, qui est active sur le terrain. Les Etats-Unis et le Royaume-Uni, pays qui a des Casques bleus au Mali, refusent depuis longtemps l’option d’impliquer l’ONU en soutien du G5 Sahel, lui préférant les aides bilatérales.

EL MOUDJAHID

#Sahel #Algérie #Afrique-Ouest #Mali #BurkinaFaso #Niger #Tchad