« Le Maroc est un poste avancé du sionisme » (Bâadji)

Tags : Maroc, Algérie, Israël, sionisme – « Le Maroc est un poste avancé du sionisme » (Bâadji)

C’est en ces termes que le secrétaire général du FLN a qualifié l’escalade meurtrière du Makhzen contre l’Algérie. Invité du forum d’El Moudjahid, Abou El Fadl Baâdji a estimé que «la crise diplomatique avec le Maroc et la France illustre, de façon parfaite, cet état de fait… L’Algérie est en train de payer ses choix stratégiques, son retour en force à la diplomatie continentale et internationale et ses orientations économiques, pour se défaire des lobbies français, qui avaient la mainmise sur l’économie nationale…», dira-t-il.

Pour le numéro un du FLN, «l’Algérie est prise à partie par les lobbies franco- sionistes, à cause de sa nouvelle politique économique, de la constance de ses positions de soutien des causes justes et légitimes comme celles la Palestine, la question sahraouie, etc.», s’exclamera-t-il avant d’étayer, avec des exemples, «la nouvelle politique énergétique, les projets que l’Algérie est en train de lancer dans le Sud algérien, comme celui de Bechar, à Ghar Djebilet où les gisements de fer et de phosphates sont importants, le développement de l’axe Alger-Nouakchott, qui dérange également le royaume et ses appuis, surtout avec cette perspective d’ouverture d’axes routiers reliant les deux pays, avec les échanges commerciaux…

Pour Baâdji, «l’agression de personnes innocentes dans l’attaque au drone, n’est pas un acte isolé… C’est un acte de représailles contre l’Algérie, qui a été derrière cette nouvelle prise de conscience de l’Afrique, vis-à-vis de ses pilleurs et exploitants…Revenant sur le rôle diplomatique de sa formation, suite à une question de L’Expression, il annoncera qu’un cycle de rencontres avec plus de 20 ambassadeurs avait été lancé, il y a quelque temps, mais a été stoppé par la crise sanitaire.

Sur un autre chapitre, commentant l’actualité de sa formation, pour ce qui est de la course aux locales, Baâdji s’est montré optimiste. Sourire aux lèvres, il martèlera: «Nous aurons encore la majorité durant ces élections…». Cependant, il a estimé qu’il est impératif de revoir les Codes communal et de la wilaya. Baâdji ne manquera pas de charger l’Autorité nationale indépendante des élections, qu’il accuse d’être à l’origine de l’annulation de listes entières de son parti. «Je n’accuse pas l’Anie en tant qu’institution…

Seulement, certains de ses délégués et représentants ont commis des actes graves à notre encontre. Citant ses propres militants, ceux à l’origine de l’intrusion par la force des locaux centraux du siège du parti à Hydra, il dira en substance: «Nous avons des preuves que des personnes poursuivies par la justice, sous le coup de mesures coercitives, notamment des mises sous contrôle judiciaire ont vu leurs candidatures validées».

Revenant à l’absence du parti, pour la première fois de son histoire et celle des élections dans le pays, dans plus de 104 APC, pour ces élections, il expliquera que «des défaillances techniques de la part de l’Anie, mais aussi de la part de certains de nos encadreurs, sur le plan local, sont à l’origine de ces absences de listes… Nous avons présenté des candidatures partout dans le pays, mais la non-maîtrise des logiciels technologiques a fait que l’Anie nous a lésés».

Mohamed OUANEZAR

L’Expression, 16/11/2021

#Algérie #Maroc #Camionneurs_algériens #Israël